1. Trouver un job d’été à la dernière minute
Boîte à outils

Trouver un job d’été à la dernière minute

Envoyer cet article à un ami

La fin de l'année scolaire se profile et vous n’avez toujours rien trouvé pour gagner l’argent de vos vacances. Il n’y a pas lieu de vous désespérer pour autant ! L’été est le moment idéal pour trouver un job. Rien que sur le site de letudiant.fr, 170 offres représentant 45.000 postes s’offrent encore à vous. Voici quelques idées de petits boulots de dernière minute pour juillet, août ou même septembre.

1. Faire du baby-sitter dans les hôtels de luxe

Beaucoup de parents travaillent encore en juillet et ont besoin de faire garder leurs enfants le temps d'une semaine ou deux, toute la journée ou pour la sortie des centres de loisirs. Pour repérer ces familles ou proposer vos services, vous pouvez vous inscrire sur des sites de mise en relation (il y en a pléthore sur le Net comme par exemple), déposer votre CV sur "À votre service" (letudiant.fr) et bien sûr passer par la traditionnelle petite annonce chez les commerçants du quartier.

Autre clientèle possible, les touristes des hôtels de luxe, nombreux à cette époque de l'année. Pour trouver une baby sitter, ils s’adressent généralement au concierge de l’établissement où ils résident, qui se tournera vers des agences spécialisées (Babychou, Yoopala, mababysitter baby-sitter-paris.fr....). Si vous parlez une ou plusieurs langues étrangères, précisez-le, cela peut dans ce cas être un vrai atout. "Durant tout un été, j’ai gardé des enfants dans plusieurs palaces de la capitale, car je parlais anglais, espagnol et italien", raconte Camille, étudiant en AES (administration économique et sociale) à Nanterre. Côté rémunération, les tarifs pratiqués vont du smic (7,51 € net l'heure) à 11 € net généralement.

2. Animer des colonies en France ou à l’étranger

Dans ce secteur, les désistements de dernière minute sont nombreux. Pour les métiers de l’animation, consultez le site spécialisé jobanim.com. "Lorsque la demande est urgente, les recruteurs passent aussi leurs annonces sur letudiant.fr", précise François Fromont, responsable de la rubrique jobs et stages du site. Si vous avez le BAFA, c’est l’idéal. Mais si vous ne l’avez pas, tout n’est pas perdu. Pour certains postes, il n'est pas indispensable. Par exemple sur le site de letudiant.fr, un centre de vacances recherche actuellement un DJ. Postulez aussi directement auprès des organismes de séjours.

Ainsi Timothé, 22 ans, étudiant à l’IFP (institut français de presse) a passé 15 jours dans un collège anglais au sud de l’Angleterre, en postulant directement auprès de l’organisme. "Humainement c’était très enrichissement, et nous bénéficions de conditions de travail et des moyens extraordinaires. Le paradis de l’animateur. Par contre, tempère-t-il, ce type de séjour n’est pas très bien payé : j’ai touché environ 400 € pour 15 jours…" Les mairies organisent également des colonies de vacances. "Les conditions sont nettement moins luxueuses, mais le salaire est plus élevé", précise Timothé. Sur jobanim.com, la mairie de Varces recherche par exemple un animateur jeunesse, payé 50 € net la journée.

3. Vendre des maillots en boutique

Les boutiques recrutent aussi beaucoup pendant les vacances. Vous pouvez prospecter les stations balnéaires, mais aussi les villes où vous devrez remplacer les vendeurs partis en vacances. La meilleure solution est de proposer votre candidature directement en faisant du porte à porte auprès des magasins de votre quartier. "J’ai demandé à toutes les boutiques du Forum des Halles à Paris, et j’ai fini par trouver un emploi pour le mois d’août dans un magasin de vêtements, qui m’a demandé de commencer dès le lendemain !", raconte Eléonore, étudiante à Nanterre. Mais vous pouvez aussi éplucher les annonces du journal local.
 

4. Faire la plonge ou servir des sodas en terrasse

Beaucoup de bars et restaurants font le plein durant l’été. Là aussi préférez la prospection directe. Laissez à chaque fois votre CV avec une photo c’est encore mieux. Le site lhotellerie-restauration.fr est aussi une mine d’offres d’emploi. Les campings, les crêperies, pizzerias recrutent également. N’hésitez pas à leur passer un coup de fil, surtout si vous être assuré d’avoir un logement à côté. Certains restaurants ne demandent pas forcément d’expérience, mais du courage et de la bonne volonté.

