1. Pourquoi suivre un bi-cursus littéraire ?
Boîte à outils

Pourquoi suivre un bi-cursus littéraire ?

Envoyer cet article à un ami
Les bi-cursus permettent aux étudiants de suivre les cours de deux licences. // © Adobe Stock /Engdao
Les bi-cursus permettent aux étudiants de suivre les cours de deux licences. // © Adobe Stock /Engdao

Droit ou psychologie ? Sciences politiques ou lettres ? Il n’est peut-être pas nécessaire de choisir. La plupart des écoles et universités vous permettent d’allier deux cursus. De plus en plus répandues dans le domaine des sciences humaines et sociales, les doubles licences élargissent votre spectre de connaissances.

"Les bi-cursus littéraires sont moins nombreux qu’en sciences dures mais ils ont beaucoup de succès. Les doubles diplômes dans le domaine LEA (langues étrangères appliquées) sont les plus populaires, les étudiants peuvent par exemple allier LEA et droit ou LEA et management", explique Khaled Bouabdallah, président de l’université de Lyon.

Ces bi-cursus sont aménagés pour que l’étudiant puisse suivre les cours de deux licences. Les formations peuvent avoir lieu dans la même université ou dans deux établissements différents. Edgar Brossollet est par exemple en 2e année à Sciences po Paris, en bi-cursus d’histoire à Paris IV et à Sorbonne Université. "J’ai une passion pour l’histoire que je nourris à la Sorbonne. Sciences po m’apporte la vie associative, l’ouverture à l’étranger et une meilleure assurance pour l’avenir", affirme le jeune homme de 19 ans.

Lire aussi : Où faire une double licence ou une bilicence ? Les diplômes, spécialité par spécialité

Un parcours aménagé

Pas d’inquiétude, il ne s’agit pas de cumuler deux cursus dans leur intégralité. En première année, alors que ses camarades de Sciences po avaient 25 heures de cours par semaine, Edgar partageait sa semaine entre 14 heures à l'IEP et 7 heures à la Sorbonne.

En deuxième année, le temps est divisé plus également entre les deux cursus. Les étudiants passent quelques jours rue Saint-Guillaume et quelques jours sur le site de Malesherbes ou de Clignancourt pour la Sorbonne. "Le nombre d’heures de cours est quasiment similaire aux parcours classiques. À cela s’ajoutent un peu plus d’heures de travail à la maison. Au moins une heure supplémentaire par jour, mais cela dépend vraiment des semaines", souligne Edgar.

Lire aussi : Sélection à l'université : tout savoir sur les doubles licences

Une capacité de travail importante

Selon l’étudiant, le défi réside surtout dans l’organisation. "Parfois, vous ne faites rien pendant une semaine, puis tout arrive d’un coup. Le travail à la Sorbonne est moins régulier qu’à Sciences po, mais quand il tombe, il est conséquent. Les méthodes de travail sont aussi différentes : plutôt des exposés en groupes à Sciences po, et des recherches en bibliothèque pour la Sorbonne". L’étudiant en bi-cursus doit donc avoir une grande capacité de travail, être adaptable et savoir organiser son temps.

Le président de l'université de Lyon, Khaled Bouabdallah, conseille de consulter les prérequis pour ces bi-cursus inscrits sur Parcoursup. "Vous trouverez les attendus liés à la spécialité, mais aussi des compétences de méthodologie et de capacité de travail. Il ne s’agit pas de travailler deux fois plus, mais pas loin…"

Edgar Brossollet, qui est également président de l’association des bi-cursus Sciences po – Sorbonne Université (SPIV), affirme d’ailleurs que les étudiants en bi-cursus ont un niveau particulièrement élevé. "La moitié des meilleurs étudiants de Sciences po sont des bi-cursus, alors qu’ils représentent 15% des effectifs", affirme-t-il. Ces étudiants auraient donc plus de facilité à trouver un master par la suite. Leurs possibilités de partir à l’étranger sont aussi décuplées, puisqu’ils profitent à la fois des partenariats de Sciences po et de la Sorbonne.

Lire aussi : Double licence à la fac : cursus d'excellence pour deux fois plus de compétences

Des cursus qui ouvrent le champ des possibles

"Ce sont des cursus très complets et très recherchés, qui ouvrent le champ des possibles pour la poursuite d’étude et l’insertion professionnelle", confirme Khaled Bouabdallah. Après une bi-licence, vous pourrez vous diriger vers un bi-master, avec les mêmes thématiques ou non, ou vers un master simple. Il est également possible de faire une ou deux années de licence en bi-cursus puis de revenir à un parcours classique. "Il s’agit d’un double diplôme, si vous ne validez pas un des deux, rien ne vous empêche de continuer avec l’autre seulement", explique le président de l’université de Lyon.

Pour intégrer une bi-licence, le processus de candidature est identique à la licence classique. La sélection peut cependant être sévère, mettez plus de chances de votre côté en postulant également à des licences simples. Dans le cas d’un bi-cursus entre plusieurs établissements, vous pouvez souvent postuler auprès des deux. Pour le bi-cursus de Sciences po et Paris IV – Sorbonne Université par exemple, chaque établissement accepte des candidats.

Trouvez la bi-licence adaptée à votre projet
La plupart des établissements proposent des bi-cursus, trouvez celui qui vous convient dans notre annuaire des formations. Voici quelques exemples :
→ Le double diplôme Economie et gestion – Langues étrangères appliquées de l’université de Strasbourg
→ Le double diplôme Allemand-Etudes germaniques et Histoire avec l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.
→ Le double-diplôme Droit et Philosophie de l’université Lyon 3 – Jean Moulin.
→ La double Licence Gestion – LEA (Langues Etrangères Appliquées) de l’iae Lyon
→ Le double diplôme Sciences sociales et Histoire ou Philosophie ou Lettres de Sciences Po et Paris IV – Sorbonne université.