1. Collège
  2. Le gouvernement souhaite poursuivre la continuité pédagogique cet été
En bref

Le gouvernement souhaite poursuivre la continuité pédagogique cet été

Envoyer cet article à un ami
De gauche à droite : Gabriel Attal, Jean-Michel Blanquer et Julien Denormandie. // © Thibaut Cojean
De gauche à droite : Gabriel Attal, Jean-Michel Blanquer et Julien Denormandie. // © Thibaut Cojean

Entre les colonies de vacances apprenantes et l’école ouverte, les vacances seront aussi studieuses pour les élèves qui profiteront de ces dispositifs. Le ministère de l’Éducation nationale espère toucher un million de jeunes de 4 à 17 ans.

La continuité pédagogique ne s’arrêtera pas à la fermeture des établissements, le 4 juillet. Pour tout l’été, le gouvernement souhaite mettre en place des mesures pour permettre aux élèves décrocheurs et aux enfants issus des quartiers prioritaires de bénéficier de "vacances apprenantes".

Colonies de vacances apprenantes

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Gabriel Attal, son secrétaire d’État, ont présenté samedi 6 juin les vacances scolaires de cet été 2020. "Il faut donner un contenu éducatif aux vacances", considère Jean-Michel Blanquer. Après la période de confinement, et le décrochage scolaire de nombreux élèves, collégiens et lycées, c’est pour lui un enjeu "social" et "sociétal".

Au total, un budget de 200 millions d’euros sera dédié aux vacances apprenantes, qui se décomposent en plusieurs projets. D’abord des colonies de vacances apprenantes, pour permettre à 250.000 jeunes de 3 à 17 ans de profiter d’"activités ludiques et pédagogiques" et de "renforcer savoirs et compétences dans la perspective de la rentrée prochaine."

Lire aussi : Pendant le confinement, un lycéen sur quatre n'avait pas d'ordinateur personnel

Écoles, collèges et lycées professionnels ouverts

Autre projet : l’extension de l’école ouverte. Ce dispositif, qui existe depuis quelques années, permet à 70.000 jeunes d’accéder à l’école et au collège. Pour l’été 2020, le ministère veut donc l’étendre et vise l’accueil de 400.000 élèves dans 2.500 établissements : écoles, collèges et lycées professionnels.

Dans les établissements qui seront ouverts, à condition que suffisamment de professeurs puissent y assurer une présence, les journées ne ressembleront pas à des cours classiques : les élèves alterneront soutien scolaire et activités sportives et culturelles. Une période de soutien scolaire plus intense sera mise en place fin août, a assuré le ministre.

D’autre part, 50.000 jeunes de moins de 17 ans pourraient prendre part à "l’école ouverte buissonnière" et ainsi partir "à la campagne ou en zone littorale, à la découverte de la nature et du patrimoine local", a précisé Jean-Michel Blanquer.

Lire aussi : Continuité pédagogique : un plan de 15 millions d'euros pour équiper des élèves de quartiers prioritaires

Priorité aux élèves des quartiers prioritaires

Mais un autre membre du gouvernement a participé à la conférence de presse : Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement. Pour lui, les élèves issus des quartiers prioritaires de la ville (QPV) constituent un "défi particulier". Son objectif : envoyer 200.000 jeunes des QPV en colonies de vacances apprenantes. Cela correspond à 80% des 250.000 places annoncées par Jean-Michel Blanquer.

En plus de la pédagogie, ces vacances devraient leur permettre de "quitter le quartier et découvrir d’autres horizons", encourage le ministre. Il souhaite donner un "été heureux, éducatif et social à ceux qui ont souffert pendant le printemps".

C’est pourquoi des profils d’élèves ont été définis comme prioritaires pour les vacances apprenantes : jeunes des QPV et des zones rurales, issus des familles isolées, monoparentales ou en situation socio-économique difficile, enfants en situation de handicap, enfants de personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaires, et enfants décrocheurs.

Le détail de ces dispositifs et les possibilités offertes aux élèves devraient être présentés aux familles, courant juin, par les établissements scolaires.