1. Objectif grande école. Élisabeth, en prépa : "Dans les oraux, il y a toujours une part de chance"
Témoignage

Objectif grande école. Élisabeth, en prépa : "Dans les oraux, il y a toujours une part de chance"

Envoyer cet article à un ami
Elisabeth, étudiante en prépa, est admissible à deux concours d'écoles d'ingénieurs. // © Photo fournie par le témoin
Elisabeth, étudiante en prépa, est admissible à deux concours d'écoles d'ingénieurs. // © Photo fournie par le témoin

Jusqu'à la rentrée 2017, l'Etudiant suit deux candidates à l'entrée en école d'ingénieurs. Élisabeth, en deuxième année de prépa PSI au lycée Chaptal, à Paris, se prépare désormais aux oraux. En attendant les vacances !

Épisode 3. Les résultats sont enfin tombés : Élisabeth est admissible aux concours Mines-Télécom et CCP (concours communs polytechniques). "Je suis très contente, c'est vraiment ce que je voulais, notamment les mines ! J'avais également passé le concours Centrale, auquel je ne suis pas admissible… J'avoue que je suis un peu déçue, mais ce n'est pas très grave car je suis concentrée sur les deux autres", déclare l'étudiante, qui achève sa deuxième année de prépa PSI (physique-sciences de l'ingénieur) au lycée Chaptal, à Paris.

Lire aussi
- l'épisode 1 : Élisabeth, en prépa scientifique : "On est tous dans le même bateau"
- l'épisode 2 : Élisabeth, en prépa scientifique : "Difficile de savoir si j'ai réussi les écrits"

Dernières révisions au lycée

Prochaine étape : les deux séries d'oraux, qu'elle passera début juillet. D'ici là, Élisabeth met les bouchées doubles dans ses dernières révisions. "Je suis de retour au lycée, avec des cours le matin et des khôlles individualisées l'après-midi, pour mieux se préparer", explique-t-elle. La candidate, qui estime qu'elle avait déjà "bien révisé" pour les écrits, continue de se préparer. "Mais ce qui me trotte le plus dans la tête, en ce moment, c'est de finir mon TIPE [travail d'initiative personnelle encadré]", lance-t-elle.

Malgré une préparation sérieuse, le facteur hasard n'est pas à sous-estimer. "Dans les concours, en particulier les oraux, il y a toujours une part de chance. Je suis moins à l'aise sur certains sujets, comme la mécanique des flux, même si je serais capable de me débrouiller. Et même si je connais bien une thématique, comme l'électronique par exemple, la question peut être difficile", détaille la préparationnaire.

Lire aussi : Écoles d'ingénieurs : 6 conseils pour réussir les concours après prépa

Inquiétudes sur les entretiens de motivation

Mais ce qui inquiète le plus Élisabeth, ce sont les oraux destinés à évaluer la motivation des candidats. "Il faut se mettre en avant, parler de sa personnalité et de ses expériences. Je n'aime pas me vanter, donc c'est un exercice difficile pour moi. Je ne suis pas du tout à l'aise avec ça". Elle devra pourtant en passer par là, notamment dans le cadre du concours pour intégrer les mines. Or, notre étudiante rêve d'IMT Altantique, des mines d'Alès et d'Albi-Carmaux, ou encore de Télécom ParisTech

Autre sujet de préoccupation, justement : le lieu où elle passera les trois prochaines années. "C'est un peu la roulette. Je ne sais pas du tout où je vais atterrir. C'est difficile de se projeter quand on a postulé dans des écoles de Grenoble à Nantes, en passant par Paris", confie l'élève de prépa. Quoi qu'il en soit, le 6 juillet 2017 au soir, elle sera officiellement en vacances. Au programme : du repos et du temps en famille. En attendant les résultats d'admission définitifs, en août.

Retrouvez les épisodes de notre série "Objectif grande école" et suivez Julie dans son parcours pour intégrer une école d'ingénieurs :

Julie, en DUT : une voie plus concrète pour devenir ingénieure (épisode 1)
- Julie, en DUT : "J'ai fini mes dossiers, mais je crains les oraux" (épisode 2)