Qu’apprend-on en licence d’info-com ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 15 Avril 2021
5 min

La filière information-communication vous tente ? Qualités requises, types de cours, débouchés… L'Etudiant fait le point.

"Ce qui est magique avec la filière info-com, c'est qu'on mêle des travaux individuels et des travaux de groupe, de la théorie et de la pratique. C’est une formation très complète", témoigne Alexis, qui a fait ses deux premières années d’info-com à l’université Côte d'Azur (Nice), puis sa licence 3 à l’université de Nanterre, en spécialité audiovisuelle.

Sabrina, en L1 info-com à l’université Paris 8-Saint-Denis, confirme cette pluridisciplinarité. "L’avantage de cette filière, c’est qu’elle n’enferme pas dans un domaine précis. Il faut avoir envie de développer sa culture générale, car on ne focalise pas sur une matière en particulier", explique l’étudiante.

Lire aussi

Un socle de cours sur la communication

En licence info-com, vous aurez au moins un tiers de cours sur la communication : théories de la communication, histoire de la communication, outils de communication… Les autres disciplines varient selon les universités.

"Il faut bien regarder la plaquette de l’université pour regarder les types de parcours proposés. A l'université de Nanterre, les deux premières années sont généralistes puis nous proposons une spécialité web et une spécialité audiovisuelle en troisième année. Certaines licences proposent des parcours dès la première année", explique Marta Severo, responsable du master Info-com de l’université.

Lire aussi

Un cursus différent selon l’université

La spécificité de la licence info-com de Nanterre réside aussi dans un troisième bloc sur la culture numérique, avec par exemple des cours de codage informatique et de publication assistée par ordinateur (PAO).

"Nous avions aussi des cours d’anglais en fonction de notre niveau", ajoute Charlotte, en licence 1 info-com à l’université de Nanterre. Dès sa première année, l’étudiante avait aussi une matière dédiée à la connaissance de soi et des métiers afin d'étudier les débouchés possibles. En troisième année, l’université de Nanterre impose par ailleurs un stage de trois mois minimum, accompagné d’ateliers pour rédiger son CV et une lettre de motivation.

A l’université Paris 8, le premier semestre de Sabrina était focalisé sur les sciences humaines, avec de la psychologie, de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire. Pour Alexis, la première année à Nice était davantage composée de cours d'écriture et de journalisme.

Lire aussi

Un intérêt pour l’expression orale et écrite

Les profils des étudiants en info-com sont assez variés, même si les filières L et ES sont actuellement surreprésentées. Depuis le nouveau bac, l’université de Nanterre a par exemple arrêté de prendre en compte des matières spécifiques et regarde la moyenne générale de l’élève ainsi que ses activités extrascolaires, comme les associations.

"Concernant les qualités, il faut avoir une bonne capacité d’écriture et une bonne grammaire. Vous devez aussi être à l’aise à l’oral : si vous n’aimez pas faire des exposés, c’est mal parti", affirme Marta Severo.

"Il n’y a pas de profil type, quasiment personne n'avait fait des études en communication avant d’entrer en L3 d’info-com", témoigne Mégane, en troisième année d'info-com parcours audiovisuel à Nanterre. Selon elle, il faut être curieux, motivé et s'impliquer pour rendre des travaux de qualité en temps et en heure.

Lire aussi

Poursuite d’études et débouchés après une licence info com

La majorité des diplômés de licence info-com poursuivent leurs études en master ou dans de grandes écoles, notamment le CELSA.

Et après ? "Le métier classique, c’est chargé de communication. Il peut travailler dans différents secteurs : communication interne ou externe, événementiel, administration publique, corporate… Notre master info-com forme aussi aux métiers du numérique : social media manager, chargé de com numérique, chef de projet numérique, graphiste…", détaille Marta Severo.

Vous pourrez aussi vous tourner vers un master en journalisme, comme Alexis, qui désire travailler dans l’animation à la télévision ou dans la production audiovisuelle.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !