1. Ma vie d'étudiante à Madrid : Alexandra en Bachelor à l'IE Business School
Portrait

Ma vie d'étudiante à Madrid : Alexandra en Bachelor à l'IE Business School

Envoyer cet article à un ami
L’école de commerce où étudie Alexandra n’est qu’à trois stations de métro de son appartement. // © Olmo Calvo / SubCoop / Picturetank pour l'Étudiant
L’école de commerce où étudie Alexandra n’est qu’à trois stations de métro de son appartement. // © Olmo Calvo / SubCoop / Picturetank pour l'Étudiant

Après deux années de prépa HEC, Alexandra, ayant décroché plusieurs écoles de commerce françaises à ses concours, a préféré opter pour l’IE Business School à Madrid où elle prépare un Bachelor en quatre ans.

"Étudier en Espagne : ce n’est pas 'l’auberge espagnole' ! Il règne ici un fort esprit de compétition. Certains étudiants ne partagent pas l’information. D’autres sont plus âgés que nous et ont déjà travaillé. La plupart ont une forte ambition", assure Alexandra, qui prépare un BBA (Bachelor in Business Administration) à l’IE Business School, à Madrid. En septembre 2013, l’étudiante s’est installée dans le quartier huppé de Salamanca pour étudier dans l’école de commerce espagnole qui rivalise avec la française HEC dans les classements internationaux.

Peu d’heures de cours


Passionnée de marketing, Alexandra s’enthousiasme pour les cours de Marketing Research et de Consumer Behaviour et apprécie la pédagogie de l’école. "Chaque matière suit un 'syllabus'. On connaît d’emblée le contenu de la session et les lectures qui lui sont associées."
En une semaine, Alexandra participe à deux à trois sessions de cours par jour (une session dure une heure et demie)."Nous avons ensuite beaucoup de travaux en groupes pour mener à bien nos projets. Cela dit, j’ai pas mal de temps libre et je cherche actuellement un stage."

Dix nationalités en classe


"Je côtoie des étudiants de 10 nationalités différentes dans ma classe. Les professeurs sont aussi très internationaux. À l’école, je ne me sens pas du tout en Espagne, mais plutôt comme dans une grande ambassade !" Au quotidien, Alexandra jongle en permanence entre l’anglais et l’espagnol. Sur le campus, tous ses cours sont dispensés en anglais. En revanche, dans la rue, l’espagnol (le castillan) est la langue indispensable à la vie courante.

Alexandra tient beaucoup à suivre l’ensemble de son cursus dans la capitale madrilène. "J’avais le choix avec le campus de Ségovie, à une heure de route d’ici, où il est possible de passer 2 ans mais j’ai opté pour les 4 ans du campus de Madrid, qui est beaucoup plus en interaction avec la ville. Et plus je me rapproche de la fin de ma formation et de l’insertion professionnelle, plus je dois être proche du monde des affaires."

470 € de loyer par mois pour 110 m2 en colocation

Pour trouver son logement, Alexandra a démarché de Paris, dès fin juin, avant d’obtenir une confirmation du propriétaire début août. "J’ai d’abord trouvé un appartement et ensuite j’ai cherché des colocataires. Je suis passée par le réseau Facebook de l’école où des étudiants postaient leurs demandes." Elle trouve en 24 heures sa première colocataire, celle-ci amenant la deuxième. "Charges comprises, je paie 470 € par mois pour une grande chambre dans un appartement de 110 m2 avec deux salles de bains. On s’est même payé le luxe d’avoir une femme de ménage ! C’est agréable de rentrer dans une maison 'clean' le vendredi soir."
  

Des sorties pas chères


"Le coût de la vie est plus bas qu’en France et surtout qu’à Paris. Quand on vit ici, on perd l’habitude de dire que c’est cher !" Alexandra profite de la vie sans regarder à la dépense. "Mes amis qui étudient à Londres ont du mal à sortir sans se ruiner." À Madrid, Alexandra aime dîner dans un restaurant sympa et finir la soirée en discutant avec ses amis dans un bar. Le tout pour 35 €. "Et si on va à Kapital, LA boîte à Madrid, cela ne coûte que 14 € l’entrée avec une consommation." Pour les déjeuners, les cafés et les auberges pullulent autour de l’école. 'On peut manger un 'menú del día' pour 10 €. Mais pas à 12h30, le plus souvent c’est à 16 heures !"
  

Du temps contre des frais de scolarité réduits


Les principales dépenses de la jeune femme sont ses frais de scolarité. Son programme coûte 18.000 € par an. Pour faire baisser la note, Alexandra bénéficie du programme Fellow de l’école. "C’est une sorte de bourse fournie en échange de mon temps. Par exemple, je participe au Salon des grandes écoles à Paris pour promouvoir l’établissement. En échange, je bénéficie d’une réduction de mes frais de scolarité."


Avant de partir…
Vous devez obtenir l’autorisation de postuler dans une université publique espagnole délivrée par l’UNED (Université nationale d’éducation à distance). Une note sur dix vous est attribuée sur la base des notes du bac.
Oubliez "l’auberge espagnole" et la "movida".
Préparez-vous à travailler beaucoup. Les cours se succèdent à un rythme soutenu. Les jeunes Français en Espagne ont souvent une quantité de travail supérieure à celle de leurs camarades partis en Angleterre ou en Allemagne.


SUR PLACE
SYSTÈMES D'ÉTUDES
L’Espagne compte plus de 77 universités dont 50 publiques et 27 privées (22 d’obédience catholique). La durée des études diffère du système français. Le Grado – équivalent de notre licence en trois ans – se prépare en quatre ou cinq ans. Les études coûtent de 900 à 1.700 € selon la filière. Les universités privées coûtent entre 4.000 € et 10.000 €.

BUDGET

Logement
- De 200 à 350 €/mois en colocation
- 300 €/mois, une chambre en résidence universitaire
- 900 €/mois dans un quartier résidentiel ; 800 €/mois en banlieue.
- Petites annonces de logements (rubrique "Alquiler") dans "El País", "El Mundo" et "La Vanguardia" et sur deux sites principaux  idealista
et fotocasa

Transport
Métro : 9,30 €, 10 tickets ; 35 €/mois l’abonnement
Vélo en libre-service : Bicimad (25 €/mois, 15 € si abonnement aux transports en commun)

Téléphone
Carte prépayée (appelée Recargas) de 5 à 10 € ; formule d’abonnement d’au moins un an.
Nourriture
Lateral, chaîne de restaurants chics et bon marché (menu à 12 €)

BONS PLANS
Cours d’espagnol gratuits au premier trimestre (puis payants) dans les universités privées.
Pour découvrir le pays, et réserver hébergement et transport
Les conseils d’une étudiante française à Madrid