1. Recherche d'emploi : ce qu'il faut savoir sur les tests de personnalité avant d'en passer
Boîte à outils

Recherche d'emploi : ce qu'il faut savoir sur les tests de personnalité avant d'en passer

Envoyer cet article à un ami
Les tests de personnalité sont un outil complémentaire d'aide au recrutement utilisé pour cerner votre vraie nature sur un plan professionnel. // © plainpicture/PhotoAlto/Eric Audras
Les tests de personnalité sont un outil complémentaire d'aide au recrutement utilisé pour cerner votre vraie nature sur un plan professionnel. // © plainpicture/PhotoAlto/Eric Audras

Dans la batterie de tests que peuvent vous faire passer les recruteurs, les tests de personnalité sont les plus utilisés. Les jeunes diplômés y échappent moins que les autres salariés. Nos conseils pour comprendre et dédramatiser l'exercice.

1. Les tests de personnalité, qu'est-ce que c'est ?

Les tests de personnalité sont des outils complémentaires au recrutement. Ils cherchent à déceler votre "vraie nature", vos traits de caractère, vos valeurs et vos motivations sur le plan professionnel. Ils servent à vérifier que votre profil est adapté au poste à pourvoir. Ils permettent ainsi de sortir de l'entretien de recrutement classique, uniquement centré sur les savoir-faire et les compétences techniques.

"Nous avons utilisé le questionnaire Papi 3 pour avoir un autre éclairage sur la personnalité des candidats", explique Gersende Delcourt, DRH de l'hôtel Marriott Opéra à Paris, qui a fait passer ce test pour des postes de managers commerciaux ou des fonctions d'encadrement.

2. Qui passe ces tests ?

En tant que jeunes diplômés, vous avez plus de chances d'y être soumis ! "D'abord, parce que les jeunes qui entrent sur le marché du travail ont peu d'expérience. Ensuite, parce que la génération des 'millenials' est réputée parfois plus rebelle que les anciennes", confient Olivier Petit et Gaëlle Monteiller, qui ont créé leur cabinet de ressources humaines et développé le test TOD. Les recruteurs cherchent à éviter un recrutement raté, qui peut coûter cher à l'entreprise.

Lire aussi : Faites les tests psycho de personnalité et de caractère de l'Etudiant

Difficile aussi de ne pas être testé pour certains postes : si vous visez des postes de commerciaux ou d’informaticiens, vous y serez probablement soumis. De même, pour un poste permettant d’évoluer vers des fonctions d’encadrement. "Quand je fais passer un test de personnalité aux commerciaux, je cherche à connaître leur vraie nature, quelle serait leur réaction spontanément face à telle situation", confie Marina Chéné, directrice associée chez Robert Half.

En outre, ce sont surtout les grandes entreprises et les groupes qui font passer ces tests, ainsi que les cabinets de recrutement avant de présenter des candidats à leurs clients. Les PME-PMI (petites et moyennes entreprises – petites et moyennes industries), qui ont moins d’argent à dépenser, en sont moins friandes.

3. Quels sont les tests les plus utilisés ?

Il existe de nombreux tests. Le plus utilisé dans le monde est d’origine américaine : il s'agit du MBTI (Myers Briggs Type Indicator). Il classe les candidats selon 16 types de personnalité (le metteur en scène, le méthodique, l’esprit service public, le polyvalent, le créateur, etc.). Vous répondez à une série de 100 à 200 questions fermées. Par exemple, on peut vous demander de choisir le mot qui vous convient le mieux entre deux, comme "créer ou fabriquer".

Le PAPI (Personality and Preference Inventory) reste le test le plus utilisé par les recruteurs français. Vous pouvez avoir à choisir entre deux affirmations (par exemple, "Je recherche le changement" ou "Je suis une personne qui travaille dur") ou évaluer une affirmation de "entièrement d’accord" à "pas du tout d’accord". Vous discutez ensuite de vos réponses avec le recruteur.

