1. Étudier dans les Hauts-de-France
Décryptage

Étudier dans les Hauts-de-France

Envoyer cet article à un ami
La place Louise-de-Bettignies, à Lille. // © Phovoir
La place Louise-de-Bettignies, à Lille. // © Phovoir

La troisième région étudiante de France est un pôle d’enseignement supérieur attractif. Ses atouts : une qualité de vie estudiantine et une offre de formation de haut niveau, grâce à ses 8 universités et près d’une trentaine de grandes écoles.

Trouvez la formation qui vous convient

Dans une école

En fonction de la filière que vous choisirez, plusieurs opportunités s'ouvrent à vous dans la région.

• En école d'ingénieurs : Arts et Métiers à Lille, CESI Arras, Centrale Lille, ENSAIT à Roubaix, ENSCL à Lille, ESIEE à Amiens, ESME Sudria à Lille, HEI-ISA-ISEN à Lille, ICAM à Lille, Mines-Télécom Lille et Douai, Polytech'Lille, UTC à Compiègne...
• En école de commerce :
EDHEC BS à Lille, EGC Lille, ESC Amiens, ESC Compiègne, IÉSEG à Lille, ISG Lille, Skema BS à Lille…
• En journalisme :
ESJ Lille, ESJ Paris-Grand-Lille TV...
• En sciences politiques : Sciences po Lille...
• En numérique, digital et audiovisuel : Le Fresnoy à Tourcoing, Rubika (Supinfocom, Supinfogame, ISD) à Valenciennes...
• En art, architecture, théâtre et mode : ENSAP à Lille, ESA Tourcoing-Dunkerque, ESAAT Roubaix, Esmod à Roubaix...

À l’université

Université Lille 2 (28.403 étudiants), université de Picardie-Jules-Verne (28.000 étudiants), Université catholique de Lille (27.000 étudiants), université Lille 3 (20.000 étudiants), université Lille 1 (19.957 étudiants), université d'Artois (11.000 étudiants), université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (10.600 étudiants), université du Littoral-Côte-d'Opale (10.000 étudiants).

Où sont inscrits les étudiants des Hauts-de-France ?

Voici la répartition des étudiants des Hauts-de-France dans les principales filières de l'enseignement supérieur public et privé sous contrat.

Ils étudient dans les Hauts-de-France

Étienne, 23 ans, en cinquième année, à Sciences po Lille

"Après un bac ES et une tentative infructueuse au concours commun d'entrée en première année des IEP [instituts d'études politiques], je me suis orienté en prépa littéraire, d'abord au lycée Gambetta-Carnot, à Arras (62), pour l'hypokhâgne, puis au lycée Albert-Châtelet, à Douai (59) pour la khâgne. À la fin de la seconde année, j'étais reçu à Sciences po Lille et Rennes. J'ai naturellement choisi le premier, car, au-delà du critère géographique et de sa notoriété, Lille est une ville étudiante dynamique."

Lille est une ville étudiante dynamique

"Lorsqu'on arrive à Sciences po, on entre véritablement dans un monde étudiant. En prépa, avec une quarantaine d'heures de cours hebdomadaires, difficile d'avoir une vie associative. À l'IEP, cela fait partie intégrante de la formation. Art, culture, sport, environnement, politique... La richesse de la vie associative est telle que chacun peut trouver un projet qui lui correspond. Je fais partie de Vision d'Europe qui a pour vocation de promouvoir les valeurs européennes à travers différentes manifestations (conférences, débats, voyages...)."

"L'école vient d'emménager dans le centre de Lille à deux pas de l'ESJ [École supérieure de journalisme] Lille, dans le 'Quartier latin' lillois. En stage de fin d'études depuis janvier au cabinet du préfet, je n'ai connu que les anciens locaux de Lille Moulins. Dans les deux cas, c'est bien desservi par les transports en commun."

Émilia, 23 ans, en master 2, à Skema Business School Lille

"Il existe plusieurs campus Skema en France, y compris en région parisienne d'où je viens, mais j'ai choisi de venir à Lille, à la suite de la traditionnelle tournée postbac des écoles. J'ai tout de suite été saisie par l'esprit de grande famille qui règne dans l'école lilloise. J'ai d'abord intégré une prépa à Paris, puis j'ai commencé un double diplôme droit des affaires et management à Skema. J'apprécie son dynamisme et sa belle vision de la vie étudiante."

Je suis très investie dans la vie associative

"Je suis moi-même investie dans la vie associative comme vice-présidente du bureau des sports. On s'occupe d'organiser les cours, les matchs. Beaucoup de sports sont proposés dans l'école : basket-ball, escalade, football américain... J'ai contribué à la mise en place d'un séminaire de ski auquel plus de 200 étudiants ont participé. Je suis aussi membre d'une association qui promeut l'exercice de la voile nautique."

"Je vis à Lille depuis 2013. C'est une ville géniale. Il y a beaucoup d'étudiants, les bars sont toujours pleins, les boîtes de nuit ne font pas payer l'entrée. Et puis, il faut admettre que la vie est en général moins chère qu'à Paris ou au Luxembourg, où j'ai passé mon année de césure entre mon master 1 et mon master 2."

Être étudiant dans les Hauts-de-France

Se loger
• Les CROUS d'Amiens et de Lille gèrent plus d'une soixantaine de résidences universitaires. L'Université catholique de Lille propose une vingtaine de résidences universitaires.
• Les loyers du CROUS s'élèvent à 200 € pour une chambre et à 500 € pour un studio.
• Dans le privé, à Lille, comptez 400 € pour un 20 m2 et 600 € pour un 30 m2. Dans les autres villes, les loyers oscillent entre 250 € de 450 €.
• À savoir : le dispositif d'encadrement des loyers est entré en vigueur à Lille, depuis le 1er février 2017.

Se déplacer
• À Lille, la carte Pass-Pass de Transpole, qui permet d'utiliser bus, métro, train ou tramway, coûte 20 € par mois pour les étudiants boursiers et 28 € pour les autres.
• Avec le pass TER'Étude, les étudiants se déplacent en train dans la région pour 48 € par mois (gratuit pour les boursiers).
Pour une vingtaine d'euros, ils pourront se déplacer en V'Lille ou en Vélam (Amiens).

Sortir
• La région compte une centaine de musées : celui de Matisse au Cateau-Cambrésis, le Louvre-Lens...
• La piste de ski synthétique du terril de Nœux-les-Mines accueille les passionnés de la glisse, tandis que, sur le littoral, on peut surfer, pratiquer le char à voile ou le kite-surf.
• À ne pas rater : la Braderie de Lille, le premier week-end de septembre, est le plus grand marché aux puces d'Europe, avec 2 millions de visiteurs.

Bénéficier des aides
Il existe de nombreuses bourses dans la région : mobilité internationale (Mermoz), le PREL (parcours et réussite en études longues), la BESS (bourse d'études sanitaires et sociales), etc.