1. Écoles d'ingénieurs postbac : comment se passent les procédures d’admission ?
Décryptage

Écoles d'ingénieurs postbac : comment se passent les procédures d’admission ?

Envoyer cet article à un ami
Grâce aux concours communs, une seule candidature sur Admission-postbac peut donner accès à des dizaines écoles d’ingénieurs. Ici, l’INSA Centre-Val-de-Loire, qui recrute via la procédure commune du groupe INSA. // © Philippe Bouchut/INSA Centre-Val de Loire
Grâce aux concours communs, une seule candidature sur Admission-postbac peut donner accès à des dizaines écoles d’ingénieurs. Ici, l’INSA Centre-Val-de-Loire, qui recrute via la procédure commune du groupe INSA. // © Philippe Bouchut/INSA Centre-Val de Loire

Une centaine d’écoles d’ingénieurs sont accessibles directement après le bac pour cinq années d’études. De quelle façon recrutent-elles ? Comment s’y préparer ? Revue de détail.

Les écoles d'ingénieurs postbac structurent progressivement leurs processus de sélection. De plus en plus d'établissements­ proposent un cursus d'ingénieur en cinq ans. Et chaque année, de nouvelles écoles rejoignent les concours communs. “L'organisation de la terminale n'est pas faite pour passer plein de concours, contrairement à celle de la maths spé, explique un directeur d'école. Le concours commun offre une nouvelle visibilité aux écoles et facilite les procédures pour les futurs étudiants.”

Quatre groupes d'écoles distincts

La sélection se fait en plusieurs étapes : examen du dossier scolaire (notes de première et de terminale), puis épreuves écrites et/ou orales. Mais tous les établissements ne font pas passer l'ensemble de ces étapes. Cette différence dans les procédures d'admission permet de distinguer quatre groupes d'écoles.

Le premier groupe rassemble les formations qui font “concours commun” et qui comptent des épreuves écrites comme les concours Avenir Bac et GEIPI-Polytech. C'est également le cas du nouveau concours Puissance-Alpha, fusion d'Alpha et de Puissance 11, qui regroupe désormais 16 écoles.

Le deuxième groupe réunit les établissements qui passent par des “procédures communes”, sans épreuves écrites : INSA (instituts nationaux des sciences appliquées), ENI (écoles nationales d'ingénieurs) et UT (universités de technologie).

Les écoles qui font “prépas communes”, c'est-à-dire les INP (instituts nationaux polytechniques) et les formations de la Fédération Gay-Lussac, constituent un troisième groupe.

Dans le quatrième groupe, figure la petite trentaine d'écoles “solitaires” qui recrutent après le bac sans faire partie d'une procédure commune.

Inscriptions et épreuves

Les inscriptions se font à travers deux portails.

La plate-forme nationale Parcoursup regroupe la majorité des écoles d'ingénieurs après bac : ENI, concours Avenir Bac, INSA, Puissance-Alpha, UT, les autres écoles de la FESIC (Fédération des établissements d'enseignement supérieur d'intérêt collectif), les ­prépas communes CPP (cycle préparatoire polytechnique), CPI (cycle préparatoire intégré)… et une quinzaine d'autres établissements.

Lire aussi : Parcoursup : 10 infos à lire avant de vous inscrire

Le portail grandesecoles-postbac.fr rassemble surtout les écoles de la FESIA (Fédération des écoles supérieures d'ingénieurs en agriculture) et les ICAM (instituts catholiques d'arts et métiers).

Quelques établissements gèrent seuls leurs inscriptions.

Quel que soit le concours, la forme de l'épreuve écrite diffère de celle du bac. Les concours Avenir Bac et Puissance-Alpha ont opté pour des épreuves de type QCM (questionnaire à choix multiples). Les réponses aux épreuves du GEIPI-Polytech doivent, en revanche, être rédigées. Il faut vous y préparer pour ne pas vous faire surprendre le jour J. Sur le fond, les concours reprennent le programme de terminale. Vous ne perdrez donc pas votre temps en révisant votre bac consciencieusement.

Tous les concours mettent en ligne leurs annales : à consulter par tout candidat sérieux.

Un professeur de maths à Montpellier prépare certains de ses élèves aux concours. Leur profil ? “Des élèves ‘moyens plus’, qui ont entre 10 et 13 de moyenne et ne sont pas sûrs d'obtenir ou de tenter une classe prépa”, ­précise-t-il. Il utilise les annales de la FESIC et du GEIPI en cours pour faire travailler tous ses élèves. “Globalement, ces concours sont plus difficiles à réussir que les épreuves du bac. Pour les écoles de la FESIC, les élèves ont deux heures pour résoudre 12 exercices, à choisir parmi 16. À titre de comparaison, mes élèves réussissent en général à faire… trois exercices en une heure, avec une calculatrice.”

Un passage obligé : l'entretien de motivation

En revanche, pas la peine de bûcher les oraux. Ils prennent la forme d'un entretien de motivation. L'objectif ? Tester votre envie de suivre des études d'ingénieur. Pourquoi voulez-vous intégrer cette école ? Quel est votre projet ? Que représente pour vous le métier d'ingénieur ? Telles sont les questions qui pourront vous être posées.

Renseignez-vous sur l'école ou le réseau d'écoles pour lequel vous postulez, de même que sur le secteur dans lequel vous voulez travailler pour avoir des arguments à faire valoir.

Dans tous les cas, l'admission est conditionnée à l'obtention du baccalauréat.

Un certain budget à prévoir

Les frais de candidature et concours communs s'échelonnent de 42 à 130 €, excepté pour les élèves boursiers qui bénéficient de la gratuité. Les procédures conjointes proposent des forfaits, quel que soit le nombre d'établissements choisis. Mais il n'est pas rare qu'un candidat ­postule à deux ou trois écoles ou réseaux d'écoles. La facture dépasse alors rapidement 300 €.

Pour ne pas faire trop grimper la note, les écoles se sont organisées. Les écrits se déroulent toujours dans l'un des nombreux centres d'examen. Les oraux peuvent avoir lieu dans l'école du réseau visé la plus proche du domicile du candidat. Enfin, les élèves ne sont jamais mobilisés plus d'une journée, afin de limiter les frais d'hébergement.

Pour les STI2D et STL

La grande majorité des places offertes en écoles d'ingénieurs est destinée aux bacheliers S. Néanmoins, de plus en plus d'établissements s'ouvrent aux STI2D ou STL. Une tendance qui devrait s'accentuer à l'avenir : les directives ministérielles sur l'égalité des chances prônent un plus large accès des bacheliers technologiques aux études d'ingénieur.

Le recrutement de STI2D ou de STL fait l'objet de procédures bien spécifiques. Les écoles et concours communs articulent leur sélection autour d'un ­dossier scolaire et d'un entretien. Attention : quelle que soit la formation visée, le niveau de recrutement est élevé. Pourtant, tous les responsables de concours vous le diront : tentez votre chance !

Les principaux concours des écoles après bac

Concours Nombre de places(1) Site à consulter
Advance 1.330 www.concours-advance.fr
Avenir Bac 1.892 www.concoursavenir.fr
ENI 529 www.ingenieur-eni.fr
GEIPI-Polytech 3.155 www.geipi-polytech.org
INSA( 2.295 http://admission.groupe-insa.fr
Puissance-Alpha 3.150 www.puissance-alpha.fr
UT 930 www.3ut-admissions.fr
1. Chiffres 2018