1. Sept conseils pour réussir son stage
Boîte à outils

Sept conseils pour réussir son stage

Envoyer cet article à un ami
Le groupe de stagiaires inséparables peut finir par être mal vu dans l'entreprise. // © plainpicture/Maskot
Le groupe de stagiaires inséparables peut finir par être mal vu dans l'entreprise. // © plainpicture/Maskot

Premier stage, première expérience dans le monde du travail... Pour ne pas commettre d'impairs, suivez nos conseils de A à Z.

A comme attitude

Adaptez-vous à chacun de vos interlocuteurs. "Il faut être direct et franc, mais faire preuve d’humilité", estime Daniel Porot, auteur de Trouver et réussir son stage. Nul besoin de "cirer les pompes" de son boss ou de ses collègues pour autant. Pour Christian Darantière, responsable de l’E2C92, il suffit "d’avoir un comportement aimable et d'adopter une posture ouverte au dialogue. Mais faites attention à ne pas être trop à l’aise. C’est souvent à ce moment-là que le dérapage arrive."
Pendant les heures de travail ou en dehors de celles-ci, pensez toujours à être naturel tout en restant discret. Limitez vos blagues : l’humour est très différent selon les individus et cela pourrait vous desservir. De même, si l'un de vos collègues ou de vos supérieurs vous confie une tâche, sachez vous rendre disponible. S'ils se tournent vers vous, c'est qu'ils ont besoin de vous.

C comme culture d’entreprise

La stagiaire qui arrive tous les matins en talons hauts alors que, dans son équipe, on est plutôt adepte du jean-baskets fait partie des clichés connus et ne passe jamais très bien auprès des collègues. Christian Darantière en est convaincu : "La tenue est primordiale, c’est la première chose que l’on voit du stagiaire. Le jean troué, même s’il est de marque, n’est donc pas une idée très ingénieuse."
Car le code vestimentaire traduit la culture de l’entreprise. "Pour s’adapter, il faut savoir regarder autour de soi. Décrypter les comportements et les codes, et se les approprier sans perdre sa personnalité."

Au-delà du code vestimentaire, essayez, dès votre premier jour, dobserver comment vos collègues travaillent : Envoient-t-ils des mails ou viennent-ils discuter en face-à-face ? Entendez-vous plus de vouvoiement ou de tutoiement, et qui les emploie ?

E comme évaluation

À cause de la timidité ou d’une trop grande confiance en vous, vous demandez très rarement des retours sur votre travail. Erreur !
"Votre boss n’a pas toujours le temps ni l’esprit à ça", explique Daniel Porot. Demander un retour régulier est essentiel. Lorsque j’ai des stagiaires, je leur demande des rapports hebdomadaires. C’est en connaissant son évolution qu’on peut se faire remarquer dans son stage."
Christian Darantière partage la même analyse. "C’est indispensable. Par contre, il faut penser que cela se fait souvent de façon informelle et en face-à-face. Il faut donc avoir une capacité au dialogue développée pour réajuster son comportement."
N’hésitez pas à envoyer un mail à vos tuteurs avec quelques questions sur vos tâches accomplies. Et n’oubliez pas que demander des retours prouve aussi que vous êtes impliqué dans votre stage.

H comme horaires

Les horaires de travail sont souvent des points sensibles. Encore une fois, adaptez-vous aux autres. Pour Christian Darantière : "Au début, mieux vaut en faire trop que pas assez. Par la suite, posez les bonnes questions."
Si l’entreprise fonctionne plutôt à la tâche qu’au nombre d’heures effectuées, soyez productif. Si tous vos collègues terminent leur journée à 18h30, évitez de partir systématiquement à 16h30. Pour les pauses aussi, jaugez par l’observation. Vos collègues pratiquent une pause-déjeuner d’une heure et une autre interruption dans l’après-midi ? Faites pareil (ou moins). Objectif : éviter d’être catalogué comme le stagiaire amorphe qui s’ennuie.

R comme réseaux sociaux

Bip…Bip… Vrrrr… Le portable qui vibre, les notifications Facebook, autant de petits sons qui donnent rapidement envie d’exploser.
Aujourd’hui, avec les portables et les réseaux sociaux, il est très facile de procrastiner et de discuter avec des amis pendant les heures de travail. "Bien sûr, vous pouvez discuter de temps en temps avec un ami, ou avoir une conversation par rapport à une tâche demandée. Avoir des contacts, c’est toujours utile. Mais il faut savoir se limiter à un usage raisonnable", confirme Daniel Porot.

Même si c'est difficile, mettez votre portable en mode silencieux ou coupez le son de votre ordinateur. Plus globalement, limitez vos virées virtuelles et fermez les pages qui pourraient vous valoir une petite réflexion.

Q comme questions

Faut-il poser des questions ? La réponse n'est pas toujours évidente. Pour Daniel Porot, tout est une question de dosage : "Il faut toujours penser que ses collègues ont du travail et ne peuvent pas être dérangés toutes les cinq minutes. Cependant, faire tout à sa sauce n’est pas bon non plus." Christian Darantière, quant à lui, souligne : "Il faut savoir poser les bonnes questions."
Faites une liste, ou analysez votre problème dans sa globalité et n’allez voir vos collègues que si les questions vous semblent pertinentes. Si certains vous donnent des astuces, notez-les quelque part. Rien de plus énervant que quelqu’un qui demande plusieurs fois la même information.

S comme stagiaires

Souvent étiquetés, les stagiaires ont du mal à se mêler aux autres membres de l’équipe. "Même si c’est tentant, ne restez pas toujours entre stagiaires, surtout au départ. Il faut que vous restiez autonome, pour ne pas être trop rapidement catégorisé." Daniel Porot a souvent observé ce comportement dans son cabinet et il regrette que certains n’aient pas eu l’idée de se décoller un peu des autres.

Si vous êtes timide ou impressionné, passez des moments avec les autres stagiaires, comme les pauses-déjeuners ou des soirées, mais ne soyez pas inséparables. Le but : que vos collègues vous repèrent  et voient en vous un collaborateur et non le "petit stagiaire". Pour cela, n’hésitez pas à entrer en contact avec eux, autour d’un café ou d’une conversation sur votre travail.

En résumé, soyez réactif et observateur, et trouvez un juste milieu entre singularité et sens de l'adaptation. Avec ça, vous êtes sûr de réussir votre stage.