1. Entrer en écoles d’ingénieurs après un bac+2: portrait-robot du lauréat
Enquête

Entrer en écoles d’ingénieurs après un bac+2: portrait-robot du lauréat

Envoyer cet article à un ami

Intéressé, après un premier diplôme, par entrer en école d’ingé ? À partir des données récoltées à l’occasion de notre palmarès 2016 des écoles d’ingénieurs, nous avons dressé le portrait type des élèves entrés à bac+2 à la dernière rentrée. De quoi trouver peut-être matière à vous rassurer avant d’affronter les concours…

À la rentrée 2015, seuls 41 % des nouveaux élèves sont passées par les classes prépas : s'il y a encore quelques années, les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) scientifiques constituaient un passage quasi obligé pour entrer en écoles d'ingénieurs, ce n'est plus le cas aujourd'hui.

La prépa : un passage moins obligé mais toujours payant

Toutefois, force est de constater que les écoles les plus prestigieuses recrutent quasi exclusivement par cette voie-là (plus de 9 nouveaux inscrits sur 10 pour Polytechnique, l'École des ponts ParisTech et la majorité des écoles des Mines et des Centrales).
À noter que les écoles postbac intègrent de plus en plus d'élèves à bac+2. L'occasion pour elles de diversifier leurs profils. Elles sont même 40 % à avoir recruté à la rentrée 2015 plus de la moitié de leurs nouveaux effectifs à ce niveau d'études. Parmi eux : des élèves issus de... CPGE. Ils étaient 16 %.

De leur côté, certaines écoles dites "bac+2" recrutent aussi quelques effectifs via des prépas intégrées, à l'image, par exemple, des prépas des INP.

Le succès des DUT

Si vous ne souhaitez pas passer par la case CPGE après le bac, pourquoi ne pas rejoindre un DUT (diplôme universitaire de technologie) ? Parmi les admissions parallèles, c'est la voie la plus représentée. Certaines écoles, à l'image des UT (universités technologiques) de Compiègne, Troyes et Belfort-Montbéliard ou de l'INSA (institut national des sciences appliquées) Lyon ont fait de ces profils une vraie priorité. Contrairement aux classes préparatoires, les étudiants de ces filières bénéficient d'une première expérience professionnelle concrète à travers les stages ou via l'alternance. À vous de voir si vous préférez donc des études plus théoriques ou entrer très vite dans le vif du sujet.

Avoir une mention au bac : la "norme"

Les écoles les plus prestigieuses recrutent des élèves qui ont décroché leur bac avec la mention très bien (93 % des nouveaux admis à Polytechnique, 88 % à Centrale Paris, des chiffres en augmentation par rapport à la rentrée 2014). De manière générale, la proportion des élèves ingénieurs titulaires d'une mention est plus élevée que la moyenne nationale. Les élèves entrés en 2015 sont ainsi 27 % à avoir obtenu leur bac général avec la mention très bien, quand la moyenne nationale pour le bac 2014 tournait à 10,8 %. Les chiffres sont encore plus éloquents du côté des bacs techno : 26 % des nouveaux élèves ingénieurs ont la mention très bien, pour une moyenne nationale à... 2,2 %.