1. Écoles d’ingénieurs après prépa : nos conseils pour vous préparer aux concours
Coaching

Écoles d’ingénieurs après prépa : nos conseils pour vous préparer aux concours

Envoyer cet article à un ami
Pour réussir les concours des écoles d'ingénieurs, il faut être un crack en maths, mais être aussi doué en lettres. // © plainpicture/Stock4B
Pour réussir les concours des écoles d'ingénieurs, il faut être un crack en maths, mais être aussi doué en lettres. // © plainpicture/Stock4B

Vous êtes en deuxième année de prépa et la période d’inscription aux concours va bientôt s’ouvrir. Motivé, bien organisé, vous êtes cependant anxieux de ne pas réussir à intégrer l’école d’ingénieurs de vos rêves ? Suivez nos six conseils pour optimiser votre année et mettre toutes les chances de votre côté.

Les étudiants de prépa pourront bientôt s’inscrire aux concours d’entrée en écoles d’ingénieurs accessibles à bac+2. Déjà, à cette nouvelle, les premières angoisses peuvent apparaître. Comment y voir clair dans cet océan de formules algébriques et de crises de nerfs qui se profilent à l’horizon ? L'Etudiant vous donne six règles à suivre.

1. Organiser vos révisions

"Taupins" – élèves des prépas scientifiques –, la clef de la réussite se trouve dans l'organisation de votre temps. Première étape : faites le point sur les moments essentiels de votre vie personnelle (la course à pieds du dimanche, le repas chez votre grand-mère, etc.) et trouvez-leur une place au milieu de vos révisions.

Ces dernières vont être chargées. Prévoyez deux heures par jour en dehors des cours et une dizaine d'heures le week-end. Surtout, soyez conscient de votre manière d'apprendre. S'il vous faut des lectures parallèles pour mieux intégrer les connaissances, consultez des ouvrages plus généraux que les livres parascolaires. Ne négligez pas les exercices pour gagner en efficacité et rapidité : très peu de temps et beaucoup d’énoncés vous attendent aux concours.

Fixez-vous des objectifs d'apprentissage par semaine, et une à deux fois par mois, faites le point sur l'ensemble des connaissances acquises. Cela vous permettra de garder le fil des notions vues en début d'entraînement.

2. Bien choisir vos concours

Les élèves de prépa passent en moyenne quatre concours pour un budget global de 500 à 1.000 € (sauf pour les boursiers exonérés des frais d'inscription). Des frais de transports et de logement s’ajoutent également à votre budget. Pour des raisons pratiques, il faudra donc sélectionner les concours.

Lire aussi : Le palmarès des écoles d'ingénieurs 2018

N’ayez pas peur de prétendre aux meilleures écoles, mais ne vous fermez pas la porte des autres. Renseignez-vous sur les établissements, en parcourant notamment les palmarès et les forums de témoignages d'étudiants.

Point important : faites bien attention aux coefficients affectés par les écoles en fonction de la nature de l’épreuve (chimie, d’informatique, TIPE, etc.) et de la spécialité.

3. S'appuyer sur vos professeurs et vos proches

Profitez au maximum des conseils des professeurs qui vous entourent. Choix des écoles, organisation du temps de travail, approfondissement d'une notion, ou même pour vous confier sur votre niveau de stress… Si vous sentez pouvoir faire confiance à un professeur en particulier, faites-en votre point d'appui.

Lire aussi : Le palmarès 2018 des prépas

Les années de préparation sont éprouvantes pour un étudiant. Un minimum d'aide des parents et de compréhension de leur part est essentiel. Pensez-y notamment bien amont, au moment de choisir votre classe préparatoire : "Faire sa prépa très loin, ce n'est pas forcément l'idéal. Même si on se dit qu'à 18 ans, on veut être autonome et quitter le cocon familial, prévient Marc Jubault, professeur de biologie en prépa BCPST au lycée Montaigne à Bordeaux (33). La stabilité et la proximité familiale sont bien souvent des critères de réussite."

4. Pas d'impasse sur les matières non scientifiques

Les maths, la physique ou la chimie sont des matières incontournables pour exceller aux concours. Cependant, les niveaux scientifiques des meilleurs candidats étant peu ou prou équivalents, la bonne stratégie impose de "ne surtout pas délaisser les épreuves littéraires", met en garde une professeure de physique en CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles). Lisez les œuvres de français et de philosophie pendant les vacances pour gagner du temps.

Réfléchissez également à la carrière que vous souhaitez exercer plus tard. Cela peut vous donner une motivation supplémentaire et cela vous aidera à fournir un travail conséquent". La maîtrise de l’anglais permet également aux écoles d'opérer une sélection parmi les candidats.

5. Les oraux se préparent très en amont

C'est l'un des principaux écueils à éviter. Les quelque semaines entre les épreuves écrites et orales sont insuffisantes pour préparer ces dernières. Prévoyez du temps dès les premières semaines de révision pour travailler votre capacité à fournir des démonstrations intelligibles et chronométrées. N'hésitez pas à tenir un "carnet de bord" de votre évolution en la matière, que vous consulterez régulièrement pour vous améliorer.

Lire aussi : Écoles d’ingénieurs : les oraux du concours Mines-Ponts comme si vous y étiez

6. Et si vous n'êtes admis nulle part ?

Pas d'inquiétude. Redoubler en seconde année de CPGE est envisageable, même si cette option s'offre surtout aux élèves ambitieux déçus de ne pas avoir obtenu la grande école de leur choix et qui souhaitent retenter leur chance l'année suivante.

Dans tous les cas, une fois les résultats de tous les concours tombés, prenez du temps pour faire le point sur vos ambitions. La classe préparatoire offre des méthodes de travail prisées par les universités et les écoles d'autres domaines que l'ingénierie.

Il est par ailleurs tout à fait possible d'intégrer une école d'ingénieurs après une formation universitaire en licence 3 ou master 1, comme avec le dispositif Gei-Univ Paristech, CASTing pour les écoles centrales, ou encore sur dossier et oraux avec le CCP Pass'Ingénieur. Bonne chance à vous !