1. Bientôt une carte étudiante européenne pour tous
En bref

Bientôt une carte étudiante européenne pour tous

Envoyer cet article à un ami
Premiers pas vers une carte d'étudiant valable dans toute l'Europe. // © Phovoir
Premiers pas vers une carte d'étudiant valable dans toute l'Europe. // © Phovoir

Sur plusieurs campus français, une carte étudiante européenne est expérimentée depuis 2016 pour faciliter l’accès aux services réservés aux étudiants. Une mesure qui doit se généraliser en 2018 et vise à simplifier certaines démarches administratives lors d’un séjour en Europe.

À l'heure des échanges, stages ou mêmes vacances en Europe, le sésame d'une carte étudiante européenne va bientôt pouvoir faciliter l'accès à de nombreux services. Bibliothèques, résidences universitaires, aides spécifiques, lieux de restauration... Les services du campus seront plus accessibles grâce à cette carte européenne utilisée aussi comme moyen de paiement.

"Sur la carte étudiante française, un logo visuel sera rajouté, pour qu'elle puisse être utilisée dans tous les pays de l'Europe", explique Emmanuel Giannesini, directeur du CNOUS, qui travaille sur le projet.

Retrouvez tous nos articles pour étudier en Europe

Une carte à usage interne au campus

Ce n'est donc pas une nouvelle carte au sens physique, mais à l'usage. Différente de la carte ISIC, qui permet d'avoir accès à des réductions et des avantages commerciaux, cette carte européenne est consacrée principalement à un usage interne au campus. Lue par tous les services des établissements européens, grâce à un composant électronique inséré dans la carte, ou un QR code, elle pourra aussi permettre aux établissements d'accueil de l'étudiant de lire son numéro d'identifiant pour accéder à son dossier, via une plateforme numérique.

L'étudiant, en arrivant sur son campus en Europe, n'aura plus besoin de faire des démarches pour obtenir une nouvelle carte étudiante, ce qui pouvait prendre auparavant plusieurs semaines.

Expérimentée en Alsace et en Bourgogne–Franche-Comté

Le dispositif est déjà expérimenté depuis la rentrée 2016 sur plusieurs campus universitaires en France, Italie, Allemagne et Irlande. Les étudiants français en sont titulaires à l'université de Strasbourg, en Bourgogne–Franche-Comté, mais aussi sur le campus EUCOR présent notamment en Alsace.

La généralisation à l'ensemble des pays et des établissements est prévue pour 2018.