1. Exclusif. APB 2017 : du tirage au sort en PACES !
Décryptage

Exclusif. APB 2017 : du tirage au sort en PACES !

Envoyer cet article à un ami
Pour la première fois, des candidats d'Île-de-France ayant mis PACES en vœu 1 ont été recalé au tirage au sort. // © APB
Pour la première fois, des candidats d'Île-de-France ayant mis PACES en vœu 1 ont été recalé au tirage au sort. // © APB

Contrairement à ce qu'avait annoncé le ministère de l'Éducation nationale, il y a bien eu un tirage au sort pour départager les candidats à la première année commune aux études de santé. 857 candidats d'Île-de-France ayant mis la PACES en vœu 1 sont en liste d'attente. Une situation angoissante à quelques jours du bac.

"Ma fille est en larmes depuis 20 minutes !", témoigne la maman de Colombe, en terminale S dans l'académie de Créteil. "Je ne sais pas dans quel état je vais récupérer mon fils ce soir..." renchérit le père d'Alexandre, étudiant parisien souhaitant se réorienter en médecine.

Le coupable ? Trois lettres... APB. Dont le verdict est tombé comme un couperet, jeudi 8 juin à 14 h. Notamment pour ces candidats d'Île-de-France ayant choisi en premier vœu la PACES (première année commune aux études de santé), et qui sont sur liste d'attente.

VIDÉO. La minute APB : comment se déroule le tirage au sort

857 candidats recalés au tirage au sort

Une situation inédite, d'autant que le ministère de l'Éducation nationale avait assuré que, cette année, tous les candidats de l'académie dont le vœu "UFR de Santé en IDF" serait placé en première position auraient une proposition d'admission.

En réalité, il y avait 8.500 candidats pour 7.650 places au total (l'Île-de-France compte 7 UFR de santé : les candidats savent s'ils sont pris ou non en PACES lors des phases d'admission d'APB, mais ils n'ont leur lieu d'affectation qu'à la mi-juillet, après les résultats du bac).

Il y a donc eu un tirage au sort parmi tous ces candidats. D'après les chiffres communiqués par le ministère, jeudi 8 juin à 23h30, 857 candidats n'ont pas eu de chance : ils ont été mis sur liste d'attente. Du côté des parents, c'est l'incompréhension totale : "Ils ont enlevé à ma fille la chance de réussir son rêve, c'est pourtant une élève brillante", gronde la mère de Colombe, prête à en découdre avec ce système "au journal télévisé ou devant le Conseil d'État". D'autant que la jeune fille n'a eu aucune proposition, bien qu'elle ait mis six licences dans sa liste, dont deux à pastille verte, censées "habituellement" accueillir tous les candidats de l'académie !

Même colère chez Alexandre, qui avait décroché la mention très bien à son bac S en 2016. "Quand on rate un examen, on ne peut s'en prendre qu'à soi-même... mais là, c'est parfaitement injuste !" s'exaspère le père de l'étudiant. 

Pourtant, depuis plusieurs mois, Frédéric Dardel, président de l’université Paris-Descartes, où se situe l'une des 7 UFR de Santé, tirait la sonnette d’alarme. "Avec 8.750 vœux 1 en PACES pour 7.600 places, l’Île-de-France a enregistré 400 vœux 1 supplémentaires par rapport à l’an dernier. Dans ces conditions, je ne vois pas comment le ministère peut éviter un tirage au sort", mettait-il en garde.

Toutes les informations sur APB

Réunion de crise au ministère

Face à l'indignation générale, le ministère prévoit une réunion d'urgence, vendredi 9 juin. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, "a souhaité rechercher une solution rapide, en lien avec les présidents d’universités et les recteurs concernés", sans attendre les prochaines phases d'admission. 

Chaque année, entre 5 % et 10 % des candidats progressent dans leur liste de vœux entre les phases 1 et 3 d'APB. C'est le plus souvent lors la phase 3, le 14 juillet à 14 h, que des places se libèrent, car certains candidats n'auront pas obtenu leur bac. D'autres auront accepté une place dans une formation hors APB (Sciences po, écoles de commerce, écoles d'art...). 

Quant à la procédure complémentaire, instaurée pour permettre aux formations de remplir leurs capacités, elle permettra aux candidats sans proposition (ou avec une proposition qui ne les satisfait pas) de formuler d'autres vœux que ceux de la procédure normale, dans les établissements encore en lice, à partir du mardi 27 juin.

Pour les candidats de terminale, il faut à présent tâcher de se reconcentrer avant les épreuves du baccalauréat, qui débutent le 15 juin.