1. Palmarès des lycées 2014 : les petits lycées spécialisés tirent leur épingle du jeu
Bancs d’essai

Palmarès des lycées 2014 : les petits lycées spécialisés tirent leur épingle du jeu

Envoyer cet article à un ami
Notre palmarès 2014 analyse les résultats au bac 2013 de 2.248 lycées. // © Shutterstock
Notre palmarès 2014 analyse les résultats au bac 2013 de 2.248 lycées. // © Shutterstock

Quels lycées font le mieux réussir leurs élèves ? Réponse dans notre classement 2014 ! À partir des résultats du bac 2013 rendus publics vendredi 4 avril, l'Etudiant et L'Express ont évalué, comme chaque année, les performances de tous les établissements de l'Hexagone. En tenant compte du taux de réussite au bac, bien sûr, mais aussi de la capacité des lycées à faire progresser les élèves et à les accompagner jusqu'à l'examen. Au total, 2.250 établissements sont passés au crible.

LES RÉSULTATS DU PALMARÈS 2014 DES LYCÉES
Palmarès lycées l'Etudiant 2013

L'arrivée d'un nouveau ministre à l'Éducation nationale, Benoît Hamon, n'a rien bouleversé au rituel : comme chaque année, les résultats du bac 2013 ont été dévoilés début avril avec toute une batterie d'indicateurs pour atténuer la brutalité du taux de réussite au bac. Et avec une constante : les meilleurs lycées ne sont pas toujours ceux que l'on croit et les recettes de l'excellence ne tiennent pas à un simple taux de réussite au bac flirtant avec les 100 %.

Lycées publics et lycées privés : pas les mêmes armes…

Notre palmarès 2014 analyse les résultats au bac 2013 de 2.248 lycées. Parmi eux, 1.494 établissements publics et 754 privés. Soit une proportion de deux tiers-un tiers. Mais quand un lycée privé présente en moyenne 120 élèves au bac chaque année, un lycée public en fait passer 235, près de deux fois plus... Une donnée importante quand on sait qu'il est plus difficile de faire réussir les élèves avec des effectifs importants.

En outre, les établissements publics accueillent les élèves les plus faibles. Ils ne partent donc pas avec les mêmes armes que leurs confrères privés. Pour s'en persuader, il suffit d'observer ce que le ministère de l'Éducation nationale appelle "le taux de réussite attendu" au bac d'un établissement, calculé en tenant compte de la sociologie des parents, de l'âge des élèves et des résultats qu'ils ont obtenus au brevet. En 2013, ce taux de réussite attendu était de 91,2 % dans le public et de 93,8 % dans le privé, un écart de près de 3 points. Écart que l'on retrouve, renforcé, dans les résultats effectivement obtenus au bac 2013 : 90,1 % de réussite dans le public et 96,3 % dans le privé (et 91,4 % tous lycées confondus).

Ne pas tenir compte du seul taux de réussite

Pour chaque établissement, notre palmarès intègre cette notion de taux de réussite attendu, qui mesure sa capacité à faire progresser les élèves, de même qu'un autre indicateur du ministère de l'Éducation nationale, le taux d'accès de la première au bac, que nous avons rebaptisé "Indice de stabilité", car il récompense les établissements qui parviennent à faire réussir le bac à tous leurs élèves. Parce qu'il est important de ne pas juger un lycée sur ses seuls résultats bruts au bac, nous avons donné la même importance à ces trois indicateurs dans notre palmarès.

Nous avons cependant fait une exception pour les 455 lycées ayant dépassé 98 % de réussite au bac 2013. Pour ces lycées d'élite, dont la capacité à faire progresser les élèves est forcément réduite du fait des très bonnes performances desdits élèves, la moyenne n'a été calculée qu'à partir du taux de réussite au bac et de l'indice de stabilité. (Lire à ce sujet notre méthodologie.)

