1. Du diplôme à l'emploi. Séverine se fait aider par l'APEC
Témoignage

Du diplôme à l'emploi. Séverine se fait aider par l'APEC

Envoyer cet article à un ami
Séverine poursuit sa recherche d'emploi dans le tourisme. // © Photo fournie par le témoin
Séverine poursuit sa recherche d'emploi dans le tourisme. // © Photo fournie par le témoin

Se lancer dans la vie active est souvent un défi. L'Etudiant suit plusieurs jeunes diplômés dans leur recherche d'emploi, pour vous aider à traverser ce moment particulier grâce à leurs témoignages. Séverine, diplômée d’un master en écotourisme, n'a pas chômé depuis novembre dernier : job, candidatures, rendez-vous à Pôle Emploi et à l'APEC... elle garde le rythme !

Épisode 2. Janvier 2017. Continuer à candidater ! Et ce, malgré les réponses négatives qu'elle reçoit régulièrement. C'est le cap que s'est donné Séverine pour cette nouvelle année, avec un objectif précis : envoyer trois candidatures par jour minimum, en répondant à des offres ou de façon spontanée ! "J'ai l'impression que jusqu'ici ma recherche d'emploi s'est déroulée par à-coups, il y a eu pas mal de moments où je faisais d'autres choses en même temps", analyse la jeune diplômée en tourisme.

De fait, depuis novembre dernier, à côté de sa recherche d'un emploi de chef de projet tourisme qu'elle a racontée à l'Etudiant, Séverine a dédié une partie de son temps à un job d'hôtesse au parc touristique de Puy du Fou, pour les fêtes. Douze journées en tout, payées au SMIC. "Ça s'est très bien passé, mais au final c'étaient des journées assez fatigantes !", résume-t-elle. "J'ai postulé dans la foulée pour le même job cet été, une porte de sortie au cas où je n'aurai rien trouvé d'ici-là."

Lire aussi : Épisode 1. Séverine, chef de projet tourisme, vise un poste "en espace naturel protégé"

Après Pôle Emploi, l'APEC

Sur le front des candidatures et entretiens d'embauche, Séverine n'a cependant pas été inactive ! "J'ai répondu à près de 25 offres d'emploi, que j'ai trouvées en passant toujours par les sites spécialisés sur le tourisme. À chaque fois, j'adapte mon CV et ma lettre à la candidature, c'est du travail !" Résultat des courses : des réponses négatives pour environ la moitié des envois, aucune réponse sinon. "Quand la date de l'entretien des candidats est passée, je sais que c'est mort !", soupire la jeune femme.

Pendant cette même période, Séverine a eu du nouveau du côté de Pôle Emploi, dont elle attendait beaucoup. "Je bénéficie d'un accompagnement dit "intensif", destiné aux jeunes. C'est assez décevant, car les rendez-vous ont lieu tous les mois environ. J'ai eu un atelier collectif sur le CV, mais c'était vraiment le b.a.-ba, je n'ai rien appris !" Débrouillarde, Séverine ne s'est pas laissée abattre. "Je me suis tournée vers l'APEC [Association pour l'emploi des cadres] en complément, qui accompagne des diplômés à partir de bac+3. Mon premier atelier, qui portait également sur le CV, a duré quatre heures, et m'a ouvert les yeux sur le fait que je n'avais pas la bonne stratégie ! Et le rendez-vous individuel a suivi dans les trois jours !"

De ces nouveaux conseils, Séverine retient la nécessité de mieux structurer son CV. "Je dois être capable de le résumer en quelques lignes, qu'on comprenne vite quel est mon profil ! J'ai appris aussi à me présenter en trois minutes, cela m'a redonné confiance pour les entretiens. Ce que je cherchais à Pôle Emploi, je l'ai trouvé à l'APEC."

Vivre l'attente

Très mobilisée malgré le manque de réponses, Séverine nourrit sa motivation en se tenant au courant de l'actualité de son secteur. Elle se rend ainsi régulièrement à des événements autour du tourisme durable : un colloque à Angoulême, une remise de trophées et une rencontre organisée par un réseau spécialisé, à Nantes.

Séverine ne vit pas très bien cette attente. "J'étais très active comme étudiante, je n'avais pas une minute à moi. Rester chez soi quand on a tous ses amis qui travaillent est difficile." Elle qui a fait du fitness en collectif pendant huit ans n'ose pas s'inscrire à un cours payant dans sa ville : "Si je paye l'abonnement et que je trouve un emploi à l'autre bout de la France ?"

Vivre chez ses parents n'est pas non plus idéal : "Je participe à la vie de la maison mais ce n'est pas chez moi, je n'y met pas le même cœur, et c'est difficile de se projeter dans la suite dans ces conditions !" Séverine a malgré tout mis cette période de transition à profit, en s'occupant de sa santé. "J'ai pris le temps de faire un check-up complet, en allant chez le dentiste, etc. Des rendez-vous qu'il fallait que je prenne depuis longtemps !"

L'option service civique

Afin de multiplier ses chances de décrocher un job en acquérant plus d'expérience, et "pour ne pas rester les bras croisés et se faire de nouveaux contacts", Séverine a décidé d'élargir sa recherche d'emploi aux offres de service civique. Des missions bénévoles, mais qui l'intéressent. "J'ai postulé par exemple pour un poste de développement et de valorisation de la randonnée dans la Vienne." En tout, Séverine a déjà candidaté pour six postes en service civique, passé deux entretiens, et reçu six réponses négatives. Mais elle s'accroche !

Retrouvez tous les épisodes de la série "Du diplôme à l'emploi" grâce à notre timeline et suivez les parcours de Rémy, ouvrier pâtissier, Jordan, diplômé d'un master de lettres, Alice, titulaire d'un BTS audiovisuel, pour décrocher un job.