1. Supérieur
  2. Ecoles de commerce
  3. Ecoles de commerce : les écrits aux concours post-prépa reportés, les oraux annulés
Décryptage

Ecoles de commerce : les écrits aux concours post-prépa reportés, les oraux annulés

Envoyer cet article à un ami
Les écrits des concours d'entrée aux écoles de commerce post-prépa sont reportés à fin mai. // © DEEPOL by plainpicture/Chris Ryan
Les écrits des concours d'entrée aux écoles de commerce post-prépa sont reportés à fin mai. // © DEEPOL by plainpicture/Chris Ryan

Alors que l’épidémie de coronavirus est toujours aussi forte, contraignant la France au confinement, les écoles de commerce adaptent l’organisation de leurs concours post-prépa et AST. Conséquence : les écrits sont reprogrammés à fin mai ou mi-juin et les oraux sont annulés.

Après une période de flou, la décision est tombée le 24 mars 2020. Les concours et examens nationaux sont reprogrammés "à une date ultérieure", annoncent le ministère de l'Enseignement supérieur et celui de l'Education nationale. Les écoles du Chapitre annoncent par ailleurs l'annulation des épreuves orales.

Lire aussi : Coronavirus : les concours et examens nationaux reportés

Report des écrits BCE et Ecricome entre fin mai et mi-juin

Le Chapitre des écoles de management annonce que les épreuves écrites auront lieu entre la fin mai et la mi-juin. "Les candidats passeront les concours écrits tels qu’ils étaient prévus au printemps. Les matières auront les mêmes coefficients qu’initialement", précise Jean-François Fiorina, directeur adjoint de Grenoble Ecole de Management et représentant du Chapitre.

Dans ce cadre, les écoles classeront les candidats à partir des 30 coefficients traditionnellement attribués aux épreuves écrites par la BCE (25 pour Ecricome). Le SIGEM 2020 (système par lequel les candidats classent selon leurs préférences les écoles auxquels ils sont déclarés admis à l'issue du concours) se tiendra donc sur cette base uniquement.

Lire aussi : Classement SIGEM 2019 : la cote d'amour des écoles de commerce auprès des étudiants de prépa

Pour Alain Joyeux, président de l’APHEC (association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales), la décision de reporter les écrits était "inéluctable, les circonstances l’imposaient".

Félix Papier, directeur du programme Grande Ecole de l’ESSEC, voit déjà pour sa part surgir des questions concernant la barre d’admission 2020. "D’ordinaire, nous établissons une barre d’admissibilité sur la base des résultats aux écrits. Puis la barre d’admission est fixée au moment des jurys finaux, après les oraux".

Or, cette année, la barre d’admissibilité n’existera pas. Et la barre d’admission 2020 sera inédite : "Elle ne pourra pas être comparée à celle des sessions précédentes de concours puisqu’elle ne tiendra compte que des résultats aux écrits. La question de savoir si elle va augmenter ou pas n’est donc pas pertinente", estime Félix Papier.

Lire aussi : Les concours communs 2020 des écoles de commerce

En attendant, les banques travaillent aux nouvelles modalités. Ecricome indique sur son site que "les écoles membres travaillent activement sur les nouvelles modalités des concours prépa dans une perspective de report des épreuves et en coordination avec la BCE."

Delphine Manceau, présidente de la banque Ecricome et directrice de Neoma Business School, se dit "solidaire de la décision prise par l’ensemble des écoles du Chapitre, qui vise avant tout à préserver la sécurité sanitaire de tous dans ces circonstances exceptionnelles et à stabiliser l’organisation des concours dans cette période inédite."

Les frais de concours réduits de 50%
Le Chapitre des écoles de commerce annonce une réduction de 50% sur les frais de concours que ce soit pour les admissions post-bac, post-prépa ou en admissions parallèles. "Nous souhaitons contribuer à l'effort que les familles devront consentir dans une période économique qui peut s'avérer complexe", précise le Chapitre.