Le site letudiant.fr a ainsi publié une annonce pour faire le service et la plonge dans une Brasserie / Pizzeria dans un camping dans l'Arcachon du 30 juin au 31 août. Autre annonce trouvée le même jour : un poste d'aide-cuisinier dans un restaurant au bord de la mer dans le Nord-Pas-de-Calais, en juillet-août. "Mais fuyez les offres d’emploi de serveurs à l’étranger, ce sont souvent des arnaques", prévient François Fromont de letudiant.fr

5. Cueillir des cerises ou faire les vendanges

Piotr, 18 ans, étudiant à Sciences po a fait l’été dernier la cueillette des cerises en Bourgogne. "L’avantage est que j’étais payé au poids, j’ai gagné 500 € en 2 semaines, et mon copain, qui était plus rapide, a gagné 750 €". Ce jeune parisien de Ménilmontant a trouvé ce travail par l’intermédiaire de la mairie, où il passait ses vacances.

Mais si vous cherchez un emploi dans l’agriculture, le site pole-emploi.fr est le site de référence. Une astuce : une fois sur le site, tapez "cueilleur" ou "vendangeur" et non "cueillette" ou "vendange". Sur "vendangeur" par exemple,  nous avons répertorié 83 offres, dont une trouvée dans le département de l'Aude à Saint-Hilaire (11). Un viticulteur recherchait une dizaine de vendangeurs pour 9,43 € de l'heure pendant un mois. Les conditions peuvent varier d’une région à l’autre. "Moi et mon copain, nous avions le droit à un café le matin, et à un goûter, mais nous rentrions chez nous pour le déjeuner", raconte Piotr qui a trouvé ce travail au grand air "fatigant, mais très sympa".

6. Répondre aux clients des compagnies d’assurance

L’été et la rentrée sont des moments d'intense activité pour les compagnies d’assurance. Elles doivent gérer des milliers de dossiers en même temps. Vous trouverez de nombreuses annonces sur letudiant.fr. Ce sont souvent des jobs plutôt bien payés (jusqu’à 11 € net de l’heure) avec des horaires modulables. L’avantage est que ce type d’emploi peut s’effectuer sur des périodes très courtes, 3 semaines par exemple. Pensez aussi aux sociétés d’assistance. Sur letudiant.fr, Mutuaide Assistance propose ainsi 39 postes à Bry-Sur-Marne (94) pour juin, juillet, août et septembre, payés  1.426,11 € brut par mois à raison de 33h50 par semaine.

7. Saisir les inscriptions dans les universités et les écoles

Avec les inscriptions, les écoles et les universités croulent sous le travail durant l’été. Adressez-vous à votre fac ou à votre école : peut-être recrute-t-elle des jeunes durant les vacances. Pensez aussi à la Maison des examens, à Arcueil, qui recrute en permanence des vacataires pour des tâches administratives (tri de dossiers et des copies, classements, saisie..). Vous serez en général rémunéré au smic (7,23 € net de l’heure).


Le chiffre : 1.139,02 € net par mois (1.457,52 € brut). C'est le montant du smic au 1er janvier 2015 sur la base de 35 heures de travail hebdomadaires (151,6 heures par mois)


Jobs d’été : bien connaître ses droits en 10 points

Maitre Valérie Piau, avocate (voir ses autres conseils dans notre rubrique "Vos droits"), souligne 10 points à connaître avant de prendre un job d'été.


1. Un jeune peut travailler à partir de 16 ans.
2. Un jeune peut travailler entre 14 et 16 ans pour des travaux légers durant les vacances avec autorisation préalable de l’inspecteur du travail.
3. L’employé doit signer un contrat qui précise la rémunération, les horaires, et la durée, avant de commencer à travailler ou au plus tard le premier jour de travail. Sinon, il faut demander au moins une lettre d’embauche précisant ces éléments substantiels.
4. Si l’employé ne signe pas de contrat, le CDD (contrat à durée déterminée) peut être requalifié en CDI (contrat à durée indéterminée).
5. Si les autres salariés en bénéficient, le travailleur saisonnier bénéficie aussi des tickets restaurants.
6. L’employeur est aussi est tenu de vous payer 50 % d’un abonnement 2nde classe de votre carte de transports si les autres employés en bénéficient.
7. L’employé embauché en CDD (contrat à durée déterminée) bénéficie des congés payés comme les autres salariés soit 2,5 jours de congés payés par mois de travail effectif. Cette indemnité est due quelle que soit la durée du CDD (contrat à durée déterminée).
8. L’employeur n’est pas obligé de payer une indemnité de précarité sur les contrats conclus avec les jeunes pendant leurs vacances scolaires ou universitaires.
9. En CDD (contrat à durée déterminée) la durée de la période d’essai est limitée à un jour par semaine.
10. Le contrat "vendangeur" est limité à un mois renouvelable (dans la limite de deux mois sur une période de 12 mois).

Vous trouverez la loi concernant les contrats à durée déterminée sur le site du Ministère de l’emploi.