Les lycées les plus réputés s'en sortent bien, sans faire non plus d'étincelles. Malgré leurs 100 % de réussite au bac, Henri-IV et l'École alsacienne ne se classent qu'au 92e rang. Une performance somme toute assez simple à réaliser quand on sélectionne les meilleurs élèves de tout l'Hexagone... Notre palmarès, lui, s'attache à distinguer les lycées obtenant d'excellents résultats avec des élèves "ordinaires". Nous cherchons à valoriser l'effort, plus qu'à sacraliser l'évidence.

La prime à ceux qui font progresser leurs élèves

Avec 18,5/20, le vainqueur de notre classement 2014 est le lycée Saint-Joseph de Nice, un petit établissement privé de la Côte d'Azur. Avec une seule classe de terminale STG (série rebaptisée cette année STMG), il affiche 100 % de réussite au bac 2013, comme 168 autres lycées de l'Hexagone (dont 154 privés et seulement 15 publics).

Les trois lycées qui le suivent dans le classement sont comme lui de petits établissements très spécialisés qui ne présentent aucun élève dans les filières générales L, ES et S : le lycée des Châtaigniers de Versailles (78) n'accueille des élèves qu'en ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) ; Georges-Baptiste à Canteleu (76) est un lycée hôtelier ; et René-Cassin au Raincy (93) se contente du seul bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable).

Si tous ces lycées ont du mérite, c'est parce que le ministère de l'Éducation nationale leur prédisait des taux de réussite de 6 à 12 points inférieurs à leurs performances effectives en 2013, et qu'ils emmènent la quasi-totalité de leurs élèves de première jusqu'au bac, ce qui est rarement le cas dans les filières générales. Deux tours de force qui expliquent la position des petits lycées spécialisés en tête de notre palmarès (10 établissements sur les 15 premiers). Précisons que jusqu'à cette année, ces 250 lycées à forte dominante technologique ou industrielle n'étaient pas classés dans notre palmarès. D'où les profonds changements dans cette édition.

Ce classement 2014 met à l'honneur un lycée de la Côte d'Azur devant deux lycées de banlieue parisienne et un lycée de la périphérie de Rouen. Parmi les 66 premiers de notre classement, figurent 53 lycées privés et seulement 13 publics, soit à peine un sur cinq. Dans cette crème de la crème, très peu de noms prestigieux et beaucoup de lycées plus "anonymes" de région. Et une concentration de l'excellence dans trois régions : Rhône-Alpes (11 lycées), la région parisienne (16) et le grand Ouest, qui place 17 établissements parmi les meilleurs. Dans ces terres bretonnes, normandes ou vendéennes où public et privé se sont si longtemps combattus, l'accès de tous à la réussite scolaire, c'est sacré.

Comment utiliser au mieux notre palmarès ?
Au-delà du classement général des 2.300 lycées recensés dans le palmarès, nos tableaux interactifs vous permettent de comparer les établissements selon vos préoccupations propres.
Ainsi pouvez-vous "filtrer" les résultats du classement général en fonction de votre académie ou de votre région, puis de la série du bac, mais aussi selon que le statut du lycée (public ou privé), et la présence ou non d’un internat.
Enfin, selon votre niveau scolaire, voici comment faire le tri entre les lycées de cette short list :
- Vous êtes un bon, voire un très bon élève : tenez compte en priorité de la note sur 20 "taux de réussite au bac".
- Vous avez besoin d’être encadré et encouragé, quel que soit votre niveau : faites attention à la note sur 20 de "capacité à faire progresser les élèves" (la valeur ajoutée apportée par le lycée).
- Vous êtes plutôt dans le dernier tiers de la classe : faites attention à la note sur 20 "capacité à garder ses élèves" (taux de stabilité). Quand ce chiffre est négatif, il indique notamment les lycées qui se séparent de leurs élèves en difficulté, pour avoir de meilleurs résultats au bac.