Hormis ces deux tests, il en existe beucoup d'autres, comme le SOSIE professionnel ou encore le DISC.

4. Comment ça se passe ?

En général, un test de personnalité se passe en amont de votre entretien de recrutement. Il peut avoir lieu en ligne mais aussi dans un centre de recrutement, l'un de ces "assessment centers" dont sont friands les grandes entreprises. Dans ce cas, vous passerez d'autres tests : test de connaissances, test de langue, exercices pratiques, entretiens collectifs… Le recruteur vous précisera la façon de procéder dans le courriel de convocation à l'entretien. La loi prévoit que vous devez être informé d'un passage de test de personnalité lors du processus d'embauche.

5. Pourquoi les entreprises s'en servent-elles ?

"Quand vous triez les candidats sur leurs compétences et leur expérience, vous ne connaissez rien de leur personnalité, confie un responsable des ressources humaines dans l’univers de la grande consommation. Or, ce qui nous intéresse, c’est de connaître le 'mindset', autrement dit l’état d’esprit d’un candidat : quelles sont ses prédispositions naturelles, ses aspirations professionnelles ? Et sont-elles en ligne avec le poste à pourvoir ?"

Lire aussi : Premier emploi : votre salaire en 2019 dans chaque secteur

En plus de votre savoir-faire attesté par votre diplôme et vos stages, les entreprises veulent en savoir plus sur vos savoir-être : avez-vous l’esprit d’équipe ou êtes-vous individualiste ? Êtes-vous dans le contrôle ou savez-vous vous adapter à un environnement mouvant ? Savez-vous déléguer ou ne faites-vous confiance qu'à vous-même ? Êtes-vous rebelle à l’autorité ou au contraire dites-vous "oui" à tout ? Les résultats vont fournir une base de discussion au recruteur lors de l'entretien.

6. Pouvez-vous refuser de vous y soumettre ?

En théorie, rien ne vous y oblige. D’autant que la validité scientifique de ce type d’exercices n’a jamais vraiment été démontrée. Selon la loi, le recruteur doit prévenir le candidat qu’il devra passer ce genre de test. L’inconvénient d’un refus ? Vous "cassez" le processus de recrutement de l’employeur… ainsi que vos chances d’être recruté dans son entreprise ! Si le poste vous intéresse fortement, mieux vaut donc jouer le jeu.

"De toute façon, en faisant ces tests de personnalité, les jeunes diplômés progressent en connaissance de soi : ils apprennent à cerner leurs qualités, leurs défauts et ce qui les fait vibrer professionnellement", plaident Olivier Petit et Gaëlle Monteiller. Les tests doivent rester confidentiels mais vous avez un droit d’accès aux résultats. Et si ceux-ci ne vous conviennent pas, ils peuvent vous fournir un point de discussion en entretien de recrutement.

7. Comment réussir ces tests ?

On ne peut pas parler vraiment de "réussite". Contrairement aux tests d’aptitude ou d’intelligence, il n’y a pas de notes. "Je conseille aux candidats de ne pas intellectualiser ces tests : cela fausserait les résultats", conseille Marina Chéné. "Soyez vous-même, cela fera votre force. Assumez qui vous êtes, y compris vos fêlures, préconise Gaëlle Monteiller. Sachez ce que vous avez envie de faire et engagez-vous sur ce qui vous plaît, vous serez bien meilleur".

À défaut de faire ces tests de bon cœur, soyez donc de bonne foi. Votre intérêt n’est pas de mentir, mais de vous révéler tel que vous êtes vraiment. Anticipez et passez-en un à vos frais si vous êtes en recherche d'emploi : vous apprendrez à mieux vous connaître, cela vous aidera en entretien de recrutement. Les tests coûtent environ 300 €, mais il existe souvent des réductions pour les jeunes diplômés. Enfin, dédramatisez : toutes les personnalités ont leur place en entreprise et vous trouverez la vôtre.