Baromètre l’Etudiant : la confiance des jeunes dans l’avenir s’effrite après le bac

Par Thibaut Cojean, publié le 10 Mars 2021
5 min

Selon la deuxième édition du baromètre de confiance dans l’avenir de l’Etudiant, BVA et Orange, une très forte majorité de lycéens et étudiants sont inquiets pour leur avenir, alors même qu’ils sont satisfaits de leurs choix d’orientation.

Plus de huit lycéens et étudiants sur dix sont inquiets vis-à-vis de leur avenir. Selon le dernier baromètre de confiance dans l’avenir de l’Etudiant et Orange, mené par BVA Opinion, ils sont 86% dans ce cas. Plus de la moitié (52%) estiment même que leurs choix d’orientation les "inquiètent beaucoup".

Cette enquête, menée auprès de 2.000 jeunes scolarisés de la seconde au bac+2, fait état d’un scepticisme plus marqué du côté de ceux engagés dans les études supérieures : 91% des étudiants en université ou en IUT se sentent inquiets, et 59% de tous ceux en première année d’études post-bac se disent très inquiets.

Pourtant, les jeunes sont majoritairement sûrs de leur choix d’orientation : les trois quarts d’entre eux s'en déclarent "satisfaits". Un taux qui grimpe même à 84% chez les élèves de première générale, qui suivent trois spécialités de leur choix cette année. De même, 31% d’élèves de terminale générale sont "très satisfaits", contre 25% de la population globale des lycéens et étudiants.

Baromètre l'Etudiant : des étudiants sûrs de leurs choix mais inquiets pour leur avenir

Leur inquiétude proviendrait en réalité des perspectives à long terme. Seuls 44% des sondés estiment en effet que leurs choix leur permettront de "trouver un emploi rapidement". Là encore, les étudiants à l’université et en IUT sont les plus pessimistes : seuls 33% d’entre eux ont ce sentiment. Effet de la crise sanitaire oblige, ils sont très peu (39%), surtout chez les étudiants en première année (32%), à estimer qu’ils pourront profiter de la vie étudiante.

Lire aussi

Une vision positive des formations

Mais les jeunes Français retiennent aussi de nombreux aspects positifs à leurs choix d’orientation. Ils sont ainsi très nombreux à penser que cela leur permettra de gagner en indépendance (76%), et les deux tiers pensent qu’ils vont aimer leur formation, décrocher leur diplôme ou encore donner du sens à leur parcours. Une nouvelle fois, on remarque que les lycéens font preuve de plus d’optimisme que leurs aînés. Et d’une manière générale, les garçons sont moins souvent inquiets que les filles.

Au-delà des effets de la crise sanitaire et économique, cet état d’esprit général plutôt morose pourrait aussi s'expliquer par leur sentiment partagé concernant la manière dont ils se sont sentis aidés pour faire leurs choix. Ils sont autant à avoir eu le sentiment d’être ou d'avoir été "bien accompagnés" (48%) que "mal accompagnés" (49%) dans leur orientation. Ce qui leur a manqué ? De la visibilité (63%), des contacts avec des professionnels (62%) ou des étudiants (60%), ainsi que, confinements obligent, la possibilité de visiter des établissements (60%, dont 71% chez les élèves de terminale). 46% ne sont pas satisfaits de l’accompagnement de leur lycée tandis que seule une minorité d’étudiants (22%) estime avoir manqué de soutien familial.

Une liberté de choix

Malgré ce tableau plutôt sombre, on peut aussi retenir du baromètre que les étudiants profitent globalement d’une certaine liberté de choix. Quels ont été les critères d’orientation dans le supérieur ? C’est avant tout l’intérêt pour une filière ou un métier (44%), l’épanouissement personnel (38%) et la capacité à réussir (30%). Un mélange d’envie et de pragmatisme qui se retrouve également au lycée, puisque 57% des élèves de première et de terminale ont choisi leurs spécialités en fonction de leurs goûts personnels, devant la capacité à réussir (51%) et les débouchés d’études post-bac (43%).

Baromètre l'Etudiant : critères de choix d'orientation et de spécialités

*Ce deuxième volet du baromètre L'Etudiant-BVA-Orange sur la confiance dans l’avenir a été réalisé entre le 9 et le 22 février 2021 auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 jeunes entre la seconde et le bac+2.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !