1. Quel(s) métier(s) pour Jodie, en terminale S ?
Portrait

Quel(s) métier(s) pour Jodie, en terminale S ?

Envoyer cet article à un ami
Prises de décision et initiatives ne posent pas de problème à Jodie. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Prises de décision et initiatives ne posent pas de problème à Jodie. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Organisée et ambitieuse, Jodie a choisi le bac S pour ses nombreux débouchés. Future architecte ou ingénieure ? Elle est faite pour diriger des projets.

Son parcours scolaire


Inquiète sur ses capacités à suivre la filière scientifique, Jodie a tout de même choisi de poursuivre dans cette série et elle en est très contente. Après une année de seconde avec 12 de moyenne générale, portée par de très bonnes notes en sport et SVT (sciences de la vie et de la Terre) et quelques difficultés en français et en anglais, elle s’est sentie nettement plus à l’aise une fois en première S. L’adaptation entre le collège et le lycée est loin derrière elle.

Elle est passée d’une moyenne générale de 11,8 au premier trimestre à 12,8 au deuxième. Ses notes tournaient alors autour de 11 en maths et entre 10 et 13 en physique-chimie. En TPE (travaux personnels encadrés), elle se souvient avoir eu du plaisir à travailler en groupe sur la notion de longueur avec pour thème : les "gratte-ciel". Cela lui a permis d’obtenir un 18/20 et 16 points d’avance pour le bac, combiné à ses notes aux épreuves de français (8 et 12). De loin, c’est la physique qu’elle préfère. Elle apprécie surtout les SVT mais elle ne se voit pas travailler en biologie.

Sa personnalité


Jodie est ordonnée et apprécie de pouvoir s’appuyer sur des méthodes. Ce côté rigoureux se combine avec un esprit entreprenant et ambitieux. Prises de décision et initiatives ne lui posent pas de problème et elle admet vouloir "gagner de l’argent et diriger". Plutôt créative, si elle est attirée par l’architecture, c’est surtout pour s’orienter vers "un métier qui permet de s’exprimer sur des projets".

Elle dessine pour se détendre et fréquente volontiers musées et expositions. Elle pratique la danse depuis treize ans, d’abord classique et aujourd’hui moderne et reggaeton. Son stage de troisième réalisé dans un cabinet d’architecture lui a confirmé que ce secteur la motivait : "J’ai vu que cela représentait beaucoup de travail, mais cela m’a plu", précise Jodie.

Jodie pourrait devenir architecte ou ingénieure.

Les métiers de l'architecture


Jodie semble à même de piloter des projets… en tant qu’ingénieure ou architecte ? Et pourquoi pas les deux ! Elle combine organisation, esprit d’entreprendre, sens de l’esthétique.De plus, avec ses bonnes bases en maths, l’architecture s’offrent à elle…

- Les écoles nationales supérieures d’architecture, 21 écoles en France.
- Le double diplôme ingénieur-architecte proposé par l’ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie) ou celui d’architecte-ingénieur de l’École nationale d’architecture de Paris-La Villette.
- L’INSA (Institut national des sciences appliquées) Strasbourg, une formation d’architecte renforcée en ingénierie ou son double diplôme ingénieur-architecte.
- Le diplôme architecte-ingénieur de l’ENSAL (École nationale supérieure d’architecture de Lyon), réservé aux bac S avec mention, en partenariat avec l’INSA Lyon, l’École centrale de Lyon et l’ENTPE (École nationale des travaux publics de l’État).
- Le double diplôme ingénieur-architecte de l’INSA Rennes et l’ENSAB (École nationale supérieure d’architecture de Bretagne).

Les métiers d'ingénieur


Piloter des projets et manager des équipes font partie intégrante du travail de nombreux ingénieurs. En lien avec l’intérêt que Jodie porte au monde de l’architecture, les cursus orientés vers le génie civil et la construction la concernent particulièrement.

- Les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) scientifiques, MPSI/MP (à dominante mathématiques) et PCSI/PC (à dominante physique) ou PSI.
- Le DUT génie civil, construction durable.
- L’ESITC (École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction) de Cachan (94), de Caen (14), de Metz (57), spécialisée dans le secteur du BTP (bâtiments et travaux publics), formation d’ingénieur travaux qui se déroule sur cinq années.
- L’ESTP (École spéciale des travaux publics), à Cachan (94).
- L’EIVP (École des ingénieurs de la Ville de Paris), formation en ingénierie urbaine.

À consulter
Découvrez le blog d’ArchiBat RH, entreprise de ressources humaines spécialisée dans le secteur de l’architecture.
Elles bougent, une association qui a pour objectif de faire découvrir les métiers d’ingénieur aux filles.

 

Faites votre bilan personnalisé et recueillez des conseils grâce à
Coaching Orientation by l'Etudiant