1. Ils sont partis à l’étranger seuls, avant 20 ans, avec les bourses Zellidja
Portrait

Ils sont partis à l’étranger seuls, avant 20 ans, avec les bourses Zellidja

Envoyer cet article à un ami
Betty, 22 ans, est partie en Écosse et aux Pays-Bas grâce à des bourses de voyages Zellidja. // © Photo fournie par le témoin
Betty, 22 ans, est partie en Écosse et aux Pays-Bas grâce à des bourses de voyages Zellidja. // © Photo fournie par le témoin

Betty, Lucie, Chloé et Hamza, quatre jeunes, ont vécu des expériences très différentes à l’étranger grâce aux bourses de voyages Zellidja. Avec en poche des sommes de 700 à 1.100 €, ils sont allés au bout de leurs projets : découvrir l’artisanat traditionnel vietnamien, rencontrer des expatriés à Dubaï, travailler sur les médecines traditionnelles en Inde et même entreprendre "un voyage dans le futur" aux Pays-Bas. Ils racontent leur aventure.

Betty, 22 ans : un voyage dans le futur

Betty, 22 ans, a obtenu une mention spéciale du jury Zellidja "pour la recherche courageuse d'une réalité physique, psychique et sociale encore occultée"... Grâce à deux bourses Zellidja de 700 €, elle s'est rendue en Écosse en 2013, puis aux Pays-Bas en 2014. Son premier voyage concerne les légendes d'Écosse tandis que le second touche à un sujet d'actualité : le mouvement LGBT (lesbien, gay bi et trans) en Hollande. Cette année-là, la France légalise le mariage pour tous.

"Je me suis demandée comment les manifestations contre le mariage pour tous pouvaient prendre une telle ampleur à Paris." Les Pays-Bas sont le premier pays européen à avoir légalisé juridiquement le mariage homosexuel. Betty entreprend donc "un voyage dans le futur", afin d'étudier les réactions néerlandaises 13 ans après l'application de cette loi. Son périple est parsemé de rencontres où se mêlent des personnes de différentes religions. Son plus beau souvenir ? "Un iftar (repas musulman) spécial LGBT où un représentant de la paroisse musulmane était présent."

Titulaire d'un BTS en audiovisuel, Betty a l'habitude de filmer ses interlocuteurs. Pour ce second voyage, elle oublie la vidéo et prend des photos. "La caméra est un outil intrusif. Un sujet tel que le mouvement LGBT m'obligeait à questionner des personnes sur leur vie personnelle. Les filmer n'était pas respectueux." Son voyage n'a duré que 1 mois, "mais il a été intense et m'a apporté les réponses souhaitées". Betty n'a qu'un conseil pour ses cadets : "Foncez et partez à l'aventure grâce à Zellidja !"

Chloé, 20 ans : à la découverte de l'artisanat traditionnel vietnamien


Passionnée de design, Chloé, 20 ans, a travaillé sur l'art traditionnel vietnamien puis sur la question de l'eau en Asie. Elle a obtenu le prix Jean Walter 2015 de l'association Zellidja, qui récompense les "qualités humaines et artistiques qu'elle a su transmettre dans ses deux rapports de voyage".

Après avoir décroché un bac en arts appliqués à l'école Boulle (75), Chloé intègre l'École nationale supérieure de création industrielle "persuadée d'avoir trouvé sa voie". Pourtant, la jeune femme sait qu'elle veut surtout voyager. Lorsqu'une amie lui présente les bourses Zellidja, elle n'hésite pas à élaborer en quelques semaines un projet d'étude sur le Vietnam, pays où son grand-père a vécu. À sa grande surprise, elle obtient une bourse de 800 €.

À 17 ans, elle part 1 mois et demi pour Hanoï. Au Vietnam, Chloé travaille sur l'artisanat traditionnel en bambou et visite plusieurs usines de fabrication. "J'ai voulu découvrir la construction des bateaux en bambou. Le seul confectionneur que j'ai rencontré n'avait aucune commande. Je lui ai donc commandé un bateau et voici comment je me suis retrouvée avec une barque de 3 m 50 sous le bras !"

De retour en métropole, Chloé n'a qu'une envie : repartir. Elle obtient 6 mois de césure et repart en Asie. Elle se penche alors sur la question de l'eau et découvre la Thaïlande, la Birmanie, le Laos et le Népal. "J'ai voulu avoir une approche plus sociologique des personnes que je rencontre en voyage. Je me suis concentrée sur les peuples des rivières. Je dessinais chaque image frappante et, avec le temps, les personnes que je dessinais venaient à moi et se mettaient à crayonner à mes côtés. Mon deuxième voyage a été un bel échange."

Depuis, Chloé a réalisé le dernier carnet de voyages de l'association Zellidja. "Un beau moyen de remercier les personnes qui m'ont aidée à voyager", conclut-elle.

Lucie, 22 ans : du voyage au développement personnel

À 22 ans, Lucie a créé sa propre entreprise de coaching personnalisé : Addvitam. Une vocation qu'elle ne soupçonnait pas il y a encore 2 ans. Après son bac littéraire, Lucie passe 1 an à la faculté de Strasbourg où elle étudie les arts du spectacle. Elle part ensuite étudier la médecine chinoise en Suisse. Son année achevée, elle décide de tenter d'obtenir une bourse Zellidja. "Je les connaissais depuis mes 16 ans et j'avais conservé la brochure pour postuler au bon moment", explique la jeune femme.

En 2013, Zellidja lui accorde 700 € de bourse, mais elle obtient également une aide régionale de 2.000 €. Elle part en Inde pour travailler sur les médecines traditionnelles, mais se laisse rapidement portée par "la magie du voyage". Elle se déplace en train, se fait héberger grâce au couchsurfing.

"Dans un orphelinat du Tamil Nadu où j'ai travaillé 3 mois, j'ai découvert que la médecine chinoise, où le corps est rapidement touché par le médecin, n'était pas si évidente à pratiquer en Inde." Lucie écrit ses anecdotes dans un carnet de notes. Avec son récit "Le pari : l'Inde au cœur", elle obtient une mention spéciale de l'association Zellidja pour "ses qualités romanesques".

Après 5 mois de voyage en Inde, Lucie est repartie pour découvrir l'art des tatouages au Brésil. Ses voyages lui ont donné envie de se tourner vers le domaine du développement personnel.

Hamza, 18 ans : rencontre avec des expatriés

Hamza a voulu comprendre les raisons qui poussent un individu à quitter son pays d'origine pour vivre à l'étranger. Grâce à la bourse de l'association Zellidja (1.100 €), il rencontre des cadres supérieurs à Dubaï, en 2013, puis des mineurs isolés étrangers à Montréal, en 2014. Hamza a tout juste 16 ans lorsqu'il part rencontrer les expatriés français à Dubaï. Pourquoi Dubaï ? "La télévision passait régulièrement des reportages sur cette ville. J'ai voulu m'en faire un avis personnel."

Pour faciliter son travail de recherche, il contacte des expatriés depuis Marseille, sa ville d'origine. 20 personnes accepte de le rencontrer. Sur place, l'adolescent décide de filmer ses rencontres mais les vidéos et images sont interdites sans autorisation spéciale du gouvernement. Le lycéen passe alors 3 heures dans un poste de police et se voit contraint de supprimer l'ensemble de ses enregistrements. Malgré cela, il continue d'interviewer les expatriés.

Hamza garde un souvenir particulier de sa rencontre avec un chef d'entreprise qui n'avait qu'un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) en poche au moment de son installation. "Son parcours m'a fasciné car il est parti de rien", note le jeune homme.

De retour en France, Hamza décide d'organiser un second voyage au Canada à la rencontre des mineurs isolés étrangers. "C'est une autre forme d'immigration que j'ai voulu découvrir." Grâce à ses expériences, l'adolescent a appris à s'ouvrir aux autres. Son projet de vie s'est défini : "Je sais aujourd'hui que je veux être expatrié." Reste à savoir où.

Bourses de voyages Zellidja : comment postuler ?
Vous avez au moins 16 ans et pas encore 20 ans ? Vous souhaitez partir seul à l'étranger ? Les bourses de voyages de l'association Zellidja sont faites pour vous ! Chaque voyage peut durer entre 1 mois et 1 an, la seule condition à respecter est de l'effectuer en solitaire. L'octroi des bourses de 500 à 900 € se fait en fonction des projets proposés. Vous devez proposer un thème précis et choisir un pays. Ça vous tente ? Vous avez jusqu'au 31 janvier 2016 pour postuler.