1. Oraux du bac et des concours : les conseils des champions de l’éloquence
Coaching

Oraux du bac et des concours : les conseils des champions de l’éloquence

Envoyer cet article à un ami
Les lauréats du concours "Ma thèse en 180 secondes": Apolline Chabenat (à gauche) Tom Mébarki et Leah Vandeveer. // © MT180 CPU-CNRS - David Pell
Les lauréats du concours "Ma thèse en 180 secondes": Apolline Chabenat (à gauche) Tom Mébarki et Leah Vandeveer. // © MT180 CPU-CNRS - David Pell

Qui de mieux placé pour donner des conseils sur l’oral que les lauréats de la finale française de la compétition "Ma thèse en 180 secondes" ? Tom Mébarki, Apolline Chabenat et Leah Vandeveer vous livrent leurs secrets pour assurer le jour J.

Tout le monde n’a pas l'aisance naturelle d’un Barack Obama ou d’une Blanche Gardin quand il s’agit de prendre la parole en public, qui plus est devant un jury de bac ou de grandes écoles prêt à en découdre. Il ne faut pas se mentir, passer un oral est loin d’être un exercice facile pour la plupart d’entre nous.

Le secret, c’est de bien s’y préparer. Plus vous vous entraînerez, plus votre discours sera fluide et plus vous gagnerez en authenticité. "C’est très important de rester soi-même", indique Apolline Chabenat, 3e lauréate du concours. "Le jury ne veut pas d'un candidat qui joue la comédie. Le gros danger, c’est de mécaniser son discours", abonde Tom Mébarki, grand gagnant de "Ma thèse en 180 secondes".

Lire aussi : Ma thèse en 180 secondes 2019 : une édition placée sous le signe de la musique et du langage

La clé du succès : anticiper

Le bon réflexe quand on révise, c'est de faire des fiches pour mémoriser les cours. Inscrivez les grandes idées sur papier et surlignez les mots importants. Entraînez-vous à les répéter à voix haute devant le miroir. Plusieurs fois par jour s’il le faut.

De cette manière, vous pourrez repérer vos tics de langage et les rectifier. Vous voir peut vous permettre aussi de travailler votre posture. "C’est toujours un bon exercice de demander à votre entourage comment il vous perçoit pour mettre le doigt sur vos manies", complète Apolline.

Si vous vous apprêtez à passer un oral d'admissibilité dans une grande école, ce n'est pas tant vos connaissances (qui ont été testées à l'écrit) que votre personnalité qui intéresse le jury. Rien ne vous empêche toutefois d'essayer d'imaginer les questions que les examinateurs pourraient vous poser et de noter vos réponses sur papier. Là encore, n'hésitez pas à vous exercer devant un miroir ou un ami.

Lire aussi : Concours d’éloquence : futurs managers, découvrez les bienfaits d'une cure d'oral

La touche qui fait mouche

Autre astuce imparable si vous voulez faire mouche dès le début de votre oral : commencez par une anecdote qui attire l’attention du jury. Ce sont généralement les premières secondes qui comptent pour se faire une idée sur quelqu’un. Saisissez cette occasion pour raconter un souvenir, une situation, un hobby… La touche qui permet de vous mettre en valeur et de montrer que vous êtes différent. "Il faut partir de ce qu’on est pour montrer ce qu’on veut faire", recommande Tom.

Vous n’avez rien en boutique ? Vos proches peuvent vous aiguiller. Pendant l’oral et à la fin de votre intervention, vous pouvez également poser des questions au jury. Cela montre, d’une part, que vous êtes curieux, et de relancer la machine, surtout si vous avez besoin de reprendre votre souffle.

Pas de panique !

Boule au ventre, gorge sèche, transpiration, rougissement… Si vous ressentez ces signes le jour J, c’est que vous souffrez du trac. Chacun a sa méthode pour l’apprivoiser, mais certaines astuces peuvent vous rendre le moment moins désagréable. Commencez par respirer profondément et régulièrement pour reprendre vos esprits. Vous pouvez aussi, comme Tom, faire "des gargarismes pour éclaircir la voix". Ou "essayer de rigoler le plus possible", la technique qui fonctionne pour Leah Vandeveer, heureuse gagnante de la 2e place au concours des doctorants.

D’autres préfèrent rester dans leur bulle, à l’instar d’Apolline : "Pour m’isoler, j’écoute de la musique avec un casque sur la tête". Dans tous les cas, pensez à bien vous hydrater et, 5 minutes avant l’heure fatidique, vous masser la mâchoire peut vous aider à vous détendre.

La bonne attitude

Pendant l’examen oral, il peut arriver que la mémoire flanche. Les idées se bousculent, la panique monte et tout disparaît. Le fameux blanc que tout le monde redoute ! "Plutôt que de penser à remplir ce vide à tout prix, faites une transition", conseille Leah. En clair, prenez le temps de respirer un bon coup et enchaînez sur une autre idée.

"Sourire aide aussi énormément, ajoute la jeune femme. C’est un réflexe humain : quand quelqu’un nous sourit, nous sourions en retour." À l’inverse, si vous sentez que le jury décroche, continuez coûte-que-coûte. Au moins, le jury ne pourra pas vous reprocher d’avoir abandonné. Enfin, côté look, privilégiez une tenue confortable. Jean, baskets, robe… c’est moins le style de vêtements qui compte que le fait d’être présentable vis-à-vis de vos examinateurs.