1. Les bourses pour partir étudier à l'étranger
Boîte à outils

Les bourses pour partir étudier à l'étranger

Envoyer cet article à un ami
Le programme Erasmus+ permet de percevoir une bourse compensant un coût de la vie plus élevé dans un pays européen. // © Phovoir
Le programme Erasmus+ permet de percevoir une bourse compensant un coût de la vie plus élevé dans un pays européen. // © Phovoir
Sommaire du dossier
Retour au dossier Le dossier social étudiant pour une bourse ou un logement Les bourses de l'Éducation nationale Les aides financières pour se loger Les aides des collectivités Les aides des fondations Les prêts aux étudiants Les bourses pour partir étudier à l'étranger

Partir étudier dans un pays étranger a un coût non négligeable et souvent sous-estimé. En fonction de votre destination, plusieurs bourses sont accessibles pour vous aider à financer votre séjour.

Les bourses d’enseignement supérieur sont plus faciles à obtenir si vous avez déjà un diplôme universitaire. Leur montant est extrêmement variable et augmente avec votre niveau d’études.

Adressez-vous d’abord à votre propre établissement d’enseignement supérieur qui vous aiguillera. Contactez également les ambassades des pays de l’Union européenne et le Conseil de l’Europe qui sont susceptibles de vous orienter vers de bonnes pistes.

En Europe : les aides du programme Erasmus+

À la rentrée 2014, Erasmus faisait peau neuve et devenait ­Erasmus+ (prononcez "Erasmus plus"). Au-delà de sa ­nouvelle appellation, le programme d'échanges de la Commission européenne regroupe désormais, pour la période 2014-2020, des projets pour l'enseignement supérieur, mais également pour l'enseignement scolaire et pour la formation professionnelle.

Notez que les allocations Erasmus+ ne sont pas destinées à couvrir tous les frais de vos études, mais seulement à compenser la différence de coût qu'entraîne le séjour dans un pays étranger.

Les pays d'Europe sont désormais rassemblés en 3 groupes. Les étudiants qui se rendront dans des pays où le coût de la vie est élevé bénéficieront d'une allocation plus importante.

Pour ceux qui partent dans un pays du premier groupe (Autriche, Danemark, Finlande, Irlande, Italie, Lichtenstein, Norvège, Royaume-Uni, Suède), la bourse d'études sera comprise entre 200 et 300 € par mois pour une mobilité d'études (et entre 350 et 450 € pour un stage). Les étudiants concernés par les 2 autres groupes toucheront entre 150 et 250 € pour la bourse d'études (et entre 300 et 400 € pour un stage).

Bien sûr, les établissements auront toujours la possibilité d'augmenter ces montants en fonction de leurs critères. Et, comme auparavant, les collectivités pourront abonder la bourse.

Plus d'infos sur le site de l'Agence Europe-Education-Formation-France (ex-Socrates Leonardo).

Renseignements et retrait de votre formulaire de demande d'aide au service (ou bureau) des relations internationales de votre établissement.

Sachez que le ministère des Affaires étrangères ne finance pas la mobilité des étudiants à l'étranger, sauf dans le cas du Collège d'Europe à Bruges (Belgique) ou à Natolin (Pologne). Vous trouverez les informations concernant ces aides sur le site Campusfrance.org.

Pour les boursiers : l'aide à la mobilité internationale

L'aide à la mobilité internationale vous concerne si vous êtes boursier et que vous souhaitez suivre une formation supérieure à l'étranger dans le cadre d'un programme d'échanges ou effectuer un stage international. Cette formation ou ce stage doit s'inscrire dans le cadre de votre cursus d'études.

Il s'agit d'une aide complémentaire à la bourse sur critères sociaux, pour les étudiants qui en sont bénéficiaires. Le montant de l'aide est de 400 € par mois et elle est versée pour les séjours de 2 mois au minimum et de 9 mois consécutifs au maximum (votre séjour peut être plus long, mais vous ne percevrez plus l'aide au-delà de 9 mois).

