SESAME, ACCES... Comment bien se préparer aux concours d’écoles de commerce post-bac ?

Par Oriane Raffin, publié le 15 Novembre 2022
6 min

Donnant accès respectivement à 14 et 3 écoles de commerce post-bac, les concours SESAME et ACCES s’adressent aux lycéens de terminale. Voici quelques conseils aux candidats pour se préparer et réussir ces concours.

En pleine année de terminale, les lycéens et étudiants souhaitant s’orienter vers des écoles de commerce post-bac ne doivent pas négliger la préparation des concours. Et commencer à prévoir leur plan de révisions pour aborder sereinement les épreuves SESAME et ACCES, au printemps.

Des outils à disposition pour se préparer aux concours d'écoles de commerce post-bac

Si des stages payants existent, ceux-ci ne sont pas recommandés par les écoles de commerce elles-mêmes. "Mon meilleur conseil, c’est de se rendre sur le site du concours SESAME lui-même. Il y a plein d’outils largement à la hauteur !", estime ainsi Arthur Walus, responsable de la promotion de l'école Kedge Business School. Notamment des annales des concours des années précédentes, ainsi que des corrigés précis et des conseils sur les différentes épreuves.

"Les outils en ligne, complétés par les journées portes ouvertes, c’est suffisant pour se préparer", confirme de son côté Nathalie Bertin Boussu, directrice promotion et admissions de l’Esdes Business School, qui recrute ses étudiants grâce au concours ACCES.

"Une application mobile permet de s’entraîner aux QCM d’anglais et de raisonnement logique et mathématiques, ajoute-t-elle. Pour l’épreuve d’anglais, les candidats peuvent faire ça dès qu’ils ont un moment de libre, dans les transports par exemple. Pour les mathématiques, il faut un peu plus de temps devant soi, pour pouvoir se poser, avec des formules à appliquer."

Lire aussi

Profiter des journées portes ouvertes des business schools

Edouard, 18 ans, a passé les deux concours SESAME et ACCES au printemps dernier. Le jeune homme a été accepté dans des écoles de commerce relevant des deux. "Je suis allé aux journées portes ouvertes de trois écoles lyonnaises, se souvient-il. C’est vraiment très utile pour obtenir des informations sur les établissements mais aussi sur les concours ! Les étudiants nous expliquent comment cela va se passer, ce qu’on doit dire ou pas, etc."

Il a notamment pu y faire un oral d'entraînement. Un moyen de prendre confiance en soi pour un exercice un peu différent de ce qui est pratiqué dans les lycées. "A l’Esdes, c’est même une des co-conceptrices de l’épreuve de mathématiques qui fait la préparation aux épreuves pendant les journées portes ouvertes", précise l'étudiant.

Pareil pour la synthèse, "elle donne toutes les recommandations, comment créer son plan, bien relire, souligner les éléments importants, etc.", détaille Nathalie Bertin Boussu.

Lire aussi

Commencer à se préparer aux concours dès les vacances de Noël

Il est important de comprendre la logique et la forme de ces épreuves. "Pour l’anglais, par exemple, il n’est pas forcément nécessaire d’être le meilleur, mais d’avoir l’habitude de réfléchir d’une certaine façon", explique Arthur Walus.

Idem pour les mathématiques : il faut comprendre les codes de l’épreuve. "C’est un exercice qui change de ce qu’ils font au lycée, il faut s’exercer".

Pour les écrits, dans l’idéal, les candidats peuvent s’y mettre progressivement, dès les vacances de Noël, en montant en intensité dans les préparatifs au fil des semaines. "Il faut faire et refaire les exercices, vraiment s’exercer. J’avais commencé en février", se souvient Edouard, qui a aussi eu recours à un stage d’une semaine.

Lire aussi

S'entrainer aux oraux et… les dédramatiser

Quant aux oraux, il faut se préparer surtout dans l’idée d’être à l’aise un minimum avec l’épreuve – et ne pas se liquéfier face au jury. Pour celui de motivation, les candidats peuvent rédiger les grandes lignes, les éléments importants qu’ils souhaitent exposer, pour avoir les idées au clair. Et ne pas hésiter à en parler à des proches : parents, connaissances, etc. Voire même s’exercer avec son entourage.

Les professeurs de lycée peuvent également être une ressource intéressante, même si tous ne connaissent pas les modalités des concours. "Nous accueillons des groupes d’élèves intéressés lors d’après-midis, pour des ateliers de préparation au concours ACCESS", explique Nathalie Bertin Boussu.

Certains lycées organisent également des ateliers d'entraînement à la synthèse pour les élèves de terminale qui le souhaitent. Et les enseignants peuvent conseiller pour la préparation des oraux de motivation, par exemple.

Lire aussi

Soigner son apparence pour répondre aux codes de l'exercice

Sur la forme, pour les oraux, Arthur Walus conseille enfin de faire un effort vestimentaire : "ce n’est pas l’endroit pour porter un maillot de football ou un survêtement ! Sans aller jusqu’à se déguiser avec un costume, je recommande de soigner son apparence, pour qu’elle corresponde aux codes de l’exercice et à l’impression que l’on veut donner".

Quoiqu’il en soit, Nathalie Bertin Boussu conseille "de ne pas s’auto-censurer ou se sous-estimer. Un lycéen qui travaille bien peut réussir, même s’il n’est pas dans les meilleurs de sa classe." Et tous sont catégoriques : on peut tout à fait mener de front la préparation du concours SESAME et du concours ACCES – sans oublier le bac – car de nombreuses épreuves sont similaires. Le plus important, c’est la motivation !

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !