1. Eymeric François, styliste, répond à vos questions

Eymeric François, styliste, répond à vos questions

Envoyer cet article à un ami
Les études

Quelles études avez-vous faites pour devenir styliste ? (Carole)
J’ai fait Duperré, la seule école publique de mode à Paris (gratuite). À la sortie de l’école, j’ai participé à une opération "Jeunes créateurs", au Printemps Haussman, et j’ai eu la chance d’y rencontrer l’organisateur du Festival des jeunes créateurs de mode de Dinard. Il m’a sélectionné et je suis reparti du festival en avril 2000 avec un Prix spécial du jury - LVMH, qui m’a offert l’opportunité de présenter ma première collection en juillet 2000.

Que pensez-vous du BTS design de mode, textile et environnement, l’ex-BTS stylisme de mode ? (Simon)
Pour moi, le BTS est aujourd’hui décalé par rapport aux qualités qu’on attend d’un jeune styliste pour l’engager. Il est en effet, depuis quelques années, bien trop faible en modélisme (seulement quelques heures par semaine). On rencontre régulièrement de jeunes diplômés qui ne connaissent pas les matières et manquent cruellement de notions techniques et de pratique. Les premiers employeurs se transforment bien souvent en formateurs…

Je suis conseiller principal d’éducation dans un collège et j’ai une élève qui souhaite être styliste et s’orienter dès la troisième. Existe-t-il des formations au stylisme dès la sortie du collège ? (Jean-François)
J’ai, pour ma part, choisi de quitter le cursus "traditionnel" dès la fin de ma troisième. Je me suis dirigé vers un bac arts appliqués (l’actuel bac STI mention arts appliqués). Ce parcours me paraît particulièrement intéressant, car il ouvre sur le domaine artistique de façon générale (mode, architecture, design, etc.). Il s’agit d’une formation exigeante et lourde, mais passionnante. Après le bac, cela permet de s’orienter vers une école de mode sans avoir à passer par une année de MANAA (mise à niveau en arts appliqués).

Passionnée de mode et, surtout, de création, j’ai toujours rêvé d’être styliste. Faut-il forcément passer par une formation pour se lancer dans le métier ? (Noura)
Non, surtout pas. Chacun doit faire selon ses envies et décider de son propre parcours. Pour certains, il s’agit d’un cadre scolaire mais peut-être, pour vous, s’agit-il d’aller rencontrer des couturières, des ateliers ou des créateurs et de vous former à leurs côtés. Si vraiment vous vous sentez prête, vous pouvez même tenter de vous lancer, peut-être en vous faisant aider d’organismes telles les "boutiques de gestion", qui pourront vous épauler dans le démarrage de votre activité [pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site www.boutiques-de-gestion.com, NDLR].

Je suis actuellement en terminale BT arts appliqués et je souhaite me diriger vers des études de stylisme. Face aux nombreuses écoles, je suis un peu perdue, d’autant plus que la grande majorité sont des écoles privées… J’aimerais savoir quels établissements sont appréciés des professionnels. (Lucile)
La plupart des professionnels n’attachent que peu d’importance à l’école par laquelle est passé un candidat. L’important, dans ce genre de circonstances, c’est évidemment la qualité du travail, mais aussi la motivation. Tout le reste n’est qu’annexe.


Les débuts

Est-ce qu’il faut bien savoir dessiner pour être styliste ? (Iris)
Oui et non. Ce qui est vrai pour un styliste ne l’est pas forcément pour un autre. Cela dépend de la société et du poste auxquels vous postulez. Il reste cependant extrêmement important de parvenir à se faire comprendre et à exprimer clairement une idée par le dessin.

Faut-il savoir coudre pour être styliste ? (Karine)
Oui, oui et re-oui. Un bon styliste sait coudre, il sait expliquer le moindre détail technique à un modéliste et doit comprendre comment les vêtements sont fabriqués. Sans ces acquis, il n’est pas styliste, mais dessinateur.

Ma fille s’intéresse au métier de styliste. Auriez-vous des adresses, des contacts et des conseils à me communiquer pour l’aider à trouver un stage ? (Carole)
Hélas non, il lui faut être culottée et contacter des créateurs ou des marques qui lui plaisent.

Quelles sont les qualités essentielles pour devenir styliste ? (Yacine)
La tête perchée bien haut dans les nuages pour l’imagination, et les pieds bien sur terre pour la réalité commerciale.


Le métier

Concrètement, en quoi votre métier consiste-t-il ? (Cindy)
À imaginer un univers fort, à le transcrire en dessins, à le modéliser en vêtements et à faire que tout cela se vende !

Quels sont les autres métiers permettant de travailler dans la mode ? (Léa)
Il existe une multitude de métiers différents. Du côté des créatifs, je pense notamment aux modélistes, brodeurs, ennoblisseurs, plumassiers, modistes, plisseurs… Concernant les métiers qui travaillent autour des professions artistiques, il y a évidemment les commerciaux et les services de communication.

Je suis en école de stylisme modélisme. Que me conseillez-vous pour trouver un poste de styliste/modéliste débutant ? (Fred)
Le harcèlement ! Il faut envoyer CV, lettres de motivation et des dossiers à répétition jusqu’à obtenir une réponse. La mode est un univers concurrentiel. Tout dépend de la qualité du travail que vous pouvez montrer, ce que vous avez réalisé en école ou à titre personnel.

Quelles démarches adopter pour se faire connaître et montrer ses ébauches ? (Cécile)
Il y a plein de possibilités : passer par des boutiques de gestion, contacter des bureaux de presse pour se faire connaître, placer des robes dans des boutiques de créateur…

Emmanuel Vaillant