1. Sup’ENR, la dernière née des écoles d’ingénieurs
Décryptage

Sup’ENR, la dernière née des écoles d’ingénieurs

Envoyer cet article à un ami
Si les cours étaient délivrés à Perpignan, le cursus énergétique appartenait jusqu'à présent à Polytech Montpellier. // © U. Perpignan.
Si les cours étaient délivrés à Perpignan, le cursus énergétique appartenait jusqu'à présent à Polytech Montpellier. // © U. Perpignan.

Jusqu’à présent département de Polytech Montpellier, Sup’ENR vient d’être habilitée par la CTI (Commission des titres d'ingénieur) à délivrer son propre diplôme d’ingénieur. L’école interne à l’université de Perpignan recrutera ses étudiants via le groupe INSA.

À la rentrée 2016, 40 étudiants intégreront une toute nouvelle école d'ingénieurs pour trois années de formation. Sup'ENR, école interne à l'université de Perpignan Via Domitia, vient d'être habilitée par la CTI (Commission des titres d'ingénieur) à délivrer son diplôme d'ingénieur spécialisé en génie énergétique et énergie renouvelable.

Jusqu'à présent, la formation, installée à Perpignan, était l'un des dix départements de l'école d'ingénieurs Polytech Montpellier. Le cursus a donc été "rapatrié" au sein de l'université locale. Sup'ENR devient ainsi la 205e école d'ingénieurs française habilitée par la CTI.

Une rentrée à bac+2

Adossée à un laboratoire de recherche de pointe dans le secteur des énergies renouvelables (PROMES), l'école permettra aux étudiants d'apprendre à concevoir, analyser et implanter des systèmes de stockage d'énergie durable.

Recrutant après un bac+2, Sup'ENR s'est associée au groupe INSA. Les candidats pourront postuler sur le site Web du groupe après avoir effectué une classe préparatoire aux grandes écoles, obtenu un DUT (diplôme universitaire de technologie) ou validé une deuxième année de licence. La sélection s'effectuera sur dossier et après entretien.

Dès la rentrée 2017, l'école perpignanaise pourrait également proposer un cursus de prépa intégrée, au sein même de l'INSA Toulouse, pour recruter des étudiants directement après le baccalauréat.