1. Objectif grande école. Julie, en DUT : une voie plus concrète pour devenir ingénieure
Témoignage

Objectif grande école. Julie, en DUT : une voie plus concrète pour devenir ingénieure

Envoyer cet article à un ami
Julie, étudiante en DUT scientifique, compte poursuivre ses études en école d'ingénieurs. // © Photo fournie par le témoin
Julie, étudiante en DUT scientifique, compte poursuivre ses études en école d'ingénieurs. // © Photo fournie par le témoin

Jusqu'à la rentrée 2017, l'Etudiant suit trois jeunes, un lycéen et deux étudiantes, qui ont un point commun : ils veulent intégrer une école d'ingénieurs. Julie, étudiante en 2e année de DUT sciences et génie des matériaux à Chambéry, prépare ses dossiers de candidature...

Épisode 1. Devenir ingénieure, c'est l'objectif de Julie. "J'ai toujours été attirée par les sciences et l'ingénierie. Quand j'étais plus jeune, je lisais déjà des magazines liés à la recherche, cela m'a toujours plu", lance-t-elle. Au lycée, elle se tourne naturellement vers la filière scientifique. Les matières principales lui plaisent et ses notes sont "plutôt bonnes".

Mais après le bac, elle hésite. Ses professeurs la poussent vers une classe préparatoire aux grandes écoles, alors qu'elle est plutôt tentée par une filière courte dans un premier temps. Finalement, direction la prépa intégrée de Polytech Lyon. Mais la bachelière ne s'y plaît pas. "J'ai validé mon année, mais j'ai décidé de me réorienter pour une filière plus concrète. Les cours trop théoriques toute la journée, ce n'était pas pour moi", lance-t-elle. 

Des passerelles après un DUT

Toujours décidée à devenir ingénieure, elle se renseigne. "On m'a parlé des nombreuses passerelles possibles après un DUT (diplôme universitaire de technologie). Cette formation, plus pratique, me correspondait davantage", explique Julie. Elle se dirige donc vers le DUT sciences et génie des matériaux de l'IUT de Chambéry. Aujourd'hui, à 20 ans, elle est en 2e année.

L'étudiante a déjà plusieurs idées, bien précises, sur les écoles d'ingénieurs. "Je voudrais intégrer l'INSA Lyon, en sciences et génie des matériaux. J'avais déjà tenté d'y entrer après le bac, elle me fait rêver depuis très longtemps. Elle est à la fois bien cotée et proche des élèves sportifs. Je fais de l'athlétisme, notamment du saut à la perche, et ils organisent des compétitions dans leurs locaux. C'est donc une école qui me conviendrait bien", détaille Julie.

Autres établissements visés : Grenoble INP-Phelma, pour sa filière matériaux, ou Polytech Lyon, mais en rentrant cette fois directement en cycle ingénieur. En outre, elle ne s'interdit pas la réflexion sur d'autres écoles, comme l'ECAM ou CPE Lyon.

Son objectif : créer de nouveaux produits

Pour candidater, des dossiers, basés notamment sur les résultats scolaires/universitaires et lettre de motivation, sont souvent demandés pour la mi-mars. Julie est en pleine préparation. "Dans mon IUT, selon les notes obtenues en première année, ceux qui veulent continuer leurs études peuvent suivre un parcours spécial. Vu que j'étais dans les 15 premiers, j'ai pu l'intégrer. J'ai donc des cours supplémentaires en maths, en physique et en mécanique, pour rattraper le programme de prépa et ne pas avoir trop de retard ensuite", explique-t-elle. 

Julie vise un secteur en particulier une fois ses études terminées. "C'est la R&D (recherche et développement) qui m'intéresse ! Lors de mon stage de 3e dans une usine de jus de fruits, j'ai passé deux jours dans ce service et ce fut une révélation. Le fait de créer de nouveaux produits me donne envie", s'enthousiasme la jeune femme. Pour devenir ingénieure dans la R&D, il faudra donc réussir à intégrer une école après son DUT. Mais, pour cela, Julie est plus que déterminée.

Retrouvez les épisodes de notre série "Objectif grande école" et suivez Antonin, Élisabeth et Julie dans leur parcours pour intégrer une école d'ingénieurs :
- Antonin, en terminale S : "Je vise une école d'ingénieurs postbac". Épisode 1

- Élisabeth en prépa scientifique : "On est tous dans le même bateau". Épisode 1