Orientation post-bac : que faire après la spécialité SVT ?

Par Marine Delatouche, publié le 06 Mai 2022
5 min

Les sciences de la vie et de la Terre font automatiquement penser aux études liées à l’analyse et à la manipulation du vivant. De nouvelles filières en environnement s’offrent aussi à vous si vous avez suivi cette spécialité au lycée.

La spécialité SVT rime avec démarche expérimentale, exploitation de données scientifiques mais aussi "capacité à apprendre vite", souligne Pierre-Jose Vaquer, professeur de SVT au lycée de Louis de Cormontaigne à Metz (57). Il s’agit indéniablement d’un atout pour le PASS (parcours d’accès spécifique santé) et les études médicales. Mais d'autres filières du supérieur s'ouvrent à vous après la spécialité SVT comme l'environnement, la biologie ou les sciences du vivant.

PASS, L.AS, paramédical : la spécialité SVT, passeport vers des études de santé

"Les PASS et L.AS ont été ciblées par des élèves qui avaient majoritairement suivi SVT et/ou physique-chimie au lycée, bien qu’il y ait 14 combinaisons différentes parmi les admis dans l’académie de Lille", précise Sylvie Seynaeve, cheffe du pôle de l’enseignement supérieur au CIO (centre d'information et d'orientation) de Lille centre (59).

"Dans le paramédical, les exigences sont moins fortes. Il faut faire des SVT mais il n’est pas forcément nécessaire de faire maths complémentaires, ce qui peut cependant être encouragé, pour faciliter sa réussite en PASS", ajoute l’enseignant.

En école d’infirmier par exemple, les SVT apportent "des éléments de biologie intéressants, l’anatomie humaine étant très présente", confirme Jean-Denis Aubry, coordinateur pédagogique à l’IFSI du CHRU de Tours (37). Le monde médical peut vous ouvrir ses portes avec des métiers tels que médecin, kinésithérapeute, ergothérapeute, infirmier ou encore ostéopathe.

Lire aussi

SVT, un profil apprécié en STAPS

Ne croyez pas pour autant que les SVT vont vous limiter au médical et paramédical. L’une des formations les plus sollicitées sur Parcoursup, la licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), incarne une alternative au sein de laquelle les SVT sont valorisées sans être obligatoires.

Après de telles études, les possibilités sont larges : vous pouvez devenir professeur d’EPS ou vous diriger vers "les pratiques de sport aménagées pour les personnes handicapées moteur ou mentales et les personnes âgées", détaille Pierre-Jose Vaquer, évoquant aussi les masters en management du sport et en gestion de l’événementiel.

Lire aussi

Les cursus en biologie vous sont ouverts

Les SVT permettent aussi d’intégrer des filières axées sur la biologie et les sciences naturelles. Pour les BTS biotechnologie et géologie, "il faut avoir le meilleur dossier. Vous pouvez choisir SVT avec une autre spécialité qui va vous permettre d’avoir une bonne moyenne", assure le professeur.

Il est possible d’évoluer en licence de biologie ou science de la Terre, puis suivre des masters en biologie végétale, microbiologie et bactériologie ou en géologie. À la clé : des métiers en entreprises pharmaceutiques, en hydrogéologie ou, si vous êtes attiré par la recherche, au sein du bureau de recherches géologiques et minières.

Mais même si les filières scientifiques sont des débouchés cohérents, la spécialité SVT n’empêche absolument pas de se diriger vers des filières littéraires. "Les SVT et la physique-chimie peuvent aussi être associées à HLP (humanités, littérature et philosophie) ou à LLCER (langues, littératures et civilisations étrangères) pour l’ouverture au monde", observe Sylvie Seynaeve. Elle remarque le développement de formations dans l’environnement. "Côté bio, il y a l’environnement, côté SES, le droit : on peut imaginer des cursus en droit de l’environnement, mais il n’y a pas de profil idéal", insiste-t-elle.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une spécialités

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !