1. Étudier en Corée du Sud : poser ses valises à Séoul
Décryptage

Étudier en Corée du Sud : poser ses valises à Séoul

Envoyer cet article à un ami
Avec son engouement pour l'architecture et la mode, Séoul est une ville en perpétuelle évolution. // © Ta Min Ho / Shutterstock
Avec son engouement pour l'architecture et la mode, Séoul est une ville en perpétuelle évolution. // © Ta Min Ho / Shutterstock

Passer un semestre, voire plus, dans l'une des mégapoles les plus dynamiques et "tendance" d’Asie, ça vous dit ? Justement, le gouvernement sud-coréen cherche à attirer davantage d'étudiants étrangers. Avant de décoller pour Séoul, lisez les conseils d'Expat.com, partenaire de l'Etudiant.

En 2016, quelque 100.000 jeunes du monde entier sont partis étudier en Corée du Sud. Ceux qui vont ainsi pendant un temps vivre à Séoul sont attirés à la fois par la réputation des établissements, par la pléthore de sites culturels et historiques et par un monde urbain en recomposition permanente. Capitale depuis des siècles, Séoul allie en effet une riche histoire à un mode de vie moderne et trépidant, qui en fait l'une des villes les plus tendance au monde.

Vous y aurez l'opportunité d'étudier dans les mêmes conditions que les élèves locaux et de vous immerger dans leur mode de vie. Avec l'objectif de passer de 100.000 étudiants étrangers en 2016 à près de 200.000 à l'horizon 2023, le gouvernement a mis en place des mesures incitatives, comme un assouplissement des conditions d'obtention de visas, un accroissement du nombre de cursus en anglais ou un renforcement de l'aide à l'emploi.

Séoul n'a jamais accueilli autant d'étudiants venus du reste du monde. La plupart d'entre eux sont originaires d'autres pays d'Asie, comme la Chine, le Japon, la Mongolie ou le Vietnam. Les établissements sud-coréens attirent cependant un nombre croissant d'Européens et de Nord-Américains.

Partir étudier à Séoul : votre kit
De nombreuses universités, publiques et privées
Un système très exigeant
Profitez des bourses d'études
Comment se loger à Séoul ?
Obtenir un visa pour la Corée du Sud
Couverture sociale : assurez vos arrières
Une capitale entre tradition et modernité

De nombreuses universités, publiques et privées

Séoul abrite tout un éventail d'universités, ainsi que la plupart des écoles les plus prestigieuses de Corée du Sud, dont une vingtaine figure dans le classement mondial QS 2016-2017 des meilleures universités (QS World University Ranking). Attardons-nous en particulier sur quatre établissements phares, dont les trois souvent désignés sous l'acronyme "SKY" : Seoul National University, Korea University, Yonsei University.

Seoul National University

Établie en 1946, SNU (Seoul National University) est réputée pour ses programmes de recherche dans des domaines tels que les technologies avancées de l'information et la bioinformatique. Sa création représenta la première initiative dans la construction du système d'éducation nationale après l'accession de la Corée à l'indépendance (vis-à-vis du Japon). Mais en 1950, après seulement quelques années, le campus dut être abandonné en raison de la guerre de Corée. Grâce à l'implication de professeurs passionnés et d'étudiants motivés, l'enseignement se poursuivit dans des camps de réfugiés, permettant à l'établissement de rester en activité pendant la guerre.

SNU occupe le 35e rang du classement QS des meilleures universités 2016-2017. Elle est composée de trois campus – le principal d'entre eux étant situé à Gwanak (Séoul) et les deux autres à Daehangno et Pyeongchang – et comprend 16 facultés, une école de second cycle et 10 écoles professionnelles. Ses 16.500 étudiants de premier cycle ont le choix entre 82 départements de premier cycle, et ses 12.100 étudiants de second cycle, entre 99 cursus. Elle compte également six instituts de recherche interuniversitaires.

Seoul National University est associée à plus de 700 institutions universitaires dans 40 pays. Elle est notamment partenaire de 12 établissements en France, dont les universités Paris 8 et Paris 4, l'École polytechnique, l'ENS, Mines ParisTech, Sciences po Paris ou encore l'École nationale supérieure des beaux-arts. Elle propose également des diplômes de master communs avec l'ESSEC, l'université de Duke (États-Unis) et celle de Pékin (Chine), ainsi que des doubles diplômes avec MIT Sloan School of Management et Yale School of Management (États-Unis).

Korea University

Université de recherche privée créée en 1905, Korea University accueille plus de 20.000 étudiants de premier cycle et 10.000 étudiants de second cycle. Elle figure à la 98e position du classement QS 2016-2017 des meilleures universités du monde. Près de 95 % de ses professeurs et instructeurs détiennent un doctorat dans leur domaine, ajoutant à son prestige. Ses 18 facultés et départements et 18 écoles de second cycle comptent plus de 30.000 inscrits, dont 3.365 étudiants étrangers.

L'établissement est particulièrement performant dans l'étude de la littérature et des langues, dont le coréen, l'anglais, l'allemand, le français, le chinois, le russe, le japonais et l'espagnol.

Yonsei University

Plus ancienne université de Corée du Sud, Yonsei University, établie en 1885, est aussi l'une des plus grandes de Séoul, avec un corps étudiant de près de 40.000 membres et des cursus d'excellence tant en coréen qu'en anglais. Elle propose, en outre, aux étudiants internationaux des bourses qui peuvent couvrir les frais de scolarité et d'hébergement.

Dans le classement mondial QS 2016-2017, elle occupait la 112e place toutes catégories confondues et la 30e dans le domaine de la politique sociale et de l'administration. Sur la liste de ses anciens élèves figurent notamment les noms de Chung Mong-hun, ancien dirigeant du groupe Hyundai, et de Han Seung-see, ancien premier ministre de Corée du Sud et président de la 56e assemblée générale des Nations unies.

Hanyang University

Hanyang University est un établissement privé de Séoul axé sur l'ingénierie et la technologie. Elle possède également un grand hôpital servant de cadre au développement de technologies médicales. Plus de 2.000 étudiants étrangers s'y inscrivent chaque année.

L'université a également noué des partenariats avec 647 établissements dans 68 pays et envoie chaque année 3.000 de ses étudiants à travers le monde.

Un système très exigeant

Bonne nouvelle pour les étrangers voulant étudier à Séoul : beaucoup d'établissements ont une politique consistant à accueillir un quota élevé d'élèves non coréens. Gardez cependant à l'esprit le fait que les examens d'entrée dans les universités n'ont lieu qu'une seule fois par an ; il est donc essentiel de vous y préparer avant la date limite (généralement en octobre).

À chaque établissement ses conditions d'admission

Les conditions d'admission varient d'une école à l'autre, certaines requérant des compétences en coréen (lire l'encadré ci-dessous). De manière générale, vous devrez produire, dans le cadre de votre inscription, vos relevés de notes de l'enseignement secondaire et accompagner votre dossier de quelques lettres de recommandation. Chaque université a cependant ses propres exigences : renseignez-vous sur ce qui vous sera exactement demandé.

Sauf à pouvoir visiter les établissements qui vous intéressent en amont, participer à un salon des universités représente un excellent moyen de déterminer quelle école vous conviendra le mieux en échangeant avec des représentants des établissements. Il y en a plusieurs chaque année à Séoul. S'il n'est pas envisageable pour vous de vous rendre sur place en amont, l'idéal est de contacter le bureau chargé de l'admission des étudiants étrangers, qui sera le mieux à même de répondre à vos questions. En voici quelques-uns :
SNU - Office of International Affairs
Korea University - Office of International Affairs
- 
Yonsei - Office of International Affairs
Hanyang University - International Affairs

Mieux vaut maîtriser le coréen

La connaissance du coréen est nécessaire pour suivre de nombreux programmes et permet d'élargir le champ des possibilités. Cependant, les universités coréennes proposent des programmes entièrement en anglais, sans lesquels aucun accord avec des universités occidentales ne serait possible pour des échanges d'un semestre (pour des séjours plus longs, la majorité des universités prévoit des modules d'enseignement du coréen d'une durée d'un semestre ou d'un an avant l'inscription à d'autres cursus). Par exemple, Yonsei University propose, en premier comme en second cycle, plusieurs cursus entièrement en anglais. De son côté, SNU n'impose ni la maîtrise du coréen, ni celle de l'anglais pour un échange universitaire, bien que l'ensemble des cours soit dispensé dans ces deux langues. Autre point notable : dans le cadre de ces échanges, les étudiants peuvent choisir les cours qu'ils souhaitent suivre et décider ainsi de la langue d'enseignement.

Les enseignants à l'honneur

Le système éducatif est assez hiérarchique, et vous devrez toujours vous adresser aux enseignants de manière formelle, en les appelant "professeur" (en coréen, "gyosunim").

En fonction de la nature de vos études, vous pouvez soit être intégré(e) à un groupe ayant le même emploi du temps que vous, soit suivre vos cours de manière individuelle. Avant de choisir vos matières, vous pouvez consulter le programme établi par le professeur pour le semestre. Cela vous éclairera sur ses attentes : compositions, présentations ou réussite à des examens et contrôles. Comme vous l'aurez compris, chaque professeur est libre de structurer ses cours comme il l'entend et de déterminer sa méthode d'évaluation. Sachez que la présence est toujours obligatoire.

À noter : le système d'éducation coréen est très exigeant et ne fait que très peu d'exceptions pour les étrangers. Vous n'aurez pas de problème tant que vous vous acquitterez de votre travail, respecterez les délais et assisterez à vos cours.

Profitez des bourses d'études

Le coût de la vie à Séoul a augmenté au cours des dernières années, l'hébergement représentant le premier poste de dépenses mensuelles. La nourriture, particulièrement les repas pris à l'extérieur, coûte moins cher qu'en France.

SNU avait demandé en 2010 à quelques-uns de ses élèves d'estimer leurs dépenses mensuelles à Séoul. Il apparaît que la plupart des étudiants étrangers dépensent entre 800 et 1.000 € par mois, selon leur mode de vie sur place, en dehors des frais de scolarité.

Plusieurs bourses sont accessibles aux étudiants étrangers en Corée du Sud. Elles peuvent être proposées soit par les établissements, soit par le gouvernement – celui-ci a augmenté ses quotas en la matière au cours des dernières années afin d'attirer plus de talents. De nombreuses universités offrent des bourses couvrant entre 30 % et 100 % des frais de scolarité, en fonction du mérite scolaire.

Un conseil : adressez-vous au NIIED (Institut national pour l'éducation internationale), qui soutient les étudiants de premier cycle, tous domaines d'études confondus, et qui représente l'un des programmes de subvention les plus populaires. Cette bourse inclut un billet d'avion aller-retour, le règlement des frais de scolarité, une assurance santé, ainsi que 800.000 wons sud-coréens (un peu moins de 620 €) par mois pour une période de cinq ans (quatre ans de premier cycle plus un an d'étude du coréen). Vous trouverez davantage d'informations sur le site du NIIED.

Comment se loger à Séoul ?

La plupart des étudiants réside sur le campus, en dortoirs : cela représente la solution la plus abordable. Les étrangers bénéficiant d'une bourse ont d'ailleurs la chance de voir leur hébergement en dortoir couvert pour l'intégralité de leur cursus universitaire.

Si vous préférez partager un appartement à proximité de l'école avec d'autres étudiants, comptez entre 300.000 et 500.000 wons sud-coréens par mois, soit entre 230 et un peu moins de 400 €. Stayes.com est un bon outil pour trouver des logements hors campus à prix abordable : ce service propose aux travailleurs et étudiants étrangers en Corée du Sud des offres de logement à court ou à long terme, pour tous les budgets, et s'occupe des formalités administratives. Les groupes Facebook représentent une autre piste pour trouver un logement étudiant ou une chambre en colocation à Séoul.

Obtenir un visa pour la Corée du Sud

Le visa classique pour étudier en Corée du Sud est le visa D-2. La réglementation ayant récemment évolué, deux procédures sont actuellement en vigueur pour obtenir ce visa étudiant. Elles sont détaillées sur le site de l'ambassade sud-coréenne. Il vous appartient de suivre la procédure choisie par l'université coréenne que vous visez.

Une fois sur place, vous devrez vous rendre dans les quatre-vingt-dix jours dans un bureau d'immigration, afin de vous enregistrer. Vous obtiendrez alors une carte appelée Foreign Registration Card, ou Alien Registration Card.

Pour travailler, tout dépend du visa

La carte d'inscription au registre des étrangers obtenue par les étudiants suivant un cursus classique (et qui constitue également leur identifiant de visa) les autorise à travailler moins de vingt heures par semaine durant le semestre et à temps plein durant les vacances. Le visa d'étudiant D-2 permet par ailleurs d'effectuer un stage localement.

