1. Accueil à l’université : vivez la rentrée des "première année"
Reportage

Accueil à l’université : vivez la rentrée des "première année"

Envoyer cet article à un ami
Anne-Hélène et Héloïse, étudiantes en master à l'université de Nanterre, ont été recrutées comme tutrices pour accueillir les nouveaux arrivants. // © Amélie Petitdemange
Anne-Hélène et Héloïse, étudiantes en master à l'université de Nanterre, ont été recrutées comme tutrices pour accueillir les nouveaux arrivants. // © Amélie Petitdemange

#RécitsdeRentrée Episode 7. En 2019, 1,5 million d’étudiants se sont inscrits à l’université. Un changement majeur pour les bacheliers qui font leurs premiers pas dans l’enseignement supérieur. Pour faciliter cette transition, les universités organisent des semaines d’intégration de plus en plus riches. Reportages à Nanterre, Poitiers et Strasbourg.

Pour cette rentrée 2019, l’université de Nanterre a innové. 25 étudiants tuteurs ont été recrutés pour accueillir et guider les 6.500 jeunes qui entrent en première année. Présents dès la sortie du RER sur des stands, ils répondent à toutes les questions et organisent des visites du campus du 3 au 6 septembre. Le service en charge du développement durable organise aussi des visites qui mettent l’accent sur les lieux atypiques de l'université, comme le jardin partagé ou le rucher.

"On aurait aimé avoir la même chose il y a quelques années. Quand je suis entrée à Nanterre, nous n’avions aucune information", souligne Anne-Hélène Mestre, étudiante en master 2 de droit à Nanterre, installée sur un stand de bienvenue. "Au lycée, ils ont été habitués à recevoir les infos, ils ne savent pas encore chercher par eux-mêmes", assure la tutrice.

Lire aussi : Récits de rentrée : l'Etudiant en immersion dans les universités et les grandes écoles

Pour Héloïse Esnault, en master 1 de droit, également engagée comme tutrice pour la semaine de pré-rentrée, "la moindre information vaut de l’or". "Quand vous arrivez à la fac, vous êtes paniqué. Les premières années s’inquiètent de problèmes administratifs ou pédagogiques par lesquels on est déjà passé. On leur dit, par exemple, que ce n’est pas grave s’ils n’ont toujours pas reçu leur carte d’étudiant. Certains pensent qu’ils ne sont pas inscrits alors qu’il s’agit juste d’un retard de l’administration", explique la jeune femme.

Favoriser les rencontres entre filières

Des réunions pratiques présentent également les services de Nanterre, dont la plupart sont méconnus des étudiants : médecine, activités sportives gratuites, activités culturelles et artistiques, service documentation, mais aussi mobilité internationale et bonus aux diplômes. Organisées par les responsables de ces services, elles sont communes à tous les cursus.

"Pour la première fois cette année, la pré-rentrée a lieu le même jour pour toutes les UFR. Nous voulons favoriser les rencontres et créer une communauté sur le campus de Nanterre", explique Nathalie Cheze, vice-présidente formation initiale et innovation pédagogique.

Lire aussi : Université : 7 conseils pour réussir votre première année de licence

Une volonté partagée par l’université de Strasbourg, qui accueille près de 7.000 "première année" lors de la pré-rentrée, du 28 août au 18 septembre. Lors de cette période, un guichet multi-services permet de rencontrer des responsables de l’université et de la ville afin d’organiser son année. Les étudiants défilent sur les stands du Crous, des transports de la ville, de la préfecture, de la sécurité sociale, de la CAF, ou encore du service des sports ou de la culture de la fac.

Le campus est aussi investi par des "villages" thématiques qui varient suivant les jours : "village des services", "village des associations étudiantes", "village écosolidaire", "village international"…

Des villages thématiques présentent les services et associations aux 51.000 étudiants de l’université de Strasbourg.   // © Amélie Petitdemange
Des villages thématiques présentent les services et associations aux 51.000 étudiants de l’université de Strasbourg. // © Amélie Petitdemange

Comme à Nanterre, une quinzaine d’étudiants ont été recrutés pour animer ces villages et le guichet. Pour Marine Stoffel, vice-présidente Vie universitaire de l'université de Strasbourg, cet accompagnement pratique est essentiel. "Quand on arrive à l’université, on se retrouve à gérer son propre logement pour la première fois. Au lycée, c’est le cocooning, on se concentre juste sur ses études. Là, toutes les démarches administratives s’ajoutent".

