1. Rentrée décalée : Paul, de la prépa HEC au DUT GEA
Témoignage

Rentrée décalée : Paul, de la prépa HEC au DUT GEA

Envoyer cet article à un ami
Paul envisageait de partir à l’étranger en attendant de se réorienter à la rentrée suivante, puis il a découvert que l’IUT qui l’intéressait acceptait de nouveaux étudiants en janvier. // © Thomas Louapre pour l'Étudiant
Paul envisageait de partir à l’étranger en attendant de se réorienter à la rentrée suivante, puis il a découvert que l’IUT qui l’intéressait acceptait de nouveaux étudiants en janvier. // © Thomas Louapre pour l'Étudiant

Déçu par le manque de matières économiques en classe préparatoire commerciale, Paul a su rebondir en intégrant un IUT en cours d’année. Bientôt diplômé, il se félicite de son choix et prépare sa poursuite d’études.

“On m’a vendu la prépa”, se souvient Paul quand il évoque le parcours qu’il a suivi après avoir obtenu le bac S, option sciences économiques à Vannes (56). Avant de rejoindre l’IUT (institut universitaire de technologie) de Vannes en GEA (gestion des entreprises et des administrations, une filière comptant trois options : gestion comptable et financière, gestion des ressources humaines et gestion et management des organisations), Paul est passé par une classe prépa commerciale option scientifique, la prépa HEC à Saint-Vincent-Providence à Rennes (35).

“Je voulais vraiment suivre un cursus économique, mais, poussé par mes profs et mes parents, j’ai choisi l’option prépa me disant que cela m’ouvrirait toutes les portes. Au programme, beaucoup de mathématiques pures, de l’histoire, de la géopolitique, mais il y avait peu de matières économiques. Dès le début, cela ne m’allait pas du tout, je n’étais pas là où je voulais être.” Le jeune homme envisage alors de passer une année à l’étranger en attendant d’entrer l’année suivante à l’IUT, son deuxième choix lors de ses vœux au lycée.

Son admission

Paul découvre qu’il est possible d’intégrer la filière GEA en rentrée décalée dès la fin janvier, en faisant un dossier de candidature et de motivation. Le parcours d’études se fait en décalé. “Nous avons commencé par le semestre 1, on ne rattrape pas les autres étudiants.” Mais la taille de la promotion aide à réussir. “On peut dire que nous n’avions pas vraiment de cours magistraux. Prenons l’exemple de la comptabilité. Nous étions 20 personnes face au professeur : dans ce type de matière très technique, c’est un vrai avantage. La qualité des cours s’en ressent.”

Lire aussi : Tout savoir sur les rentrées décalées

Seul inconvénient relevé par Paul : la difficulté à partir à l’étranger dans un cursus décalé. “Dans ma promotion, ceux qui veulent décrocher un stage à l’international ont plus de difficulté car les partenariats avec les entreprises étrangères se font sur le rythme du parcours classique.”

Son nouveau cursus

Paul est désormais en semestre 4 et sera diplômé en 2018 après son stage dans le secteur bancaire. L’étudiant est pleinement satisfait de son parcours. “C’était une occasion en or, cela m’a permis de ne pas décrocher, voire de raccrocher et de repartir tout de suite ! Nous avons tous droit à une deuxième chance !” Après l’obtention de son DUT (diplôme universitaire de technologie, bac+2), Paul souhaite passer les concours afin d’entrer en IAE (école universitaire de management) à Nantes en licence banque et ensuite de se spécialiser en gestion de patrimoine.

Salon de la Rentrée décalée
Rendez vous samedi 16 décembre 2017, de 10 h à 18 h, à Paris. Invitation gratuite sur letudiant.fr.