1. La licence de sciences de l'éducation : un bon choix pour devenir prof ?
Boîte à outils

La licence de sciences de l'éducation : un bon choix pour devenir prof ?

Envoyer cet article à un ami
Les sciences de l'éducation : davantage pour être professeur des écoles qu'enseignant dans le secondaire. // © Plainpicture/Kniel Synnatzschke
Les sciences de l'éducation : davantage pour être professeur des écoles qu'enseignant dans le secondaire. // © Plainpicture/Kniel Synnatzschke

La licence de sciences de l'éducation attire souvent les étudiants qui veulent devenir enseignants. Est-ce vraiment le meilleur cursus pour atteindre cet objectif ? On vous aide à y voir plus clair.

Vous voulez être professeur et vous cherchez la meilleure orientation postbac pour atteindre cet objectif. Parmi les voies possibles, certains d'entre vous sont tentés de se tourner vers une licence en sciences de l'éducation. Un choix qui, de prime abord, ne paraît pas illogique... Or, tout n'est pas aussi simple que cela.

Les sciences de l'éducation, "c'est une filière qui, un peu à la manière des sciences politiques, est au carrefour de plusieurs disciplines avec pour objet d'étude l'éducation", explique Denis Poizat, le directeur de l'Institut des sciences et des pratiques d'éducation et de formation de l'université Lyon 2. "C'est à l'opposé de la plupart des autres filières centrées sur une seule discipline travaillant sur plusieurs objets", renchérit Claire Lemêtre, responsable de la licence sciences de l'éducation à l'université Paris 8.

Test : Êtes-vous fait(e) pour devenir enseignant(e) ?

Pas faite pour le secondaire

Ainsi, on retrouve de nombreuses matières dans les emplois du temps des étudiants : histoire de l'éducation, sociologie de l'éducation, anthropologie, philosophie de l'éducation, psychologie et psychanalyse de l'éducation, didactique... Certaines facs, à travers la France, peuvent en outre avoir des spécialités distinctes : petite enfance, santé, pédagogie…

Ces disciplines préparent-elles au métier d'enseignant ? Tout dépend, en premier lieu, si vous souhaitez être professeur des écoles ou enseignant dans le secondaire. Dans le second cas, pour Denis Poizat, la réponse est claire : "Si on veut enseigner en collège ou en lycée, il ne faut certainement pas passer une licence de sciences de l'éducation. Si on veut devenir prof d'histoire, il faut faire une licence d'histoire ! Idem pour les autres disciplines". "Enseignant dans le secondaire, c'est d'abord être spécialiste de sa discipline", confirme Claire Lemêtre.

Mais un bon début pour enseigner à l'école

En revanche, pour devenir professeur des écoles, en maternelle ou élémentaire, la filière peut être conseillée. "En sociologie, par exemple, les étudiants vont apprendre à regarder autrement des situations familières, l'école, les élèves, les enseignants. Il s'agit de déconstruire certains présupposés éducatifs, d'avoir une réflexion critique", indique Claire Lemêtre.

"La licence de sciences de l'éducation a l'avantage d'apporter des enseignements autour de l'éducation et du système éducatif", poursuit Denis Poizat. Selon ce professeur des universités, ce cursus est donc "une voie utile, bien qu'elle ne soit pas la seule" pour devenir professeur des écoles. En effet, "faire une licence de lettres, de mathématiques ou de biologie peut tout aussi bien préparer au concours", poursuit-il.

Pour tous les métiers de l'éducation

Attention : la licence sciences de l'éducation est sous tension depuis plusieurs années. En 2016, à Lyon 2, la L1 a reçu 800 candidatures pour 546 places. À Paris 8, environ 1.500 étudiants ont fait une demande pour… 80 places.

Toutefois, si vous souhaitez travailler dans l'éducation mais que vous n'êtes pas certain de vouloir être enseignant, la filière peut vous correspondre parfaitement. "Elle est faite pour tous les étudiants qui envisagent de travailler dans l'éducation au sens large, souligne Claire Lemêtre. Elle mène au concours de professeur des écoles, mais aussi à ceux de CPE (conseiller principal d'éducation), d'éducateurs spécialisés, d'assistant social. Nos étudiants se tournent également vers les métiers de la formation pour adultes (salariés, demandeurs d'emploi…), des associations, des collectivités locales, de la médiation, de l'accompagnement scolaire ou encore de l'orientation professionnelle en mission locale."

La recherche en éducation est également un débouché possible. À Lyon 2, après la L3, un tiers des étudiants s'oriente vers le concours de professeurs des écoles, un autre tiers poursuit en master 1 de sciences de l'éducation et un dernier tiers se dirige vers d'autres concours, comme ceux des collectivités territoriales.

Qui choisit la licence de sciences de l'éducation ?

La filière est très féminine. À Paris 8, les étudiantes représentent 80 % des effectifs. La majorité des L1 a obtenu un bac général (S, ES ou L). "Mais nous accueillons également des bacheliers professionnels et des titulaires de BTS (brevet de technicien supérieur), notamment de services à la personne, qui intègrent la licence en deuxième année", explique Claire Lemêtre. En 2014-2015, on recensait 10.200 étudiants en licence de sciences de l'éducation en France.