Décryptage

La mixité sociale, signe du bien-être au collège

L'indice de position sociale est pris en compte pour mieux répartir les moyens en fonction des disparités entre établissements.
L'indice de position sociale est pris en compte pour mieux répartir les moyens en fonction des disparités entre établissements. © Adobe stock/Rawpixel.com
Par Clément Rocher, Judith Dargère, mis à jour le 17 juillet 2024
5 min

INFOGRAPHIE. Nouvel indicateur du classement des collèges de l'Etudiant, la mixité sociale n'a pas d'effet sur les résultats scolaires des élèves, mais permet aux collégiens de bénéficier d'une meilleure cohésion, d'un climat scolaire plus sain et d'un optimisme plus prononcé.

L’indicateur ayant été introduit dans le classement en 2023, ce n’est que la deuxième année que L’Etudiant prend en compte la mixité sociale au sein des établissements. Cet indicateur a pu être réalisé grâce à la publication de l'indice de position sociale (IPS) des collèges français sur l’année 2022-2023.

Créé par le ministère de l’Éducation nationale en 2016, cet outil statistique permet de mesurer l’origine sociale des élèves, à partir de la catégorie socio-professionnelle des parents, des conditions matérielles du foyer ou des pratiques culturelles de la famille.

Une donnée différenciante : parmi les 7.300 collèges publics et privés, certains se distinguent par une forte homogénéité sociale alors que d'autres se différencient par leur mixité sociale. Mais cette dernière a-t-elle vraiment des effets positifs ?

La mixité sociale favorise la cohésion entre les élèves

C'est la conclusion d'une note du Conseil scientifique de l'Éducation nationale publiée en avril 2023. Là où la mixité sociale est renforcée, les élèves d'origine sociale favorisée rapportent ressentir une plus grande estime de soi et un optimisme plus élevé, tandis que les élèves issus de milieu défavorisé estiment bénéficier d'un meilleur climat scolaire et d'un sentiment de sécurité au collège.

En revanche, la mixité sociale n'a pas permis de réduire les inégalités de réussite scolaire chez les élèves. "Selon les évaluations nationales de français et de maths en 6e et les résultats au brevet, cela ne fait pas bouger le niveau d'apprentissage des élèves d'être dans un environnement social plus mixte. C'est néanmoins une mesure qui permet d'améliorer la cohésion sociale", soutient Elise Huillery, professeure d’économie à l’université Paris-Dauphine et co-autrice du rapport.

"On aurait pu espérer que les élèves défavorisés apprennent plus et mieux dans un environnement scolaire mixte. On aurait aussi pu craindre que les enfants favorisés apprennent moins, et ce n'est pas le cas", poursuit-elle.

Des inégalités marquées entre les collèges publics et privés

À la rentrée 2022, l’IPS moyen des collégiens en France est de 104, avec de grandes disparités. Les huit départements les plus défavorisés ont un IPS moyen inférieur à 95, quand onze départements affichent un IPS moyen supérieur à 110.

Le fossé est très marqué entre le public et le privé. L’IPS moyen des collégiens du secteur privé sous contrat (117) est nettement supérieur à celui des collégiens du secteur public (100). Il faut également mentionner des disparités au sein du public selon l’appartenance ou non à un réseau d’éducation prioritaire, d’après une étude de la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) publiée en mars 2023.

L'infographie ci-dessous rend compte de cette diversité des établissements.

Efforts d'inclusion et d'accompagnement

Le collège Les Gayeulles, à Rennes (35), est l'un des établissements qui se distinguent le plus en termes de mixité sociale dans le palmarès de l’Etudiant. Pour Nadia Fanchaouy, sa principale, c'est un collège "à l'image de la société". Cette mixité sociale s'observe à travers "la réussite des portes ouvertes, notre action de liaison CM2 - 6e bien implantée, mais aussi par nos actions d’éducation artistique et culturelle".

Si elle peut compter sur "des professeurs très engagés", la principale s'appuie aussi sur "des choix ancrés dans la tradition de l'établissement, qui a l'ambition d'être inclusif". L'équipe du collège travaille également avec des partenaires extérieurs, "comme les Cordées de la réussite depuis l'année dernière", ou encore "la fondation Agir contre l’exclusion, pour aider les élèves les plus fragilisés à trouver des stages dans les grandes entreprises".

Ces actions permettent de renforcer l’accompagnement des élèves, de l'entrée au collège à la 3e, avec l'organisation d'ateliers d'orientation bimensuels pour les élèves.

Objectif national de réduction de la ségrégation sociale

L'enjeu de la mixité ne se mesure pas uniquement à l'échelle d'un établissement. Le ministère de l'Éducation nationale s'est en effet donné pour objectif de réduire la ségrégation sociale de 20% d'ici 2027. Il a pour cela plusieurs leviers à sa disposition, comme la constitution de secteurs multi-collèges ou la création de sections internationales.

L'IPS est également pris en compte pour permettre une meilleure allocation des moyens en fonction des disparités sociales, et pour l'affectation des élèves dans les collèges et lycées parisiens.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !