1. Supérieur
  2. Droit : deux étudiants d'HEC remportent le concours d'innovation "Shake the Law"
Portrait

Droit : deux étudiants d'HEC remportent le concours d'innovation "Shake the Law"

Envoyer cet article à un ami
Elsa et Paul-Emile, étudiants à HEC, ont remporté un stage dans un cabinet d'avocats. // © Photo fournie par les témoins
Elsa et Paul-Emile, étudiants à HEC, ont remporté un stage dans un cabinet d'avocats. // © Photo fournie par les témoins

VOUS FAITES L'ACTU. Elsa Le Guen et Paul-Émile Dugnat, 23 et 22 ans, ont remporté le 22 juin dernier le challenge "Shake the Law". Ce concours étudiant dédié au droit et à l'innovation a été créé cette année par le cabinet d'avocats Gide pour "encourager l'innovation dans la pratique du droit et faire émerger les futurs talents".

Pour cette première édition, le thème du concours "Shake the Law" était "Commission européenne, Digital Age et Intelligence artificielle". Les étudiants devaient formuler des recommandations à l'association de start-up France Digitale pour modifier le livre blanc sur l'intelligence artificielle de la Commission européenne.

Les finalistes ont été sélectionnés parmi 100 binômes qui ont défendu leur candidature en vidéo. Quatre binômes ont été retenus pour l'excellence de leurs parcours, leur complémentarité et l'originalité de leur vidéo.

Lire aussi : Aïssata et Julien leur petite entreprise a traversé la crise du Covid-19

Deux profils complémentaires

Elsa et Paul-Emile, tous deux étudiants à HEC, ont découvert le concours via le BDE de leur école. Ils décident alors de s'allier et de déposer leur candidature. Le concours est aussi ouvert aux étudiants qui ne sont pas en droit.

"Nous avons insisté sur notre complémentarité : le côté intelligence artificielle et innovation pratique pour Paul-Emile, et l'aspect droit pour moi", explique Elsa. La jeune femme, diplômée cette année, a en effet réalisé un double diplôme avec Sciences po et une licence de droit à distance à la Sorbonne. Paul-Emile est quant à lui en dernière année de double diplôme avec Polytechnique en "data sciences for business" et réalise aussi un master 1 de mathématiques à distance.

"Le thème nous plaisait et correspondait à nos deux profils. Je code et je développe beaucoup, mais je n'avais pas l'approche juridique. J'ai appris beaucoup de choses au niveau de la réglementation européenne", explique Paul-Emile.

Lire aussi : Ecoles de commerce : pourquoi faire un double diplôme ?

Calendrier décalé pour cause de confinement

Les candidats devaient initialement préparer l'étude de cas pendant deux heures au cabinet Gide, et présenter leurs recommandations lors de la finale fixée le 17 mars 2020. L'épidémie de coronavirus a changé la donne, ils ont donc reçu les sujets le 12 juin, pour une finale qui s'est déroulée dix jours plus tard.

Elsa et Paul-Emile avaient auparavant pris soin de consulter des professeurs sur le thème de la Commission européenne et de l'intelligence artificielle. "J'ai rencontré un prof d'éthique du droit par exemple, son recul sur la pratique du droit nous a inspirés", raconte Paul-Emile. "Ça nous a aidés à être pragmatiques et réalistes dans nos recommandations", complète Elsa.

"Pitcher" devant des acteurs de l'économie

Pour la finale, les quatre binômes ont défendu leurs idées devant un jury composé d'acteurs de l'économie (Google France, Sarenza, Bpifrance, France Digitale, Challenges) et de Franck Guiader et Stéphane Puel, respectivement directeur de Gide255 et "managing partner" de Gide.

"Nous sommes ravis de la qualité des pitchs auxquels nous avons assisté", a réagit Franck Guiader. "Les candidats ont su s’emparer du sujet rapidement, faire preuve d’une grande maturité et nous surprendre par leurs idées inspirées de leurs parcours complémentaires, entre écoles d'ingénieurs, de droit et de commerce".

Lire aussi : Pour quel master en droit ou administration publique opter ?

Développer les startups européennes

Elsa et Paul-Emile avaient organisé leurs recommandations autour de trois axes : la compétitivité des start-up européennes, un marché unique européen pour les start-up, et le financement des start-up.

Grâce à ces propositions qui ont retenu l'attention du jury, les deux lauréats ont remporté 6.000 € et un stage chez Gide. Un 2e prix a été remis à un binôme d'étudiantes : Laura Broto et Éléonore Champierre de Villeneuve, toutes deux en dernière année à l'EDHEC, réaliseront aussi un stage chez Gide.