1. Budget : combien va vous coûter la rentrée étudiante 2019 ?
Boîte à outils

Budget : combien va vous coûter la rentrée étudiante 2019 ?

Envoyer cet article à un ami
Du plus et du moins : à la rentrée 2019, les postes de dépenses étudiantes évoluent. // © plainpicture/Iris Loonen
Du plus et du moins : à la rentrée 2019, les postes de dépenses étudiantes évoluent. // © plainpicture/Iris Loonen

Contribution étudiante, frais d’inscription, APL, resto U, loyer, transports…. D’après la FAGE et l’UNEF, les étudiants pourraient dépenser plus de 2.285 € pour la rentrée 2019. L’Etudiant fait le point sur les changements qui ont ou auront un impact sur votre porte-monnaie.

À l’approche de la rentrée, les dépenses s’enchaînent pour les étudiants. En comptant à la fois vos frais courants (loyer, transports, alimentation, loisirs…) et les frais spécifiques de rentrée (CVEC, frais d’inscription, complémentaire santé…), vous pourriez débourser plus de 2.285 €. Une hausse de 1,96 % par rapport à 2018 selon la FAGE qui publie chaque année son indicateur sur le coût de la rentrée.

Même constat à l’UNEF pour qui les dépenses des étudiants pourraient augmenter de 2,83 %. Une précarité renforcée avec en cause l’augmentation des loyers mais pas seulement…

Un euro de plus pour la CVEC

Depuis 2018, la contribution à la vie étudiante et de campus (CVEC) remplace les frais de sécurité sociale étudiante qui s'élevaient à 217 €. Désormais, les étudiants doivent payer 91 € (contre 90 € en 2018) pour entrer dans le supérieur. La CVEC permet aux établissements de développer les services pour les étudiants (santé, sport, activités culturelles…).

Cette contribution doit être payée au CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) avant de vous inscrire, car il vous sera demandé une attestation d’acquittement (de paiement) au moment de votre inscription. La démarche est à faire via votre compte MesServices.etudiant.gouv.fr.

Certains étudiants peuvent être exonérés de cette contribution (boursiers, réfugiés…), d'autres n'y sont même pas assujettis. C'est notamment le cas des étudiants qui s’inscrivent en lycée, dans une formation telle qu'un BTS (brevet de technicien supérieur), un DNMADE (diplôme national des métiers d'art et du design) ou les formations comptables. Les étudiants en classe préparatoire y sont cependant assujettis.

Lire aussi : Fini la Sécurité sociale étudiante, place à une "contribution" de 90 euros

Une complémentaire santé plus chère

Concernant les frais médicaux, même si tous les étudiants sont à présent affiliés au régime général de la sécurité sociale, il est souvent conseillé de souscrire à une complémentaire santé auprès d’une mutuelle car la Sécurité sociale ne rembourse pas la totalité de vos frais.

Mais d’après la FAGE, le prix des complémentaires santé augmente d’environ 2,4 % selon les régions, soit 313 € par an en moyenne.

Zoom sur les frais d’inscription universitaires

La CVEC se substitue désormais au droit de médecine préventive, à la contribution FSDIE (fond de solidarité au développement des initiatives étudiantes) et aux cotisations pour les activités sportives et culturelles des universités. Par conséquent, la quinzaine d’euros qui faisait partie des frais d’inscription à l’université a disparu. Le total à payer s'élève cette année encore à 170 € en licence et à 243 € en master.

Les élèves inscrits en BTS d'un lycée public n'auront pas de frais à payer. Contrairement aux étudiants qui comptent faire une année de césure. Quant aux formations dépendant du ministère de la Culture (en art par exemple), de l'Agriculture, de l’Économie ou des Finances (pour les écoles d'ingénieurs), les frais sont fixés librement.

Nouveauté 2019 : les étudiants internationaux paieront des frais d'inscription différenciés. Le montant à payer s'élève à 2.770 € en licence et 3.770 € en master, soit une multiplication par 15 par rapport à 2018.

Le ticket de RU augmente de 0,05 €

Fin du gel du prix du ticket de RU (restaurant universitaire). Pour la première fois depuis 2015, le prix passe de 3,25 € à 3,30 €. Une décision prise par le conseil d'administration du CNOUS (centre national des œuvres universitaires et scolaires) le 4 juillet dernier.

Lire aussi : Vie étudiante : 7 infos à connaître sur le resto U

La réforme des APL à partir de 2020

Après la baisse mensuelle de 5 € de l'APL (aide personnalisée au logement), mise en place en octobre 2017, la réforme en cours diminuera également ce coup de pouce financier. Initialement prévue pour janvier 2019, elle a finalement été repoussée d'un an. Le montant de l'APL ne sera plus calculé sur vos ressources à l'année N-2 mais sur les 12 derniers mois et revalorisé tous les trois mois. Un changement de situation qui aura un impact direct sur les étudiants et les jeunes actifs.

Des loyers en hausse

Quant aux loyers, ils ne cessent aussi d’augmenter. Y compris pour les studios des résidences CROUS. En moyenne, le prix de votre logement passe de 458 € à 471 € par mois selon l’UNEF (d’après les chiffres de LocService). Parmi les villes qui connaissent les plus fortes hausses : Bordeaux (+ 11 %), Mulhouse (+ 6 %), Brest (+ 4 %), Rennes (+ 4 %) ou Metz (+ 4 %), sans compter l’Île-de-France (+ 5 %). Or, comme le rappelle la FAGE, le logement représente la moitié des frais de vie courante d’un étudiant.

Lire aussi : Logement étudiant : visites, bail, état des lieux…préparez-vous !