1. Supérieur
  2. Écoles d'ingénieurs
  3. Y a-t-il de la place en bibliothèque ? Paul Bouzol a créé une appli pour le savoir
Portrait

Y a-t-il de la place en bibliothèque ? Paul Bouzol a créé une appli pour le savoir

Envoyer cet article à un ami
Diplômé de Télécom Lille, Paul a fondé l'appli Affluences pour une meilleure gestion des places en bibliothèques. // © Delphine Dauvergne
Diplômé de Télécom Lille, Paul a fondé l'appli Affluences pour une meilleure gestion des places en bibliothèques. // © Delphine Dauvergne

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR - Paul Bouzol, 27 ans, diplômé de Télécom Lille, a décidé de s’attaquer à un problème qu’il a connu quand il était étudiant : les files d’attente interminables en bibliothèque. Son appli mobile Affluences est déjà un succès avec plus de 100.000 téléchargements.

Après trois ans passés dans un cabinet de conseil, Paul Bouzol, ingénieur diplômé de Télécom Lille, avait envie de se lancer dans l'entrepreneuriat. "Je souhaitais d'abord acquérir une solide expérience du monde de l'entreprise avant de créer la mienne", explique le jeune homme de 27 ans.

150 bibliothèques répertoriées

Ce "bricoleur un peu geek" s'intéresse à une contrainte que lui et ses amis ont connu pendant leurs études : la surfréquentation des bibliothèques. "Nous y allions souvent à l'aveuglette, et nous retrouvions alors devant des files d'attente énormes", se souvient-il. Paul décide de créer une application web et mobile sur le sujet, pour connaître le temps d'attente estimé mais aussi le taux d'occupation.

Il est rejoint dans son projet par deux de ses amis : Micaël Pais Novo, diplômé de Supinfocom, et Grégoire Tabard, diplômé de Télécom École de management. Le premier se charge surtout de la partie technique, tandis que le second aide Paul dans le développement des partenariats. La première bibliothèque à profiter de ce système, la BPI à Paris, est équipée en octobre 2014. Quelque 150 établissements, dans une vingtaine de villes suivront.

Un projet pensé pour les étudiants

Gratuite et sans publicité, l'application a été réfléchie "pour rendre facile et lisible l'information pour l'étudiant". Aucune inscription n'est demandée et les bibliothèques sont triées par localisation pour permettre de trouver éventuellement une alternative à un lieu déjà bondé. Toutes les infos pratiques sont aussi disponibles pour pouvoir comparer : wifi, conditions d'admission, horaires, prises électriques...

Les prévisions du temps d'attente ou de l'occupation se basent sur l'historique de la bibliothèque, le calendrier universitaire, ou encore la consultation de l'appli en temps réel. "Nous allons bientôt ajouter la prise en compte de la météo", prévoit Paul. Pour certains lieux, la réservation de salle de travail est aussi possible via l'appli.

Un service à développer dans d'autres secteurs

Affluences se finance essentiellement grâce à l'achat des capteurs par les bibliothèques qui sollicitent l'entreprise, mais aussi à divers services qu'elle leur propose (affichage des données sur leur site Internet, statistiques...). Le partenariat avec la BNF leur permet de bénéficier d'un local en son sein. Paul passe la majorité de son temps à démarcher les bibliothèques en souhaitant élargir au mieux leurs cibles.

Intitulée Affluences, l'application a vocation à conquérir d'autres secteurs que les bibliothèques. "Nous réfléchissons à transposer le même système aux Crous ou encore aux musées", confie Paul. L'équipe, désormais composée de huit personnes, s'est déjà attelée à l'international, avec des premiers partenariats en Suisse et en Belgique. Avec plus de 100.000 téléchargements et 4 millions de consultations, l'appli peut déjà se targuer d'un solide bilan.

&nbspj