1. Les métiers du funéraire : de sérieuses pistes à creuser
Décryptage

Les métiers du funéraire : de sérieuses pistes à creuser

Envoyer cet article à un ami
Des métiers qui sortent de l'ombre. // © Pierre ADENIS/GAFF-LAIF-REA
Des métiers qui sortent de l'ombre. // © Pierre ADENIS/GAFF-LAIF-REA

Thanatopracteur, maître de cérémonie, fossoyeur… À l'heure d’Halloween et de la Toussaint, prenez le temps de découvrir ces métiers et d'en savoir plus sur le secteur grâce à une infographie.

 

Conseiller funéraire

Son rôle

• Accueillir, informer et conseiller les familles lors des obsèques et de la cérémonie.
Être en liaison avec les intervenants (mairie, culte, police...).
• Proposer les produits et services de l'entreprise.

Sa formation

Le certificat de qualification professionnelle de conseiller funéraire est délivré par la branche professionnelle. Il se valide en entreprise et s'obtient après une formation théorique (140 heures) et une formation pratique (70 heures). En plus de ce diplôme, de nombreux conseillers ont un bac pro commerce, services ou vente, voire un BTS ou un DUT.

Conseiller prévoyance

Son rôle

Le conseiller prévoyance est un professionnel de l'assurance. Il rencontre toutes celles et ceux qui souhaitent préparer leurs obsèques à l'avance. Il conseille et propose un financement adapté à leurs situations financières.

Sa formation

Le conseiller prévoyance a au minimum une formation bac+2 ou équivalent dans les secteurs de la banque ou de l'assurance.

Fossoyeur

Son rôle

C'est un agent des pompes funèbres qui travaille dans un cimetière. Employé par la commune ou par une société privée, il est chargé d'accomplir différentes tâches : creuser et remplir les fosses, ouvrir et refermer les caveaux, veiller à l'entretien général du cimetière, disperser les cendres, exhumer un corps, conduire un convoi...

Sa formation

Il suit une formation de 16 heures dans les 3 mois à compter du début de l'exercice de la fonction. Il doit acquérir des notions essentielles concernant la législation funéraire, les techniques de portage et de terrassement, la vision psychologique du deuil. Une aptitude au port de charges lourdes est indispensable.

Maître de cérémonie

Son rôle

Diriger la cérémonie, prendre la parole en public, respecter le protocole.

Sa formation

Pour devenir maître de cérémonie, il faut être titulaire d'un diplôme spécifique comprenant une formation théorique et une évaluation pratique (soit 2 fois 70 heures). Celle-ci peut être complétée par un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) du secteur commerce et transport, un bac pro services (accueil, assistance, conseil) ou commerce ou vente (prospection, négociation, suivi clientèle).

Marbrier

Son rôle

Artisan du marbre, il construit et aménage les sépultures, de la pose du caveau jusqu'à la pose du monument funéraire. Il gère ainsi la manutention, le stockage des éléments des monuments. Il se charge également d'entretenir les sépultures, une fois celles-ci construites.

Sa formation

Il existe 2 voies principales pour devenir marbrier : le CAP tailleur de pierre et le CQP (certificat de qualification professionnelle) d'agent technique en marbrerie funéraire.

Thanatopracteur

Son rôle

Réaliser des soins au défunt (asepsie du corps, habillage...) dans le plus strict respect du corps et de la déontologie de la profession.

Sa formation

Le diplôme national de thanatopracteur s'obtient à l'issue d'une formation théorique et pratique d'un peu plus d'un an au cours de laquelle s'effectue une sélection selon le nombre de places offertes par l'État.

Vous pouvez également préparer en un an le diplôme technique de thanatopraxie à l'université Claude-Bernard de Lyon ou le diplôme universitaire thanatopraxie à Angers. Il existe enfin des écoles privées (mais il n'y a pas de liste agréée), comme l'École nationale des métiers du funéraire ou l'Institut français de formation des professions du funéraire.