1. Paul Mirabel, "l'étudiant le plus drôle de France" sur la scène de l'Olympia
Portrait

Paul Mirabel, "l'étudiant le plus drôle de France" sur la scène de l'Olympia

Envoyer cet article à un ami
Paul Mirabel, 23 ans, un étudiant de business school passé au stand-up. // © Sven Andersen
Paul Mirabel, 23 ans, un étudiant de business school passé au stand-up. // © Sven Andersen

IL FAIT LA UNE. À 23 ans, Paul Mirabel conjugue études de commerce et passion du stand-up. Annoncé comme un futur grand nom de l’humour, il franchit les étapes à une vitesse folle. Rencontre.

Depuis sa victoire en 2018 au Campus Comedy Tour sur la scène de La Cigale à Paris, la vie de Paul Mirabel a quelque peu basculé. Le 29 mai 2019, il se produisait à l’Olympia en première partie de Roman Frayssinet, deux semaines après avoir assuré sur le fil celle de Fary au Théâtre du Rond-Point. "Fary m’a appelé le jour même. Il était 16 heures, j’étais en cours", confie celui qui cumule une trentaine de prestations par mois depuis octobre.

Lire aussi : Campus Comedy Tour 2018 : Paul Mirabel, le vainqueur, 70 kilos d'autodérision

C’est pourtant pour les études que ce Montpelliérain a, dans un premier temps, rejoint la capitale. Depuis l’obtention de son baccalauréat scientifique en 2013, il suit en effet le cursus de la Paris School of Business. Actuellement en master 2 consulting, il avoue ne plus vraiment être concerné par les cours. "Cela ne fait jamais de mal de se creuser la tête, mais le consulting, pour moi, c’est vague. Si je devient consultant, le meilleur conseil que je puisse donner à quelqu’un, c’est d’aller consulter quelqu’un d’autre."

Une affirmation en guise de blague qui dresse en un instant la personnalité de ce garçon attachant qui cultive un certain sens de l’autodérision. Et ce, depuis l’enfance. "Plus jeune, j’étais très timide, limite invisible. J’étais un peu décalé de par ma grande taille. On disait que j’étais marrant, mais il y avait toujours un autre garçon qui avait plus d’assurance que moi pour répéter mes blagues. Tout le monde rigolait alors que c’était moi l’auteur."

"Roméo et Juliette" en caleçon

Le courage de s’assumer pleinement, Paul l’a notamment trouvé à travers son année de césure effectuée au Cours Florent. "J’ai dû jouer Roméo et Juliette en caleçon à crier devant 30 personnes que je ne connaissais pas. Après cela, tu n’as plus aucune gêne dans ta vie. Cela m’a vraiment aidé à casser la barrière de la honte."

Lire aussi : ApprentiScènes 2019 : quand les apprentis jouent la comédie

Inspiré depuis tout petit par l’univers du rap et le parcours d’Orelsan, Paul a découvert la technique du stand-up à travers les premiers spectacles de Gad Elmaleh et Jamel Debbouze. Pour les rejoindre en haut de l’affiche, le grand blond aux lunettes rondes s’impose beaucoup de rigueur et de discipline. Et quelques heures d’errance. "J’écris sur un carnet chez moi, mais je marche aussi beaucoup avec mes écouteurs sans destination précise, souvent sur les quais entre la Motte-Piquet et Saint-Michel. Cela me permet de vivre des choses, de capter des scènes de vie."

"Les gens ont besoin de rire"

Sélectionné par l’équipe du Point-Virgule pour partager la scène mythique de l’Olympia le 20 juin 2019 au côté d’humoristes talentueux, le jeune homme rode actuellement son premier spectacle. Chaque lundi soir, jusqu’au 24 juin, il teste ses sketchs en cours de création à La Petite Loge, le théâtre de poche le plus célèbre de la capitale. "Je pense que les gens ont besoin de rire, et je fais de mon mieux pour y participer. J’aime beaucoup les situations comiques et les histoires juste marrantes, sans qu’il n'y ait d’engagement derrière. C’est surtout une question d’angle." Bien décidé à réaliser son rêve, Paul s’isolera cet été à Montréal, au Canada, pour poursuivre son apprentissage dans les cafés-théâtres. Avant de lancer officiellement sa carrière solo dès 2020.