C'est l'établissement d'enseignement supérieur dont vous dépendez qui attribue les aides à la mobilité et procède à leur paiement (et non pas le CROUS). Seuls les établissements d'enseignement supérieur relevant de la procédure de contractualisation avec le ministère chargé de l'enseignement supérieur peuvent attribuer des aides à la mobilité internationale.

Les bourses de la Commission franco-américaine pour étudier aux États-Unis

Pour les États-Unis, mieux vaut ne pas entretenir de faux espoirs : si vous n’êtes encore qu’en premier cycle, vos chances de décrocher une bourse sont extrêmement minces. Les aides financières accordées sont de toute façon assez limitées : elles concernent presque exclusivement les étudiants au niveau "graduate" (master ou PhD), et ne couvrent généralement pas tous les frais de séjour.

La Commission franco-américaine (Fulbright Commission) d’échanges universitaires et culturels propose plusieurs types de bourse étudiante selon votre niveau d'études. En dehors des bourses qu'elle attribue sur son propre budget, la Commission franco-américaine est chargée par plusieurs fondations, associations et organismes privés d'effectuer une présélection des candidatures.

Le dossier de demande de bourse de la Commission vous permet de postuler à plusieurs financements selon votre domaine d'études. Vous n'avez donc pas besoin de remplir plusieurs dossiers. La Commission transmet les dossiers qualifiés aux jurys des différentes fondations qui convoquent directement les candidats retenus à un entretien. Sauf mention contraire de votre part sur la fiche de synthèse, vous serez automatiquement considéré comme candidat à la bourse Fulbright.

Le dossier unique doit être soumis le 1er décembre 2016 pour les étudiants et le 1er février 2017 pour les doctorants.

Plus d'infos sur le site de la Commission franco-américaine.

Des bourses pour étudier au Canada

Pour décrocher une bourse d'études au Canada, entamez vos démarches au moins une année avant le début des cours. Consultez le site dédié du gouvernement canadien qui liste les bourses accessibles aux étudiants étrangers : Imagine Education au/in Canada. Voici quelques-unes d'entre elles susceptibles de vous intéresser.

Les bourses du gouvernement canadien

Le gouvernement canadien finance plusieurs types de bourse accessibles aux étudiants étrangers, comme le programme de bourses d'études supérieures du Canada Vanier (date limite pour postuler : le 2 novembre 2016) ou les bourses postdoctorales Banting, accessibles aux doctorants qui viennent poursuivre leurs études dans une université canadienne partenaire. Ne faites pas votre demande de bourse tout seul dans votre coin : c'est votre établissement d'accueil qui présente ou appuie votre candidature.

Les bourses des universités canadiennes

Certaines universités canadiennes réservent des aides aux étudiants étrangers, le plus souvent de niveau bac+4 ou bac+5. Vous devrez prendre contact avec le bureau d'aide financière de l'établissement où vous prévoyez de faire vos études. Cherchez aussi par le biais du site Scholarshipscanada (en anglais) : après inscription (gratuite), vous saurez à quelles bourses vous êtes éligible.

De nombreuses universités accordent également des bourses à leurs étudiants de niveau postdoctoral et à leurs chercheurs, toutes nationalités confondues. C'est le cas par exemple dans la province de l'Ontario.

Les bourses ontariennes d'études Trillium

La province de l'Ontario décerne chaque année 75 bourses d'études Trillium, d'une valeur de 40.000 dollars canadiens par an (environ 27.000 €), aux meilleurs étudiants de doctorat du monde entier, afin de soutenir leurs études en Ontario. Ces bourses d'études peuvent être renouvelées pendant un maximum de 4 ans. Chaque université sélectionne des candidats aux bourses d'études et les décerne en fonction du mérite et des critères du programme. Pour en savoir plus, contactez le bureau des études supérieures d'une université ontarienne.