1. 5 bonnes raisons d’être logisticien
Décryptage

5 bonnes raisons d’être logisticien

Envoyer cet article à un ami
Jeunes en alternance au pôle de formation transport logistique AFTRAL. // © Guillaume Roujas/AFTRAL
Jeunes en alternance au pôle de formation transport logistique AFTRAL. // © Guillaume Roujas/AFTRAL

Acheminer des marchandises, gérer des stocks, traiter des commandes… Le métier de logisticien vous attire mais vous craignez la monotonie ? Voici 5 bonnes raisons de choisir cette profession, de plus en plus recherchée, qui permet des missions variées, une évolution rapide et qui a de nombreux défis verts à relever.

1. Vous assurerez des missions variées

Qu'il s'agisse d'acheminer des matières premières dans une usine, des smartphones dans une boutique high-tech de centre-ville ou des tentes au Népal après une catastrophe climatique, le métier offre beaucoup de variétés. La logistique est un maillon indispensable, quelle que soit la nature des produits à distribuer : gaz, énergie, voitures, ordinateurs, médicaments, etc. Dans le secteur marchand, elle assure le lien entre la production et la distribution des marchandises. Homme-orchestre, le logisticien doit organiser le traitement des commandes, leur emballage et leur expédition après étude des moyens de transport les plus appropriés.

2. Vous travaillerez dans différents secteurs

Toutes les entreprises ont besoin de logisticiens pour garantir l'approvisionnement en composants sur la chaîne de production ou organiser l'expédition des produits finis. La logistique – fonction transversale – se retrouve ainsi dans l'aéronautique, l'automobile, l'agroalimentaire ou le commerce. De même, les industries pétrolières, chimiques et plastiques, emploient des logisticiens. Ou encore les secteurs hospitalier et pharmaceutique. Des postes sont également à pourvoir dans l'humanitaire. Ce secteur s'est professionnalisé et embauche de plus en plus des professionnels de l'intendance en situation d'urgence.

3. Vous aurez la sécurité de l'emploi

Crise ou pas, l'énergie, les biens d'équipements et les produits alimentaires doivent être acheminés. Avec l'internationalisation des activités humaines, la plupart des produits que nous utilisons ont des composants venant de différentes régions du monde. L'essor de l'e-commerce stimule aussi le secteur : Amazon, Vente-privée et d'autres sites marchands ont besoin d'une logistique sans faille pour livrer au plus vite les consommateurs tout en optimisant les coûts de stockage, de transport et de manutention.

4. Vous pourrez progresser

"Vous pouvez évoluer et grimper vite dans le secteur de la logistique", assure Sassu Afantodji, directeur de la pédagogie du groupe de formation Promotrans. "Il est possible, par exemple, de commencer en tant que préparateur de commande, d'atteindre le poste de magasinier, de devenir chef d'équipe, puis chef d'entrepôt, voire chef de plate-forme logistique." L'essentiel est d'accumuler de l'expérience, facteur clé pour avancer dans ces métiers.

5. Vous pourrez être écologisticien

Un des grands défis du logisticien d'ici à 2050 sera de répondre à une demande mondiale croissante de transport tout en limitant, voire en réduisant les émissions de dioxyde de carbone. La fonction est amenée à se verdir et à adopter la "planète attitude". De même, le logisticien ne se contentera plus, demain, d'acheminer les produits mais il sera en charge de l'organisation du retour des invendus et de la logistique des matériels d'occasion ou de celle des déchets. Un sacré défi pour les futurs jeunes diplômés du secteur !

 

Les différentes filières de formation

Les métiers de la logistique augmentent en technicité. Les recruteurs recherchent avant tout des techniciens supérieurs expérimentés.

Diplômes bac+2 appréciés : le DUT (diplôme universitaire de technologie) qualité logistique industrielle et organisation, le DUT gestion logistique et transport ou le BTS (brevet de technicien supérieur) transport et prestations logistiques.

À bac+3, diverses licences professionnelles forment au pilotage de la fonction logistique. Enfin, les universités proposent des masters variés pour les futurs managers du secteur. Pour des postes d'encadrement, les entreprises de l'automobile ou de la chimie font principalement appel à des ingénieurs issus des grandes écoles (bac+5, voire bac+6).

À noter :
les organismes professionnels de la logistique ont leurs propres écoles spécialisées pour former aux métiers, tels les centres de formation des groupes Aftral et Promotrans. Dans l'humanitaire, Bioforce, à Lyon, propose une licence professionnelle de chargé des services généraux et logistique humanitaire.