1. Les bonnes raisons de partir étudier aux États-Unis
Décryptage

Les bonnes raisons de partir étudier aux États-Unis

Envoyer cet article à un ami
Le territoire américain compte plus de 4.000 établissements d’enseignement supérieur. // © Fotolia
Le territoire américain compte plus de 4.000 établissements d’enseignement supérieur. // © Fotolia

Le pays de l’oncle Sam figure parmi les destinations les plus prisées des lycéens et des étudiants français. Chaque année, ils sont plus de 8.000 à partir étudier aux États-Unis. Et malgré leur coût, les cursus ne sont pas si inaccessibles qu’on le pense.

Les classements internationaux nous le rappellent chaque année : les États-Unis possèdent les établissements les plus prestigieux au monde. Chacun avec sa spécialité reconnue. Pour les découvrir et connaître la liste des programmes accessibles, consultez ces classements, notamment celui de l'hebdomadaire U.S. News. Adressez-vous aussi aux conseillers du centre Education USA de la Commission franco-américaine (Fulbright Commission) de Paris, qui vous guideront.

Par exemple, en ingénierie et autres filières scientifiques, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) est un must en la matière avec ses 27 départements, de l'aéronautique à la biologie moléculaire. Sur la Côte ouest, Stanford et Berkeley, en Californie, sont réputées en médecine, en numérique, en sciences sociales et en management. Côté business, Wharton School à San Francisco, Kellogg School of Management à Chicago et Harvard Business School à Boston sont des références absolues. En droit et en sciences politiques, les universités de Yale, de Columbia et de Chicago sont les plus cotées.

Des réseaux d'échange bien rodés

La plupart des jeunes qui partent étudier outre-Atlantique passent par les programmes d'échange entre établissements français et américains. Premier réflexe : renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre université ou école pour connaître les universités américaines partenaires.

L'un des principaux réseaux d'échange est l'ISEP (International Student Exchange Programs), qui relie un peu plus de 300 universités de 50 pays à travers le monde. Environ 180 établissements américains participent à ce programme et une vingtaine d'universités françaises ont signé des accords de réciprocité.

En outre, l'association MICEFA (Mission interuniversitaire de coordination des échanges franco-américains) permet tous les ans à quelque 200 étudiants de deuxième et de troisième cycle d'effectuer un séjour d'études ou de recher­che de 1 ou 2 semestres sur l'un des 60 campus américains partenaires.

De très nombreux établissements français ont également des accords particuliers avec des universités américaines.

Lire aussi : Ma vie d'étudiante à New York : Casilda croque Big Apple

Des possibilités de financement

L'idéal est de partir par le biais d'un programme d'échange avec votre université : vous évitez les frais de scolarité et ne payez que les droits d'inscription de votre établissement en France. Pour le financement de votre séjour sur place, si vous êtes boursier, vous pouvez bénéficier d'une bourse de mobilité (400 € par mois, en plus de l'allocation habituelle).

La Commission franco-américaine (ou Fulbright Commission) propose des bourses à partir du niveau master, et quelques établissements américains en délivrent aux Graduate Students étrangers.

Pensez aussi à solliciter une aide du conseil régional et, éventuellement, de la ville où vous résidez. Enfin, montez votre dossier de financement au moins 1 an avant la date prévue de votre départ.

Le bon plan des Community Colleges

Les États-Unis proposent aussi un réseau d'universités plus modestes et de très bonne qualité dans des agglomérations de taille moyenne. Vous pouvez les découvrir en visitant leurs sites Internet et en vous rendant au Paris College Day, un événement qui réunit chaque automne, à Paris, des universités américaines.

Il existe également des filières postbac ouvertes aux étudiants français : les Community Colleges. Ces établissements (environ 1.200 sur tout le territoire américain) préparent en 2 ans à un associate degree dans une cinquantaine de spécialités, de la communication aux sciences... Ces filières sont comparables à nos BTS (brevets de technicien supérieur) ou à nos DUT (diplômes universitaires de technologie) avec des cours en petits groupes, encadrés et professionnalisés. Par le jeu des équivalences, un associate degree permet de rejoindre l'université en troisième année de bachelor. Ce qui constitue un bon plan par rapport aux universités américaines, aux coûts très élevés !

Lire aussi : Ma vie d'étudiant à Nashville : Thomas, en deuxième année à l’EM Normandie

Profiter de la vie des campus

Les campus les plus importants sont de véritables villes, qui rassemblent autour des bâtiments de cours et de la bibliothèque des résidences universitaires, des restaurants, des supermarchés, des complexes sportifs, des salles de spectacles... La vie universitaire est une vraie expérience d'immersion dans le monde étudiant.

L'année est en effet rythmée par des soirées à thème, des compétitions sportives, des spectacles... Étant donné qu'ils trouvent à peu près tout sur place dans ces espaces souvent éloignés des centres urbains, les étudiants ne mettent parfois jamais les pieds hors du campus.

Infos pratiques
- Le site de l'ambassade des États-Unis en France renseigne sur les démarches administratives (passeport, visa, inscriptions universitaires...).
- Le site de référence sur l'enseignement supérieur américain fournit des conseils et des infos sur les aides, les bourses... avec la liste par critères de tous les campus américains.
- Le site de la Commission franco-américaine d'échanges universitaires et culturels.
- Le site de la Mission interuniversitaire de coordination des échanges franco-américains.
- Le site de l'International Student Exchange Programs.