1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Jeunes diplômés défavorisés : 5 conseils pour trouver un emploi malgré tout
Interview

Jeunes diplômés défavorisés : 5 conseils pour trouver un emploi malgré tout

Envoyer cet article à un ami
Plusieurs aides sont proposées pour les jeunes issus des milieux défavorisés qui recherchent un emploi. // © Svitlana / Adobe Stock
Plusieurs aides sont proposées pour les jeunes issus des milieux défavorisés qui recherchent un emploi. // © Svitlana / Adobe Stock

#OUVERTURESOCIALE [Série spéciale]. Pour la génération des diplômés 2020, la recherche d’un premier emploi sera très dure mais pour ceux qui, socialement défavorisés, n’ont pas de réseau, la quête du Graal risque d’être décourageante. L'Etudiant a recueilli les conseils de Yazid Chir, chef d’entreprise et président-cofondateur de Nos Quartiers ont des talents, qui propose un système de parrainage pour les diplômés défavorisés à partir de bac+3.

"80% des jobs de niveau bac+3 et plus se décrochent via le réseau" confie Yazid Chir (*), le président cofondateur de l’association nationale Nos quartiers ont des talents (NQT), qui propose aux jeunes diplômés défavorisés de se faire parrainer et marrainer par des cadres en entreprise. "Un jeune diplômé sans réseau a cinq fois moins de chances de trouver un poste que celui qui a accès au 'marché caché' de l’emploi via ses parents ou son milieu social."

L'association a déjà accompagné près de 50.000 jeunes diplômés de niveau bac+3 minimum. "70% d’entre eux ont trouvé en six mois un emploi à la hauteur de leurs compétences et 10% ont été recrutés dans l’entreprise de leur parrain ou marraine", précise Yazid Chir.

1– Sortez de votre isolement : ne restez pas seul !

La recherche d’emploi est un processus qui exige persévérance et récurrence des actions. Isolé vous pouvez céder facilement au découragement face aux réponses négatives ou à l’absence de réponses. Vous pouvez rejoindre une association de chercheurs d’emploi pour trouver de l’aide aux techniques de recherche d’emploi (améliorer son CV, préparer son entretien en visio, optimiser son profil LinkedIn…) et surtout trouver de l’entraide et du soutien moral même à distance ou en petits groupes en ces temps de déconfinement progressif.

"En s'inscrivant à Nos quartiers ont des talents, les jeunes diplômés à partir de bac+3 bénéficient gratuitement d’un bouquet de services, en particulier le parrainage ou le marrainage par des salariés en activité ayant au moins 10 ans d’expérience", explique Yazid Chir. "Surtout vous sortez de l’isolement et accédez à de l'entraide pour ne pas désespérer".

Lire aussi : Jeunes diplômés : pourquoi (et comment) s'inscrire à Pôle emploi en 2020

2– Ne baissez pas les bras deux secondes avant le miracle !

En effet désespérer de trouver un emploi à la hauteur de son diplôme et de ses compétences et renoncer à trouver serait une erreur. Souvenez-vous du proverbe arabe : "Ne baisses pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle !" Vous devez cultiver la résilience ! "Les jeunes socialement défavorisés qui ont réussi malgré tout à mener des études supérieures ont déjà acquis une résilience et vont tirer les bénéfices de la crise", précise le président de l'association.

Yazid Chir conseille aussi aux diplômés bac+3 de ne pas sacrifier leur désir de faire un master à un job disponible mais très inférieur à leurs compétences : "Beaucoup de jeunes socialement défavorisés rêvent d'un master mais s'arrêtent à bac+3 pour des raisons financières". Pour aller au maximum de son potentiel et surmonter l'obstacle financier, suivez vos études de master en alternance : "Dès la première heure d'études vous serez rémunéré", sourit Yazid Chir.

3– Soyez réalistes : ne restez pas arc-bouté sur un secteur bouché

"Les jeunes diplômés ne doivent pas être trop regardants sur les offres de postes qu’ils peuvent trouver". Ce principe de réalité s’imposait déjà avant la crise, il devient impératif depuis. Même si le parrain ou la marraine va vous ouvrir son carnet d'adresses, il ne fera pas tout. Vous devez élargir le spectre de votre recherche d'emploi. "Des jeunes s’embarquent dans des filières qui sont bouchées ou très concurrencées", observe Yazid Chir.

Les places dans le marketing, la communication ou les ressources humaines vont être rares. "Vous ne devez pas rester arc-bouté sur la recherche d’un job correspondant complètement à votre diplôme. Regardez et ciblez les secteurs qui ont été boostés ou relativement épargnés par la crise". Scrutez aussi les entreprises moins visibles, aux noms moins connues mais ont des besoins de compétences : entreprises de taille intermédiaire, PME sur des territoires éloignés des grandes métropoles, start-ups en démarrage…

Lire aussi : Jeunes diplômés, les entreprises vous attendent en 2020

4– Profitez des conseils de votre mentor, parrain ou marraine

NQT met en relation les jeunes diplômés à la recherche d’un emploi avec un mentor issu de ses 900 entreprises partenaires. L'association compte environ 10.000 parrains et marraines bénévoles. "Le parrain ou la marraine est un professionnel en activité qui est en mesure de vous transmettre son expérience pour réaliser ce qu'il a déjà réalisé", explique Yaid Chir. "Le mentor est donc là pour vous éclairer. Grâce à son expérience, il saura vous donner des conseils pertinents et vous coacher pour accélérer votre recherche d’emploi". Il pourra aussi vous rebooster le moral en cas de coup de mou et bien sûr vous faire bénéficier de son carnet d'adresses.

Lire aussi : Jeunes diplômés : 7 réflexes pour trouver un emploi en pleine tempête économique

5– Injectez-vous des compétences supplémentaires

Vu la tempête économique qui s'annonce au deuxième semestre 2020, le délai de recherche et d'obtention d'un poste va s'allonger. "Profitez de cette période pour vous former et vous enrichir en compétences", conseille Yazid Chir. "Des plateformes de formation en ligne comme OpenClassrooms proposent de nombreuses formations, y compris diplômantes". Enrichir son CV vous permettra de faire la différence avec un autre candidat quand vous vous retrouverez face à un recruteur. Soignez en particulier votre niveau en anglais professionnel et technique.

Qui peut bénéficier du parrainage professionnel de NQT ?

Vous devez être un jeune diplômé de niveau bac+3 minimum, avoir moins de 30 ans, et être issu de milieu défavorisé ou résider en zone prioritaire. Par exemple, habiter en zone de revitalisation rurale, en quartier prioritaire de la ville ou avoir été boursier sur critères sociaux durant vos études ou encore être au RSA. L'association Nos quartiers ont des talents vient aussi en aide aux jeunes diplômés élevés par un seul parent ou en situation de handicap.

Lire aussi : Les autres épisodes de la série #ouverturesociale

(*) Crédit photo : Yazid Chir président de Nos quartiers ont des talents : "Un jeune diplômé sans réseau a 5 fois moins de chance de trouver un poste". // © NQT