L’annulation des oraux, une "surprise"

Les oraux sont quant à eux annulés. "Nous savons que les candidats se préparent depuis deux ans. Nous savons que les oraux sont aussi un moyen de faire la différence mais, quand nous avons dû réfléchir aux évolutions possibles du concours, les oraux sont apparus comme l’un des points critiques. En effet, nous ne savons pas ce qu’il en sera de la libre circulation des personnes à cette période de l’année (les oraux des concours post-prépa se déroulent d'ordinaire de la mi-juin aux premiers jours de juillet, NDLR), ni si certaines zones seront encore bloquées", explique Jean-François Fiorina.

La décision a été collective rappelle Delphine Manceau, présidente d'Ecricome. "Elle a été prise par l’ensemble des écoles et NEOMA est solidaire de cette décision. L’objectif était de respecter les impératifs sanitaires et il a semblé qu’organiser un grand tour de France pour les candidats n’était pas raisonnable dans les circonstances actuelles."

Lire aussi : Les maths, un mode de sélection pour entrer en école de commerce

Par ailleurs, l’idée d’organiser les oraux en visioconférence a aussi été écartée pour une question d’équité de traitement : "nous avions une inquiétude sur la capacité du réseau internet à tenir face à la demande très importante actuellement et nous avons perçu un risque d’engendrer une rupture d’égalité dans les zones blanches – sans oublier les inégalités entre les étudiants en matière d’équipement technologique", indique Delphine Manceau.

Les écoles ont aussi réfléchi au fait de reporter les oraux à septembre mais cette décision n’a pas été retenue, "est-il raisonnable d’étaler les concours sur cinq mois ? Il faut que les étudiants puissent passer à autre chose", estime la présidente d'Ecricome. Par ailleurs, le ministère a demandé aux écoles que la rentrée se tienne comme il est prévu, en septembre. L’organisation d’oraux remettrait en cause ce calendrier.

Cependant, Alain Joyeux se dit surpris de l’annulation des oraux, notamment parce que cette annulation ne concerne pas les concours d’écoles d’ingénieurs : "Si les circonstances exigent une annulation des épreuves orales, comme la ministre le souhaitait vraiment, nous n’avons rien à dire. Cependant, que des écoles d’ingénieurs puissent maintenir leurs oraux, comme cela semble être le cas à ce jour, cela pose question. Professeurs et élèves ne comprennent pas pourquoi tout le monde n’est pas logé à la même enseigne et la colère est présente. Je suis en train de rédiger un courrier qui sera adressé à la présidente de la CGE, Anne-Lucie Wack."

En réponse, Delphine Manceau indique comprendre "le désarroi des professeurs de CPGE" : "cette mesure est exceptionnelle et dictée par les circonstances très particulière que nous vivons. Je suis convaincue que la force des liens qui nous unit aux professeurs de CPGE nous permettra de dépasser cette déception."

"Petites prépas" et les "petites écoles" pénalisées ?

L’annulation des oraux peut par ailleurs "pénaliser les petites prépas", estime Alain Joyeux : "des candidats moins forts aux écrits pouvaient gagner beaucoup de points grâce aux épreuves orales et rattraper des centaines de places. Cela risque aussi de pénaliser les candidats bons à l’oral en langues."

Lire aussi : Coronavirus : les conséquences sur les concours des écoles d'ingénieurs

Alain Joyeux estime aussi que "l’annulation des oraux pénalise les petites écoles qui comptent beaucoup sur la période des entretiens d'admission pour séduire les candidats."

Delphine Manceau dit comprendre que l’annulation des oraux puisse "générer du stress" et assure que les écoles seront "présentes pour accompagner les candidats dans les semaines qui viennent". Pour les écoles, "les oraux constituent une période précieuse de sélection mais aussi de rencontre des candidats, et c’est très important pour eux comme pour nous." NEOMA réfléchit, comme d’autres écoles, à d’autres formats d’échanges avec les candidats, comme l’organisation de visite virtuelle de l’école.