Ateliers et course d’orientation

Depuis trois ans, un programme dédié aux "première année" est aussi organisé par l’université. "Booste ta rentrée" propose deux sessions de trois jours avec des ateliers, des conférences et des activités ludiques. Ce matin du 4 septembre, les étudiants ont le choix entre plusieurs ateliers animés par des doctorants : travailler sa mémoire, sa concentration, s'initier aux techniques de lecture rapide, apprendre plus efficacement avec le mind-mapping, et connaître les outils numériques de l’université.

Lire aussi : Université : tout savoir pour réussir votre rentrée

L’après-midi est ensuite dédié à une course d’orientation à travers la ville. Par petits groupes, les étudiants doivent prendre en photo des lieux de Strasbourg et rejoignent un square où des t-shirts et des pulls floqués du logo de l’université sont remis aux gagnants, tandis que tout le monde se retrouve autour d’un goûter.

Être bien entourée

Émeline Wanham, 17 ans, s’est inscrite à "Booste ta rentrée" pour faire des rencontres. "J’étais au lycée à Metz, j’avais peur de me retrouver seule dans un amphi à l’université de Strasbourg et de ne connaître personne. Avec tout le travail qu’on aura en licence de droit, il faudra être bien entourée !", explique la jeune fille. Comme tous les étudiants avec qui elle s’est liée d’amitié cette semaine, elle est emballée par cette intégration. "On a découvert des méthodes de travail : gérer son temps, gérer son stress et sa manière d’apprendre, prendre des notes… Et c’était enrichissant de connaître les parcours des doctorants, ça donne des idées, comme partir à l’étranger".

Lire aussi : Pour prendre des notes : plutôt sylo ou clavier ?

L’accueil des "première année" reste cependant très limité pour ceux qui n’ont pas participé à "Booste ta rentrée". Le programme a accueilli 200 étudiants, sur près de 7.000 "première année". Et seulement 400 jeunes s’étaient inscrits, la majorité d’entre eux n’étant pas au courant de cette initiative. L’université a en effet des difficultés à communiquer auprès des étudiants, baignés dans un flot d’informations.

"L’année prochaine, nous espérons accueillir 100 étudiants supplémentaires", annonce Alexandra Delaunay, coorganisatrice de "Booste ta rentrée". Autre nouveauté pour l’année prochaine : une visite du campus, en partenariat avec le Service de la Vie Universitaire.

Course colorée et soirées

A l’université de Poitiers, qui organise un mois d’intégration jusqu’à mi-octobre, la visite du campus se fait sous forme d’une course colorée. Lors de la journée phare du 19 septembre, 2.000 étudiants participent à cet événement sportif suivi d’un concert et d’un DJ set au clair de lune.

En parallèle, un "village associatif et culturel" installé à la Maison des étudiants présente les associations et partenaires de la vie étudiante : bureau des arts, radio du campus, association des étudiants parents, association pour l’inclusion des étudiants handicapés, jeunesse communiste ou encore association de défense des animaux. Le tout dans une ambiance décontractée, avec un pique-nique, une fanfare et un bar en plein air.

L’accueil se fait aussi sur les autres sites de l’université de Poitiers : à Niort, à Angoulême, à Châtellerault et au Futuroscope. "Au regard du nombre d’étudiants, 28.000 au total, on a une quantité folle d’événements", se réjouit Céline Magnant, directrice de la Maison des étudiants.

L’université organise plus d’une trentaine d’événements en collaboration avec les associations étudiantes, l’agglomération de Poitiers et le Crous. Un appel à projets, lancé en avril, a permis de financer 17 événements proposés par des associations étudiantes.

Une proximité qui plaît aux étudiants. "Ce qui m’a plu à l’université de Poitiers, c’est ce campus à taille humaine. Il y a une atmosphère accueillante, on sent qu’on ne sera pas perdus et que les profs sont à l’écoute", assure Camille, qui entre en première année de droit. La jeune fille, qui est venue de La Rochelle, a été rassurée par les nombreux événements d’intégration. Elle a ainsi fait la connaissance de Jade et Coryse, fraîchement arrivées en licence de Droit et de Sciences fondamentales appliquées. Les trois étudiantes se préparent maintenant à la suite de leur intégration : les soirées de leur licence.