1. Réussir autrement au lycée Montessori à Bailly
Enquête

Réussir autrement au lycée Montessori à Bailly

Envoyer cet article à un ami
La créativité, notamment à travers des cours d’art plastique, revêt une grande importance dans les enseignements de l’établissement. // © Laurent Hazgui/Divergence pour l'Etudiant
La créativité, notamment à travers des cours d’art plastique, revêt une grande importance dans les enseignements de l’établissement. // © Laurent Hazgui/Divergence pour l'Etudiant

Dans cet établissement, la pédagogie est basée sur un grand principe : puisque chaque élève est différent, il faut donc faire différemment pour chacun. Visite guidée.

"Ici, les profs ne nous jugent pas. Ils nous laissent avancer à notre rythme et changent leur façon d'enseigner quand ils voient que l'on ne comprend pas." Marie est en seconde au lycée Montessori à Bailly (78). Elle est arrivée dans l'établissement l'an dernier, en troisième. Il est possible d'y suivre toute sa scolarité, de la maternelle à la terminale. Marie est passée par des collèges publics et privés. Elle ne s'y sentait pas bien et a été déscolarisée pendant neuf mois. Elle fut diagnostiquée phobique scolaire, comme de nombreux élèves du lycée Montessori. Mais à Bailly, elle revit. "J'étais toujours dans les derniers de ma classe. L'an dernier, ici, j'étais première !"

Lire aussi : Ces lycées où vous réussirez autrement

"L'idée est de ne travailler qu'une difficulté à la fois"

"Le système de l'Éducation nationale n'est pas adapté aux jeunes d'aujourd'hui", lance Sylvie d'Esclaibes, directrice de l'établissement. Partant de ce principe, elle a alors créé le seul lycée en France dont la pédagogie se revendique de Maria Montessori, célèbre pédagogue italienne du XIXe siècle. Le principe de base : "Chacun est différent. On propose à chaque enfant, en fonction de ce qu'il est, une façon différente d'apprendre", explique-t-elle. Ainsi, dans le même cours, les élèves ont des activités variées, selon leur niveau d'apprentissage. "L'idée est de ne travailler qu'une difficulté à la fois. Quand l'obstacle est franchi, on passe à un autre problème, selon le rythme de chacun", explique Joël Philippin, professeur d'art.

Cette discipline, comme les langues vivantes, est très présente dans ce lycée. "Nous développons énormément la créativité pour que l'élève retrouve confiance en lui, souligne Sylvie d'Esclaibes. Si le jeune a un esprit créatif, il trouvera toujours des solutions dans la vie." Ce n'est alors pas surprenant que beaucoup d'élèves du lycée poursuivent leurs études en écoles d'architecture, d'art, ou bien partent à l'étranger.

"La connaissance que j'ai des élèves me permet d'adapter ma pédagogie"

Pour permettre ce suivi personnalisé, le nombre d'élèves en classe est faible. "Je ne suis pas confrontée à une masse de jeunes mais à des individus, explique Marie Robert, professeure de philosophie après avoir terminé son cours dispensé aux... six élèves de terminale ES. La connaissance que j'ai de chacun me permet d'adapter ma pédagogie. Je connais leur personnalité."

La proximité entre élèves et enseignants est flagrante : tout le monde se tutoie, s'appelle par son prénom. Mais le respect est toujours là. "Nous développons beaucoup les valeurs humaines", insiste la directrice. Il y a une "liberté dans un cadre". Ici, ni zéro ni punition. Quand quelqu'un commet un écart, il y a une discussion. "Si c'est grave, on lui demande "d'aller réfléchir", ce qui correspond à l'exclure une journée, pendant laquelle il doit écrire une rédaction sur son acte", explique Sylvie d'Esclaibes.

"Depuis que je suis là, je me sens plus épanouie"

L'emploi du temps est semblable à celui des lycées classiques : il est calqué sur les programmes de l'Éducation nationale. "En première et en terminale, comme les élèves préparent les épreuves du bac, on leur laisse moins de liberté qu'au collège ou en seconde", admet la directrice.

Ce sont les méthodes pédagogiques qui diffèrent. "Nous sommes toujours en train de discuter, de débattre, explique Marie, élève de terminale. C'est ce qui manquait auparavant. Depuis que je suis là, je me sens plus épanouie." La recherche du bonheur, de la tolérance, de l'ouverture au monde font partie intégrante de la pédagogie Montessori. "Ici, on est comme une famille", conclut Marie.

Fiche d'identité

Lycée Montessori
Bailly (78). Établissement privé hors contrat. Créé en 1992.
Coût
Entre 7.000 et 7.500 € par an.
Conditions d'admission
Aucune. Mais un entretien avec l'encadrement a lieu pour étudier le profil de l'élève.
Effectifs
40 élèves en lycée.
Taux de réussite au bac 2016
85 %.