"Nous gardons les mêmes équipes d’admisseurs pour contacter les candidats et les aider dans leur choix. Nous savons que les oraux sont habituellement un moment clé de choix réciproque, nous travaillons donc à mettre en place les mêmes types de dispositifs pour aider les étudiants à faire ce choix", précise Delphine Manceau.

Les concours en admissions parallèles

Après avoir cherché une solution adaptée en concertation avec le ministère, le Chapitre des écoles de management de la CGE a tranché, le mardi 31 mars. La sélection des candidats en admissions parallèles sera réalisée sur dossier.

Lire aussi. Coronavirus : les écoles de commerce réorganisent leurs admissions parallèles.

Les oraux seront donc aussi annulés pour éviter "d’organiser des oraux à un moment ou les autres concours seront en cours avec le risque d’un engorgement des écoles, une surcharge pour les collaborateurs et les professeurs" mais aussi pour éviter "des oraux à distance qui demeurent une grande source d’iniquité (notamment par rapport à l'accès à une connexion correcte en zone blanche)".

La banque d’épreuves Passerelle PGE finalise les nouvelles modalités et "attend l’avis du ministère". A priori, "tous les concours seront transformés en examen des dossiers, mais cela suppose des changements de règlement du concours pour pouvoir le faire dans un souci d’équité de traitement", précise Jean-François Fiorina.

Les concours Tremplin 1 et 2 remplacent aussi les épreuves écrites et orales par une évaluation de dossiers. "Les candidats vont devoir remplir un dossier académique avec leurs résultats dans le supérieur, mais également présenter leurs motivations à rejoindre nos écoles et leurs expériences professionnelles, internationales, associatives….", indique Delphine Manceau, présidente d'Ecricome, la banque qui gère ces concours.

Les concours évaluent la possibilité de maintenir les écrits du Tage-Mage dans de "bonnes conditions", même si la décision n’est pas encore prise sur ce point.

Les évolutions prévues pour permettre ces nouvelles modalités de sélection impliquent d’adapter les règlements pédagogiques et celui des concours. C’est une demande faite par le Chapitre des écoles de management (Conférence des grandes écoles). Ces évolutions devront être validées par la CEFDG (Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion).

Mais ces changements, notamment l'annulation des oraux, sont sources de mécontentement pour les candidats comme pour les professeurs de CPGE…

Une pétition pour maintenir les oraux
Le BDE d'HEC Paris a lancé une pétition pour un maintien des oraux au concours des grandes écoles de commerce le 25 mars qui a recueilli 4.501 signatures. Fermée depuis, la pétition demande le report des épreuves orales et non leur annulation. L'annulation des oraux "va à l’encontre de l’essence même de l’école de commerce : préparer les étudiants aux métiers du management dont la dimension orale est prépondérante", estiment les représentants d'élèves d'HEC.

Selon eux, cela "dévalorise aussi la sélection" : "les oraux ont l’effet d’un révélateur après les épreuves écrites. Comment sélectionner 400 candidats sur les 6.000 qui se présentent uniquement à travers des copies ? Ce panel est bien trop large, l’oral est nécessaire pour une sélection juste. Les oraux ont en outre l’avantage d’être tous dispensés dans les différentes écoles, donc les biais de différences de correction possibles sont gommés."

Ils estiment aussi que cette annulation revient à anéantir deux années de travail des préparationnaires. L'APHEC s'est aussi fendu d'une lettre adressée à la CGE pour manifester son mécontentement et son incompréhension concernant l'annulation des oraux.

Les frais de concours réduits de 50%
Le Chapitre des écoles de commerce annonce une réduction de 50% sur les frais de concours que ce soit pour les admissions post-bac, post-prépa ou en admissions parallèles. "Nous souhaitons contribuer à l'effort que les familles devront consentir dans une période économique qui peut s'avérer complexe", précise le Chapitre.