1. Ma vie d'étudiant à Nashville : Thomas, en deuxième année à l’EM Normandie
Portrait

Ma vie d'étudiant à Nashville : Thomas, en deuxième année à l’EM Normandie

Envoyer cet article à un ami
Thomas a obtenu une palce à l'université Belmont, partenaire de l'EM Normandie ; ils sont quatre Français au total sur le campus. // © martin B Cherry/REA pour l'Etudiant
Thomas a obtenu une palce à l'université Belmont, partenaire de l'EM Normandie ; ils sont quatre Français au total sur le campus. // © martin B Cherry/REA pour l'Etudiant

Direction l’université Belmont à Nashville, Tennessee, où Thomas, étudiant en deuxième année à l’école de management de Normandie, vient d’effectuer sa rentrée. Au programme : des cours de business et… beaucoup de concerts !

Voilà quelques jours que Thomas, 19 ans, a déposé ses valises à Nashville, au Tennessee, le berceau de la musique country. Étudiant en deuxième année à l'EM Normandie, le jeune homme a un objectif pour ce semestre aux États-Unis : perfectionner son niveau en anglais.

"Au moment de choisir la destination, j'avais également sélectionné Monterey, en Californie, et Bellingham dans l'État de Washington, à côté de Seattle. Je n'aurais pas eu l'idée d'aller faire du tourisme dans ces villes mais, au moins, j'étais sûr de ne pas retrouver dix élèves de mon école", résume-t-il.

Il a finalement obtenu une place à l'université Belmont, qui compte seulement trois autres Français cette année. "Cela a ajouté un peu de stress à mon départ, mais c'est idéal pour s'immerger dans la culture américaine !"

L'université Belmont, une ville dans la ville

En débarquant, Thomas a été très impressionné par la taille des installations. "Tout est immense par rapport à l'EM Normandie : la pelouse, la fontaine, les bâtiments, les complexes sportifs..." Situé à un quart d'heure en voiture du centre-ville de Nashville, la fac, entourée de commerces, est une ville dans la ville.

Côté hébergement, l'inscription à l'université garantit une chambre sur le campus pour la somme semestrielle de 2.330 €. "Je suis en colocation avec un étudiant de Chicago, cela me force à parler anglais." Chaque étage de la résidence comporte une salle commune où les étudiants peuvent se retrouver. "On crée notre petite bande."

Thomas a également souscrit au "meal plan", qui prévoit deux repas par jour et des points utilisables dans les commerces du campus. Coût : 2.058 €. "Le dining hall comporte plusieurs stands : burgers, pizzas, sandwichs, wraps, salades composées... Et un distributeur de sodas à volonté. Les Américains n'ont pas la même philosophie de la nourriture que nous mais j'essaie de prendre des légumes à chaque repas !"

Dès la première semaine de cours, Thomas a été surpris par l'attitude décontractée des professeurs. "Ils vont très facilement sur le terrain personnel et on ne ressent pas la hiérarchie. Ils sont là pour nous transmettre le savoir, pas pour se placer au-dessus de nous."

La charge de travail a également décontenancé l'étudiant. "Avant le premier cours de business international, il a fallu que je lise un chapitre de 30 pages sur lequel l'enseignant s'est ensuite appuyé pour apporter des précisions. C'est assez perturbant quand on n'a pas l'habitude. C'est aussi pour cela que l'on pratique des échanges, c'est une manière de découvrir d'autres façons d'apprendre."

En sélectionnant des cours de troisième année, l'étudiant de deuxième année craignait d'avoir du mal à suivre, mais il a été vite rassuré sur son niveau. "On a eu un premier quiz et moins d'un tiers des étudiants était capable d'indiquer sur quel continent se situe la Malaisie", s'étonne-t-il.

De la musique à chaque coin de rue

À Nashville, la musique est partout. Thomas, qui pratique la guitare depuis près de dix ans, a découvert un petit paradis. "On peut écouter de la musique sur la pelouse du campus, dans la rue, dans tous les bars." Mais comme il a moins de 21 ans, il est redevenu mineur vis-à-vis de la loi américaine et ne peut pas en profiter. La solution : sortir dans les bars-restaurants autorisés aux mineurs.

Enfin, l'étudiant de l'EM Normandie se réjouit de l'accueil des Américains. Une sympathie franche qui doit beaucoup au fait que le Tennessee est un État du Sud, selon lui. "Les étudiants sont gentils et très curieux.On les rencontre une fois et ils veulent prendre notre numéro de téléphone et être notre ami sur Facebook." De quoi le rassurer pour les cinq prochains mois !

Avant de partir...
Ne perdez pas de temps pour le visa. La procédure pour obtenir le visa J1 dans le cadre d'un programme d'échanges prend un à deux mois. Vous devez vous munir du formulaire DS-2019 attestant de votre inscription dans un établissement américain et l'enregistrer sur le système SEVIS (Student and Exchange Visitor Information System), avant de vous rendre au consulat des États-Unis. Coût : 152 €.

Ne prenez pas les tests de langue à la légère. Que vous partiez en échange ou en double diplôme, le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) ou l'IELTS (International English Language Testing System) sont obligatoires pour étudier dans une université américaine. L'université Belmont requiert un score minimal de 6,5 sur 9 à l'IELTS, ce qui la situe un peu au-dessus de la moyenne.


Sur place…
Logement
L'université propose automatiquement aux étudiants un logement sur le campus. Le loyer mensuel atteint 900 € en chambre double avec deux repas par jour. Bien qu'onéreuse, la formule est intéressante, car le campus se situe à l'extérieur de la ville.

Transport
- Bus : il est gratuit pour les étudiants de l'université, mais beaucoup organisent leurs déplacements avec l'application Uber. Pratique et bon marché à plusieurs (moins de 6 € pour se rendre dans le centre-ville).
- Vol aller-retour : entre 500 € et 1.000 €, selon la période. Escale obligatoire à New York, Atlanta, Philadelphie, Chicago ou Charlottesville. Soit un trajet qui dure de douze à quinze heures. Et n'oubliez pas de tenir compte des sept heures de décalage horaire avec la France.