1. Budget : combien va vous coûter la rentrée étudiante 2018 ?
Boîte à outils

Budget : combien va vous coûter la rentrée étudiante 2018 ?

Envoyer cet article à un ami
Du plus et du moins : à la rentrée 2018, les postes de dépenses étudiantes évoluent. // © plainpicture/Iris Loonen
Du plus et du moins : à la rentrée 2018, les postes de dépenses étudiantes évoluent. // © plainpicture/Iris Loonen

À la rentrée 2018, plusieurs changements auront lieu au moment de vous inscrire dans l’enseignement supérieur et auront un impact sur votre budget. Sécurité sociale, contribution, baisse des frais d’inscription universitaires… Voici les principaux éléments à retenir pour anticiper.

Étudiants, la rentrée 2018–2019 sera synonyme de changements pour le montant des frais à payer, votre couverture santé, ou encore la diminution des aides au logement…

L'enquête 2018 de l'Unef sur le coût de la vie étudiante dénonce une augmentation de 1,31% pour cette rentrée. Elle s'explique notamment par la hausse des prix des loyers et des transports en commun. Huit villes cumulent ces deux augmentations (Lille, Nantes, Toulouse, Lyon, Saint-Etienne, Nancy, Angers, Rouen). Après avoir perçus l'ensemble des aides possibles, il reste aux étudiants, en moyenne, 837,72 € par mois à payer, selon les calculs du syndicat étudiant.

Une Sécurité sociale gratuite

Dès la rentrée, tous les étudiants n’auront plus à payer 217 € pour leur Sécurité sociale. Les nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur resteront rattachés à celle de leurs parents. Ceux qui étaient déjà inscrits l’année d’avant sur une Sécurité sociale étudiante, auprès d’une mutuelle (LMDE, SMEREP…), resteront encore un an affiliés à celle-ci, mais sans débourser le moindre euro.

Lire aussi : Sécurité sociale : comment ça marche pour les étudiants ?

À noter que pour couvrir vos dépenses de soins, il est souvent conseillé de souscrire à une complémentaire santé auprès d’une mutuelle car la Sécurité sociale ne rembourse pas la totalité de vos frais. La plupart des étudiants choisissent généralement de rester sur la mutuelle de leurs parents, souvent plus avantageuse.

Lire aussi : Mutuelle complémentaire santé, comment choisir ?

Une nouvelle contribution à payer

Pour développer les services pour les étudiants (santé, sport, activités culturelles…), une contribution vie étudiante et de campus – la CVEC – a été mise en place. Vous devrez donc payer 90 € si vous vous inscrivez dans un établissement d’enseignement supérieur.

Cette contribution doit être payée au CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) avant de vous inscrire, car il vous sera demandé une attestation d’acquittement (de paiement) au moment de votre inscription. La démarche est à faire via votre compte MesServices.etudiant.gouv.fr ou sur CVEC.etudiant.gouv.fr.

Si vous êtes exonéré(e) de cette contribution (boursier CROUS, réfugié…), vous devrez tout de même télécharger une attestation d’acquittement sur CVEC.etudiant.gouv.fr, en envoyant une pièce justificative. Il faudra également présenter cette attestation lors de votre inscription.

Lire aussi : Fini la Sécurité sociale étudiante, place à une "contribution" de 90 euros

Certains étudiants ne sont pas assujettis à la CVEC et n’ont aucune démarche à effectuer, ni attestation à fournir à leur établissement. C’est par exemple le cas si vous vous inscrivez en lycée, dans une formation telle qu'un BTS (brevet de technicien supérieur), un DMA (diplôme des métiers d'art) ou les formations comptables. Les étudiants en classe préparatoire y sont cependant assujettis, car ils s’inscrivent également à l’université pour sécuriser leur parcours.

Des frais d’inscription universitaires qui baissent

La CVEC se substitue désormais au droit de médecine préventive, à la contribution FSDIE (fond de solidarité au développement des initiatives étudiantes) et aux cotisations pour les activités sportives et culturelles des universités. Par conséquent, la quinzaine d’euros qui faisait partie des frais d’inscription à l’université va disparaître, et le total à payer va donc diminuer. On passera de 184 € à 170 € en licence et de 256 € à 243 € en master.

Le ticket de RU reste à 3,25 €

Le gel du prix du ticket de RU (restaurant universitaire) a été voté pour l’année 2018–2019. Les étudiants continueront donc de débourser 3,25 € pour un repas dans le RU de leur campus. C’est la troisième année consécutive que le prix reste fixe.

Moins d’APL pour votre loyer

Après la baisse mensuelle de 5 € de l'APL (aide personnalisée au logement), mise en place en octobre 2017, une autre mesure diminuera ce coup de pouce financier. Au 1er octobre 2018, contrairement aux années précédentes, l'APL ne sera pas revalorisée en fonction de l’indice de révision des loyers.

Selon Manuel Domergue de la Fondation Abbé-Pierre qui lutte contre le mal-logement, ce gel, alors que les loyers sont en hausse de 1,8 %, équivaut à une baisse de 4,20 € mensuelle si l’on prend le montant moyen d’une APL de 231 € par mois.

La garantie Visale pour votre logement

Depuis fin mai 2018, tous les étudiants peuvent bénéficier du dispositif Visale, qui se porte caution pour votre logement pendant toute la durée de son occupation. L’avantage de ce service géré par Action Logement : plus besoin de demander à vos parents d’être vos garants (sollicités en cas d’impayés). Gratuite, la démarche est dématérialisée, tout se fait sur Internet.

Lire aussi : Logement : la garantie Visale, comment ça marche ?

La condition principale : être âgé(e) de 18 à 30 ans. Il existe des montants maximaux à respecter pour le loyer de l’appartement, qui varient selon que vous disposez de ressources ou non.