1. APB 2015 : l’université gagne (un peu) de terrain
Décryptage

APB 2015 : l’université gagne (un peu) de terrain

Envoyer cet article à un ami
Des Bachelors vont obtenir le grade de licence. // © Camille Stromboni
Des Bachelors vont obtenir le grade de licence. // © Camille Stromboni

À l’issue de la première phase d’admission, le 8 juin 2015, vous étiez 4 sur 5 à avoir reçu une proposition sur APB… mais pas forcément votre premier choix, selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Éducation nationale. Côté filières, l'université progresse dans le nombre de vœux placés en tête de vos listes ordonnées.

Pas de grande surprise concernant vos vœux APB par rapport à vos prédécesseurs : vous avez choisi en proportions semblables les mêmes filières en vœu n° 1, avec cependant une petite augmentation (+ 3 %) pour l'université (hors DUT), et une légère désaffection (- 2 %) pour les BTS (brevets de technicien supérieur), DTS (diplômes de technicien supérieur) et DMA (diplômes des métiers d’art).

Quant aux réponses des établissements, vous êtes 580.000 à avoir reçu une proposition d’affectation dès la première phase d’admission, soit 79 % des 740.000 candidats ayant validé au moins une candidature en procédure normale. Plus de la moitié de ces propositions (54 %) concernent les filières universitaires (hors DUT : 10 % des propositions), ce qui était déjà le cas l’an dernier (52,8 %).

Parmi les futurs bacheliers (ou bac+1 en réorientation) ayant eu une proposition, 60 % ont obtenu leur premier vœu, 14 % leur 2e vœu, 8 % leur 3e vœu.

Les bacheliers pro se sont vu quant à eux proposer 945 places de plus en BTS, DTS et DMA que l'an dernier, soit 38.846 propositions contre 37.901 en 2014. Une volonté de l'Éducation nationale, inscrite dans la loi ESR de juillet 2013, de favoriser l’accès de ces filières courtes de l’enseignement supérieur à la voie professionnelle.

Au contraire, les bacheliers technologiques n’ont eu que 14.657 propositions en DUT, alors qu’ils en avaient obtenu 518 de plus en 2014. Le ministère explique cette baisse par un plus faible nombre de bacheliers techno en 2015, sans préciser toutefois si le nombre de candidatures en DUT sur APB a diminué pour ces profils d’une session à l’autre.