1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. Coronavirus : ce professeur propose des cours de droit sur Facebook Live
Décryptage

Coronavirus : ce professeur propose des cours de droit sur Facebook Live

Envoyer cet article à un ami
Bruno Dondero, professeur de droit à la Sorbonne, en plein cours sur Facebook Live. // © Photo fournie par le témoin
Bruno Dondero, professeur de droit à la Sorbonne, en plein cours sur Facebook Live. // © Photo fournie par le témoin

Bruno Dondero, professeur de droit à la Sorbonne, donne des cours sur Facebook Live, accessibles à ses étudiants et au grand public. Il espère que la crise liée à la pandémie de coronavirus changera la façon d’enseigner sur le long terme.

Universités fermées et confinement total déclaré ? Qu’à cela ne tienne, les établissements s’organisent pour assurer la continuité pédagogique grâce à des ressources en ligne.

Malheureusement, les universités n’ont pas toujours les moyens techniques et financiers d’assurer la totalité de leurs cours en ligne. Bruno Dondero, professeur de droit à la Sorbonne Paris 1, a donc décidé de donner ses cours sur Facebook Live. Ils sont ouverts à tous : étudiants, professionnels ou passionnés.

Enseignement à distance : "la seule solution" pendant le confinement

"J’ai commencé avec des MOOC dès 2014, puis j’ai utilisé Twitter pendant mes cours en 2015, et depuis 2016 j’utilise les Facebook Live. L’enseignement à distance, c’est vraiment l’avenir et aujourd’hui c’est même devenu la seule solution", affirme Bruno Dondero, professeur de droit et avocat associé dans un cabinet international.

Lire aussi : Coronavirus : "EdTech" et bibliothèques offrent leurs ressources en ligne pour les étudiants

Ses cours sous forme de MOOC avaient déjà rencontré un certain succès à leur création, avec plus de 16.000 participants, dont un quart ont obtenu la certification finale. "Ce n’était pas très compliqué à remettre en place en réactualisant les supports. En ce moment, les gens sont stressés et ont du temps. On fait d'une pierre deux coups : on les occupe et on les forme", explique le professeur de droit, qui complète ses lives avec des cours publiés sur son blog. "Cette fois-ci, je n’ai pas fait le choix de la plateforme Fun Mooc, qui a des standards élevés. L’idée c’est de faire une petite formation gratuite, et le Facebook Live permet d’interagir avec les participants", explique-t-il.

Professeur en licence et en master, Bruno Dondero réalise ces vidéos seul depuis chez lui, muni d’un smartphone et d’un trépied. "Mardi, j’ai fait une heure de cours de droit des sociétés que je fais d’habitude en amphi, sur le même créneau. Je le ferai pour tous les CM (cours magistraux)", raconte-t-il. Son cours a rassemblé ses étudiants mais aussi de nombreux auditeurs libres : 250 personnes ont assisté au live et la vidéo a comptabilisé près de 5.000 vues au total.

Lire aussi : Coronavirus : ce que l'on sait concernant les examens à l'université et en BTS

Présence obligatoire pour tous les étudiants aux TD en visio-conférence

Les TD (travaux dirigés) sont quant à eux organisés sur Jitsi, une application de visio-conférence. "J’ouvre une séance et les étudiants la rejoignent grâce à un lien. Vous avez de la vidéo et les étudiants peuvent interagir entre eux et avec le chargé de TD", explique Bruno Dondero. Les séances réunissent entre 20 et 30 étudiants. La présence est obligatoire, puisque ces cours font partie du contrôle continu.

Les étudiants sont-ils alors égaux face à ce nouveau type de cours ? "Aujourd’hui, tous les étudiants ont un téléphone et vous n’avez pas besoin d’une connexion incroyable pour participer. Ce n’est pas un monde impitoyable où on laisse sur le bord de la route l’étudiant qui n’a pas les moyens technologiques. S’il n’a pas de smartphone, il nous le dit et on s’arrange, mais ça n’est jamais arrivé pour l’instant", balaye le professeur.

Une crise qui va "enclencher des changements" dans les façons d’enseigner

Bruno Dondero espère que d’autres professeurs suivront le mouvement mais observe "une forte réticence à l’enseignement à distance". "Filmer son cours et le mettre en ligne semble extraordinaire pour la majorité des profs. J’espère que cette crise va enclencher des changements, qu'ils vont réaliser que l’enseignement à distance n’est pas le diable et que cela n’empêche pas les étudiants de venir ensuite en cours". Selon lui, les étudiants sont contents que l’on prenne des initiatives pour eux et que l’on expérimente. "Entre les grèves, les blocages et le confinement, cela peut être démotivant. Nous devons rester à leurs côtés".