1. Ma vie d'étudiant à Tokyo : Amaury a choisi le dépaysement
Portrait

Ma vie d'étudiant à Tokyo : Amaury a choisi le dépaysement

Envoyer cet article à un ami
Amaury prépare un master sciences des matériaux dans un laboratoire de recherche du Tokyo Institute of Technology. // © Kazuko Wakayama pour l'Etudiant
Amaury prépare un master sciences des matériaux dans un laboratoire de recherche du Tokyo Institute of Technology. // © Kazuko Wakayama pour l'Etudiant

À peine rentré d’Italie, où il a étudié un semestre à Turin, Amaury s’est envolé pour un séjour de six mois au Japon, qu’il passe au sein d’un laboratoire de recherche du Tokyo Institute of Technology. Tout est nouveau dans ce pays pour ce futur ingénieur.

Amaury ne pouvait pas rêver meilleur moment pour s’installer à Tokyo : la période des cerisiers en fleurs, qui incite les Japonais à sortir en masse pour redécouvrir les parcs métamorphosés en quelques jours. "C’est un vrai événement ici !", raconte l’étudiant de 22 ans qui en a profité pour chausser ses baskets et faire une séance de running dans le parc le plus proche de chez lui. Une sortie qu’il relate dans une vidéo postée sur son blog, où il fait part de sa vie quotidienne au rythme trépidant de Tokyo.

Après l’Italie, direction le pays du Soleil-Levant

Arrivé à la mi-mars, il s’est d’abord offert un séjour de quinze jours, avec ses parents, à la découverte du Japon, de Kyoto à Osaka en passant par Nara. Originaire d’Aix-en-Provence, l’étudiant commence à avoir l’habitude de faire et défaire ses valises. "En parallèle de mes études à l’ESIR [École supérieure d’ingénieurs de Rennes], spécialité sciences des matériaux, je prépare le master MaMaSELF [Master in Ma­terials Science Exploring Large Scale Facilities] en double diplôme. Ce dernier, qui s’inscrit dans le programme Erasmus Mundus, implique deux mobilités à l’international. Avant d’arriver à Tokyo pour six mois, j’ai passé un semestre à l’université de Turin", détaille Amaury.

Lire aussi : Ma vie d'étudiante au Japon : Ana compte ses yens à Tokyo

Pourquoi le Japon ? "L’envie de découvrir un pays où tout est nouveau pour moi", confie-t-il, lui qui a appris les rudiments du japonais avec des applis et compte approfondir la langue sur place grâce aux cours prévus pour les étudiants étrangers.

Dépaysement total assuré à Shibuya

Changement de décor mais aussi changement de modalité d’études : ici, Amaury a rejoint l’équipe d’un laboratoire du Tokyo Institute of Technology (Tokyo Tech), pour un semestre de recherche. Il y restera jusqu’à la fin septembre puisque, au Japon, le semestre commence en avril et se termine à la fin de l’été.

Dans les petites ruelles de Yanaka, le plus vieux quartier de Tokyo, on trouve des artisans, mais aussi des temples et sanctuaires shinto.  // © Kazuko Wakayama pour l'Etudiant
Dans les petites ruelles de Yanaka, le plus vieux quartier de Tokyo, on trouve des artisans, mais aussi des temples et sanctuaires shinto. // © Kazuko Wakayama pour l'Etudiant

D’emblée, il a pu constater que la réputation de réserve des Japonais ne correspondait pas vraiment à la réalité. "À mon arrivée, mes collègues ont organisé une soirée dans un excellent restaurant de sushis. Un moment convivial qui s’est poursuivi dans un bar. Le lendemain, je dînais de nouveau avec des collègues !", relate-t-il. Des guides d’un soir qui lui ont permis de découvrir de nouveaux quartiers.

Des rues grouillantes de monde

"Je prends peu à peu mes marques mais il m’arrive de me perdre", s’amuse-t-il. Parmi ses quartiers de prédilection, Shibuya [quartier de la mode et de la jeunesse tokyoïte]. "La première fois, j’y suis resté deux heures et je suis rentré complètement KO ! Les rues grouillent de monde, il y a des milliers de boutiques, des néons, des panneaux lumineux et des écrans géants partout. C’est incroyable !", assure Amaury.

Une colocation de 40 chambres

C’est dans un autre quartier, beaucoup moins animé qu’Amaury s’est installé. On lui avait proposé une chambre dans une cité universitaire éloignée de son laboratoire. "En recherchant sur Internet, j’ai trouvé une sharehouse à quinze minutes du campus", explique-t-il. Une colocation XXL, comptant 40 chambres, pour laquelle il paie un loyer mensuel de 660 €. En plus de sa chambre tout confort, il bénéficie d’une immense cuisine comportant plusieurs plans de travail et des espaces de stockage personnels. "Nous sommes 40, mais, je croise assez peu les autres locataires", s’étonne-t-il.

Quant au coût de la vie, Amaury ne le trouve pas aussi élevé qu’il l’avait imaginé. Bénéficiant d’une bourse internationale d’un montant équivalent à celle d’Erasmus (270 € par mois) et d’économies accumulées grâce à des missions de graphisme print et Web réalisées en parallèle de ses études, Amaury s’en sort plutôt bien. D’autant qu’il a ses petites astuces. "Je fais toujours mes courses après 18 heures. À ce moment-là, les produits frais, en particulier les sushis, sont en promotion", se réjouit-il.

AVANT DE PARTIR…

Pour un séjour supérieur à 90 jours, vous devez obtenir un visa auprès de l’ambassade du Japon à Paris (il coûte 24 €). Cette démarche doit être effectuée dès que votre établissement d’études japonais vous a transmis un Certificate of Eligibility, indispensable pour obtenir le visa.

Autre démarche : demander l'extension internationale auprès de votre mutuelle étudiante. Sur place, il est recommandé de demander la National Insurance Health Card qui permet de ne payer que 30 % des frais de santé. Son coût étant fonction de vos revenus, il est raisonnable pour les étudiants.

Aller-retour
Selon les dates et le fait qu’il y ait une correspondance ou pas, le billet Paris-Tokyo coûte entre 600 et 1.500 €.

SUR PLACE…

Se loger
En général, les universités japonaises proposent aux étudiants étrangers des chambres en cité universitaire. Il est aussi possible d’opter pour une chambre dans une maison partagée, ou sharehouse. Le site Sakura House en recense de nombreuses, pour des loyers allant de 490 à 750 € par mois, selon le standing et le quartier.

Se déplacer

Tokyo dispose d’un réseau de métro très dense. Le coût des trajets dépend de la distance parcourue ou du nombre de stations.

Pratique

– Animé par des blogueurs français installés à Tokyo, le site Nipponrama donne des conseils et des infos sur la vie quotidienne et la culture japonaises.
– Le site de l’ambassade du Japon en France recense, dans sa rubrique "Éducation", de nombreux liens vers des sites dédiés aux études au Japon.
– Le site de la Japan Student Services Organization constitue une mine d’informations sur les études au Japon. Son "Student Guide to Japan" (dont il existe une version française) contient une présentation détaillée des programmes diplômants dispensés en anglais, des frais de scolarité, des bourses d’études, etc., ainsi que des données sur le coût de la vie. Il est téléchargeable gratuitement.