1. Comment rebondir sans le bac ?
Boîte à outils

Comment rebondir sans le bac ?

Envoyer cet article à un ami
Voici nos conseils si vous avez echoué au bac. // © Adobe Stock/Daisy Daisy
Voici nos conseils si vous avez echoué au bac. // © Adobe Stock/Daisy Daisy

Redoublement, réorientation ou entrée dans la vie active, plusieurs solutions existent en cas d'échec au baccalauréat. Démonstration !

Vous n'avez pas obtenu le bac ? Pas d'inquiétude. Plusieurs options peuvent vous permettre de vous relancer.

Le bac à tout prix

Même si l’idée ne vous réjouit pas, le redoublement reste la meilleure solution. La seconde fois est souvent la bonne puisque 8 redoublants sur 10 décrochent leur bac l’année suivante. Voyez cela comme une chance d’approfondir vos connaissances et de démarrer vos études supérieures sur de bonnes bases. Attention, si tout candidat peut redoubler une fois sa terminale dans son lycée d'origine, sa réinscription n’est pas automatique. Adressez-vous à votre rectorat pour une demande de dérogation.

Changer de voie

Si la perspective de redoubler vous effraye, pensez à une éventuelle réorientation. Vous pouvez choisir une autre spécialité, changer de filière de bac, ou même opter pour une filière plus professionnelle et moins générale, comme un CAP ou un bac pro. Dans tous les cas, renseignez-vous bien sur le contenu des nouveaux enseignements, et, dans la mesure du possible, restez cohérent dans votre projet professionnel.

Lire aussi : Réorientation : nos conseils pour changer de voie sans perdre votre année

L’université ou une école

À la fac, deux solutions existent. La première est de suivre un DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires) littéraire ou scientifique. Ce diplôme en deux ans offre les mêmes droits que le traditionnel baccalauréat. Il s’adresse aux personnes âgées au minimum de 24 ans (ou 20 ans avec interruption d'études de deux ans). L’autre option c’est la capacité, en droit ou en gestion qui se prépare en deux ans à l’université. Sachez enfin que certaines écoles privées : commerce, communication, art, tourisme, sports, animation, paramédical, social… accueillent aussi des non-bacheliers. Avant de vous engager, assurez-vous que l’établissement soit reconnu et que le titre délivré soit inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Un emploi

Vous avez décidé d’en finir avec les études pour rejoindre le monde du travail ? Contactez Pôle emploi et la Mission locale, dont l’objectif est justement d’accompagner l’insertion professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans. Des concours de la fonction publique de catégorie C sont également accessibles sans le bac. Enfin pourquoi ne pas envisager l’armée ou le service civique ? Plus d’infos sur vocationservicepublic.fr – service-civique.gouv.fr – sengager.fr

Nicolas, 33 ans, en capacité en droit à l'université de Lille
"Mon parcours scolaire n’a pas toujours été très simple, à cause d’une dyslexie diagnostiquée pendant l’enfance. Malgré les difficultés rencontrées, je n’ai jamais renoncé à l’idée d’entreprendre des études supérieures. C’est ce qui m’a d’ailleurs donné la force de décrocher un CAP et un BEP biologie puis de compléter mon parcours par un bac pro bio-industries. Après quelques années de salariat, j’avais envie de reprendre des études. Épanoui, je suis aujourd’hui en 2e année de capacité en droit et l’idée de décrocher un diplôme serait une belle revanche sur la vie". Son conseil: "Il faut travailler régulièrement et ne jamais se décourager".