Il est très difficile d'obtenir un visa de travail en Corée du Sud, en dehors des missions diplomatiques. Les conditions, définies notamment par le ministère de la Justice, sont nombreuses. Les diplômés d'un établissement sud-coréen sont néanmoins privilégiés : ils peuvent demander un visa D-10-1 plus facilement, afin de rechercher un emploi sur place. Les détenteurs d'un doctorat obtenu dans le pays peuvent directement demander un visa de résident permanent.

Une liste de l'ensemble des visas permettant d'entrer en Corée du Sud est disponible sur le site Korea Visa Portal.

Couverture sociale : assurez vos arrières

La plupart des universités en Corée du Sud exigeront que vous disposiez d'une couverture santé. Si vous partez dans le cadre d'un échange, renseignez-vous auprès de votre mutuelle étudiante française : il est fort probable qu'elle continue de vous couvrir à l'étranger.

Pour les départs hors échange, s'il est possible de recourir à une assurance privée, sachez que vous êtes éligible à la sécurité sociale sud-coréenne dès lors que vous devenez résident. Pour bénéficier des avantages offerts par le NHIS (National Health Insurance Service), vous devez simplement, après vous être enregistré(e) au bureau de l'immigration, vous rendre en personne dans l'une de ses succursales. Comme tout citoyen, vous serez soumis à une contribution, mais verrez, en échange, une partie de vos frais de santé couverts.

Une capitale entre tradition et modernité

Séoul et ses environs ont beaucoup à offrir pour séduire les étudiants étrangers, qui pourront découvrir la culture coréenne en visitant des villages traditionnels, en participant à des cérémonies du thé ou en séjournant une nuit ou deux dans un temple bouddhiste.

Mais la capitale, avec son engouement pour l'architecture et la mode, est par ailleurs l'une des villes les plus modernes et évolutives de la planète, un carrefour où les traditions ancestrales rencontrent la nouvelle vague des K-dramas, miniséries télévisées très populaires, et de la K-pop, fusion de musique occidentale et de musique traditionnelle sud-coréenne. Le Forum Séoul d'Expat.com peut vous permettre de poser des questions pour mieux connaître la ville avant votre arrivée.

À goûter au moins une fois à Séoul

La cuisine locale se distingue par des saveurs uniques, en raison de l'isolement que ses frontières naturelles ont conféré au pays. Vous trouverez en Corée beaucoup de nourriture fermentée, une technique ancestrale pour préserver la fraîcheur des denrées à travers les rudes mois d'hiver. Ne passez pas à côté du bibimbap, un mélange apprécié de riz et de légumes, du très populaire barbecue coréen, ni des innombrables soupes et ragoûts souvent servis en accompagnement. Il va sans dire que vous apprendrez également qu'il existe plus d'une variété de kimchi (un accompagnement fermenté incontournable sur les tables coréennes).

Chaque mois de l'année apporte un nouveau festival. Au nombre des incontournables figurent par exemple celui des cerisiers en fleurs au printemps, le festival musical ULTRA en juin ou celui des feux d'artifice en octobre. Consultez le magazine en anglais "Seoul" pour des informations sur l'agenda culturel.

Pour les Coréens, une soirée typique consiste en une tournée de plusieurs restaurants et bars différents. La dernière étape en est généralement un "noraebang", la version coréenne du karaoké. Pas d'inquiétude : contrairement à leurs équivalents européens, les établissements coréens prévoient une salle privée pour chaque groupe de convives.

Liens utiles

• Le site Study in Korea, géré par le gouvernement
• Le portail du Programme national d'immigration et d'intégration
• Le site présentant le programme de bourses du gouvernement sud-coréen

Expat.com, partenaire de l'Etudiant

De nombreux autres conseils pour vivre à Séoul vous attendent sur Expat.com. Cette plateforme participative vous permet de vous connecter au réseau des expatriés à Séoul, d'accéder à un annuaire de services locaux ou encore de consulter le guide de l'expatrié en Corée du Sud. "Expat.com, c'est une communauté de plus de 1,8 million de membres de toutes nationalités. Rejoignez notre communauté. C'est gratuit !"

L'auteure de cet article : Linda

Linda est une spécialiste de l'enseignement de l'anglais à des non-anglophones (TEFL/TESOL) travaillant dans le domaine des réseaux sociaux. Originaire d'Allemagne et des États-Unis, elle vit depuis 2012 en Asie, et plus particulièrement en Corée du Sud.
Elle anime un site Internet, Linda Goes East, où elle partage son expertise en matière de voyage et de vie à l'étranger.