Rentrée 2022 : à Cergy, le collège Le Moulin à Vent "bouillonne d'idées"

Par Florian Dacheux, publié le 02 Septembre 2022
5 min

Chef de file de la Cité éducative de Cergy, le collège Le Moulin à Vent développe de très nombreux dispositifs afin que chaque élève trouve sa voie. Reportage à l’heure de la rentrée au cœur d’un établissement qui ne cache pas ses ambitions.

Il est 16 heures ce jeudi 1er septembre devant les grilles du collège Le Moulin à Vent à Cergy (95) quand deux mamans s’exclament de concert : "On avait perdu l’habitude de venir au collège sans masques." Sous un soleil de plomb, les néo sixièmes sortent les uns après les autres. C’est encore l’été et la bonne humeur est au rendez-vous avant les orages du week-end.

À l’intérieur, de l’accueil à la vie scolaire, on s’active pour bien clore cette première journée. Dans ce collège, nommé en février dernier chef de file de la cité éducative de Cergy-Pontoise, les choses semblent se dérouler comme prévu. Ici, pas de grands changements pour l’année scolaire à venir. On fonctionne plutôt dans la continuité.

"Ce collège coche toutes les cases, affirme d’emblée Carole Galisson, la principale. Nous sommes en REP+, nous avons des classes Ulis, des Segpa, des primo-arrivants, des sections sportives et tout un tas d’autres dispositifs. On essaie de pousser au bout tout ce que l’on met en place. Et je dois dire que l’on ressent beaucoup d’entrain après ces deux années sous Covid."

Ce jeudi 1er septembre, des parents attendent la sortie des élèves devant le collège Le Moulin à Vent à Cergy.
Ce jeudi 1er septembre, des parents attendent la sortie des élèves devant le collège Le Moulin à Vent à Cergy. // © Florian Dacheux

Lire aussi

Renforcer l’accompagnement scolaire

Avec pas moins de 730 élèves pour 55 enseignants, l’un des premiers objectifs affichés est le renforcement de l’accompagnement scolaire. Dans ce collège où l’on pratique les classes ouvertes, la synergie des équipes est l’une des clés. "Nous sommes très ambitieux mais on doit avancer sur la maîtrise des fondamentaux, insiste Carole Galisson. Nous avons pas mal de sixièmes fragiles. Plus ils sont armés en français et en mathématiques, mieux c’est pour la suite."

Pour ce faire, des accompagnements personnalisés sont proposés à raison de trois heures par semaine. Des assistants pédagogiques viennent notamment en soutien des professeurs référents pour travailler sur la méthodologie et l’autonomie. Autre levier pour prévenir des décrochages, celui développé par l’association Expli’Cité qui agit sur la motivation et la confiance en soi.

Des étudiants-tuteurs de l'Essec, grande école de commerce voisine, sont également au cœur du dispositif. Volontaires et bénévoles, ils animent chaque semaine des séances de tutorat. Outre l’aide au devoir, ces derniers proposent des sorties culturelles et des visites d’entreprises.

Dans une classe de quatrième du collège Les Moulins à Vent.
Dans une classe de quatrième du collège Les Moulins à Vent. // © Florian Dacheux

Lire aussi

Dès le collège, l'enjeu de l’insertion

L’activation de ces leviers vise directement l’insertion des jeunes, l’autre priorité. Alors que les troisième effectuent leur rentrée ce vendredi 2 septembre, des actions sont menées conjointement avec la ville de Cergy et l’écosystème val-d’oisien pour leur orientation, et ce au sein d’un territoire où plus de 10.000 entreprises côtoient un campus universitaire de premier plan.

Parmi les premières initiatives, 19 élèves ont pu profiter du stage de troisième au sein des services municipaux. La ville prend également en charge des jeunes exclus temporairement autour d’ateliers réflexifs, comme c’est le cas du côté de la ferme d’Ecancourt, dans le Vexin, réputée pour son expertise en matière d’éducation populaire à l’environnement.

En parallèle, le collège mise aussi sur sa classe de troisième intitulée "prépa métiers", dédiée à des élèves qui souhaitent explorer différents métiers avant de s’orienter vers la voie professionnelle ou l’apprentissage.

"Incarner un collège vivant"

Dans cette ambition, le savoir-être et l’oralité apparaissent essentiels. Alors que le collège impulse des temps d’échange sur des thèmes transversaux tels que l’éco-responsabilité, le harcèlement et le respect des différences, le personnel encadrant tente de favoriser la prise de parole et l’éloquence.

"En histoire-géographie et pour les langues, on met en place des ateliers en demi-groupe Nous allons aussi bientôt lancer des ateliers théâtre en anglais", explique Tiphaine Chereau, professeur d’anglais en quatrième.

Ses élèves font notamment partie de la classe orchestre dont la dernière prestation fin juin a fait salle comble au Douze, un équipement socio-culturel flambant neuf situé à proximité. Autre originalité ? La pause lecture quotidienne de 14h durant laquelle jeunes et adultes sont invités à lire pendant 15 minutes.

"Nous souhaitons incarner un collège vivant, c’est pourquoi le bien-être est primordial. Le collège doit être un laboratoire qui bouillonne d’idées", conclut la principale à l’heure où un plan d’urgence pour les collèges est annoncé du côté du ministère de l’Éducation nationale.

Articles les plus lus Collège

Contenus supplémentaires

A la Une Collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !