Palmarès des lycées 2013 : la prime à ceux qui font progresser

Par Pierre Falga, publié le 27 Mars 2013
3 min

Qui sur la première marche de notre classement 2013 des lycées ? Le lycée Saint-Gabriel de Bagneux (92), un petit établissement privé de banlieue parisienne qui décroche une note globale de 18,5/20. Une nouvelle preuve que les meilleurs lycées ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

Non, les recettes de l'excellence ne tiennent pas seulement à un taux de réussite au bac flirtant avec les 100 %. Il faut aussi observer ce que le ministère de l'Éducation nationale appelle “le taux de réussite attendu” au bac d'un établissement, calculé en tenant compte de la sociologie des parents, de l'âge des élèves et des résultats qu'ils ont obtenus au brevet. Une notion qui nous permet de mesurer la capacité d'un établissement à faire progresser les élèves (1). Autre indicateur qui compte dans l'excellence : le taux d'accès de la première au bac, que nous avons rebaptisé “Indice de stabilité”, car il récompense les établissements qui parviennent à faire réussir le bac à tous leurs élèves (lire à ce propos notre méthodologie détaillée).


Pour le n° 1 du classement, 92 % de réussite au bac au lieu de 74 % attendu

Ainsi, le grand vainqueur de notre cru 2013 affiche 92 % de réussite au bac 2012 (pour trois classes de terminales seulement, dont une de STG). Un score qui peut sembler modeste quand on sait que 117 lycées de l'Hexagone (dont 109 privés et seulement 8 publics) obtiennent 100 % de réussite. Mais si le lycée Saint-Gabriel de Bagneux (92) a du mérite, c'est parce que le ministère de l'Éducation nationale ne lui prédisait un taux de réussite que de 74 % comparé à la moyenne nationale, soit 18 points au-dessous de sa performance réelle. En outre, il emmène 89 % de ses élèves de première jusqu'au bac là où le ministère attendait 62 %.


Classés parmi les 100 premiers : aussi des lycées situés en zone rurale

Ce classement 2013 met donc à l'honneur un petit lycée privé de banlieue, devant un autre établissement privé de l'Isère, le lycée Sainte-Cécile de La Côte-Saint-André, et un lycée du Xe arrondissement parisien, Edgar-Poe (consulter tous les résultats dans notre palmarès). Plus globalement, parmi les 100 premiers, figurent 82 lycées privés et seulement 18 publics.

Dans cette liste restreinte où l'on note la présence de 14 lycées parisiens, Louis-le-Grand et Henri-IV, Charlemagne, Chaptal et Victor-Duruy représentent tout de même dignement l'élite, en compagnie du lycée international de Saint-Germain-en-Laye (78), du lycée Pasteur de Neuilly (92) ou du lycée Thiers de Marseille (13) : tous atteignent ou approchent les 100 % au bac et obtiennent plus de 15,7/20. Mais ils sont accompagnés de lycées en région, installés en zone rurale et habitués aux sommets de nos palmarès, comme Victor-Bérard à Morez (39), Marguerite-Yourcenar à Erstein (67), François-Mansart à Thizy (69) ou le lycée ardéchois du Cheylard.

L'élite s'en sort donc relativement bien. Une performance prévisible quand on sélectionne les meilleurs élèves de tout l'Hexagone... Notre palmarès, lui, s'attache à distinguer les lycées obtenant d'excellents résultats avec des élèves “ordinaires”. Une bonne manière de valoriser l'effort, plus que de sacraliser l'évidence.

(1) Nous avons cependant fait une exception pour les 317 lycées ayant dépassé 98 % de réussite au bac 2012. Pour ces lycées d'élite, dont la capacité à faire progresser les élèves est forcément réduite du fait des très bonnes performances desdits élèves, la moyenne n'a été calculée qu'à partir du taux de réussite au bac et de l'indice de stabilité.

Articles les plus lus

A la Une terminale

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !