Middle office financement : vers un rôle d’expertise

Par Céline Authemayou, publié le 05 Novembre 2012
4 min

Véronique Bouet-Gérard est responsable du middle office financement au sein de la Direction des opérations de la Banque de financement et d’investissement de NATIXIS. Elle est diplômée du DESS gestion financière et fiscalité (Paris 1-Sorbonne, 1989).

Le middle office souffre en interne et auprès des jeunes diplômés d’une déficience de notoriété. Pourtant, ce métier a connu une forte évolution au cours des 10 dernières années, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Ainsi, depuis la création du middle office financement de Natixis au début des années 2000, les effectifs ont plus que triplé pour atteindre aujourd’hui une centaine de collaborateurs.

Longtemps dédié à des activités administratives et d’assistanat du front office, ce métier ne se limite plus aujourd’hui à un rôle de preneur d’ordres. Il occupe une fonction de contrôle et d’expertise reconnue, indépendante et indispensable au développement sécurisé des activités de la banque. Pour s’adapter aux nouvelles normes bancaires Bâle III, les exigences en matière de polyvalence entre financement et marché sont de plus en plus fortes.


Une expertise reconnue

Le middle office gère majoritairement des dossiers de financement arrangés ou coarrangés par les chargés d’affaires. Il couvre les financements corporate et les financements structurés (aéronautique, projet, immobilier, matières premières et acquisitions/LBO...), mais également les montages de titrisation. Cela nécessite une bonne connais­sance des activités de financement et de marché pour pouvoir échanger avec les experts métiers.


Garant des opérations et véritable interface

Dès que nous sommes saisis par un chargé d’affaires, nous lui apportons notre expertise sur la ­faisabilité de l’opération proposée en tenant compte à la fois des attentes du client et des impératifs de gestion propres à la banque.

Nous analysons la documentation contractuelle avant la signature et assurons toute la mise en place de l’opération en interne. Nous vérifions par exemple que l’actif financé dans le cadre d’un financement structuré soit bien apporté en garantie et nous effectuons toutes les démarches administratives nécessaires. Nous continuons d’exercer ce rôle durant toute la vie du dossier jusqu’au remboursement final.

Si Natixis est agent de l’opération, nous intervenons auprès des banques partenaires, leur relayons toute information financière du client et traitons ensemble les événements susceptibles d’influencer le profil de remboursement du dossier. En parallèle, nous contrôlons la conformité entre la documentation contractuelle et les décisions prises par le comité de crédit.


Relation, rigueur et adaptabilité

Le gestionnaire du middle office doit posséder 3 qualités essentielles, auxquelles s’ajoutent naturellement une expertise forte dans les techniques de financement et les outils informatiques. Le relationnel tout d’abord : faire preuve d’un bon contact avec les clients internes (front et back office, direction juridique, direction des risques, etc.) et externes est primordial.

La rigueur, ensuite, dans la mise en place, le contrôle et le suivi des dossiers. C’est une condition indispensable à la maîtrise des risques de la banque. La polyvalence et l’adaptabilité enfin : faire le lien entre le back office et le front office est essentiel pour travailler efficacement. De plus, il n’existe pas de dossier standard : il faut s’adapter à chaque client, chaque contrat, chaque pays, et ce dans un univers où les aspects fiscaux et juridiques évoluent constamment.


Plusieurs évolutions possibles

Dès son arrivée dans l’entreprise, un jeune diplômé prend en charge un portefeuille de dossiers simples. Il en assure le suivi sous la supervision d’un senior, puis, en fonction du développement de son expertise, il commence à gérer des dossiers plus complexes et réalise lui-même le ­closing de nouveaux dossiers.

Des évolutions sont possibles vers les métiers du front office, mais aussi vers les risques ou encore le contrôle interne. Nous privilégions les mobilités au sein même de Natixis à un horizon de trois ou quatre ans. Enfin, une spécialisation dans le management d’équipe s’offre aux collaborateurs qui souhaitent continuer au sein du middle office.

En bref

Avantages
Un métier enrichissant avec de nombreux contacts clients où l’on ne s’ennuie jamais, une dimension internationale forte et des activités très variées qui permettent de développer une expertise pointue sur les produits et métiers de la banque.

Contraintes
Un métier qui impose de la rigueur et un rythme de travail soutenu compte tenu des objectifs de productivité.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !