Covid 19 : comment les universités organisent-elles les partiels ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 23 Avril 2021 - Mis à jour le 26 Avril 2021
5 min

Les partiels du second semestre arrivent à grand pas. Alors que toute la France est confinée jusqu’au 3 mai, comment seront-ils organisés ? L’Etudiant fait le point.

Avec le troisième confinement, l'organisation des concours et examens se retrouve une nouvelle fois chamboulée. Les examens qui étaient prévus du 6 avril au 2 mai inclus devront se tenir à distance ou être reportés. "Aucun examen en présentiel ne peut être tenu durant cette période", précise une circulaire du ministère de l’Enseignement supérieur publiée le 3 avril 2021.

Seule une dérogation est prévue pour "les épreuves et examens organisés en vue de la délivrance des diplômes sanctionnant les formations de santé", qui pourront être organisées en présentiel ou à distance.

Par conséquent, les établissements qui avaient des examens en avril ont soit décalé les épreuves en mai, soit tout passé à distance. Aix-Marseille université a par exemple fait le choix de passer la quasi-totalité des examens à distance en avril. Seules quelques épreuves d’un petit UFR de management public (l’IMPGT) sont reportées.

Lire aussi

Les examens de mai organisés à distance ou en présentiel

Cela dit, "la majorité des universités ne sont pas concernées car elles étaient en pause pédagogique jusqu’au 3 ou 10 mai", souligne Guillaume Gellé, vice-président de la CPU (Conférence des présidents d’université). "Globalement, le calendrier a donc été conservé, avec des partiels du 2e semestre prévus en mai".

Dans ce cas, l'établissement est libre d'organiser ses partiels en présentiel ou à distance. A partir du 3 mai, les partiels reprennent "selon les modalités de contrôle des connaissances qui ont été validées par les établissements : en présentiel, à distance ou via la remise d’un rapport. Sur la session du premier semestre, 30 à 40 % des examens ont eu lieu en présentiel. Ils seront un peu plus nombreux au second semestre", a précisé la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, dans une interview publiée par 20 Minutes le 25 avril.

Au sein d’un même établissement, les modalités peuvent changer selon les UFR et les professeurs, car certains cours nécessitent d’être évalués sur place et d’autres non. "Les établissements sont souverains et les équipes pédagogiques s’organisent, elles feront le choix le plus pertinent", assure Guillaume Gellé.

Lire aussi

Décision au cas par cas

A Paris 1-Panthéon Sorbonne par exemple, les partiels ont lieu du 3 au 18 mai. L'établissement a fait le choix d’organiser ses examens à distance pour toutes les formations des niveaux de licence et de master 1. Les examens en master 2, en DU et les diplômes en alternance ou accrédités avec un autre établissement sont, quant à eux, en présentiel.

A la fac de Nanterre et celle de Paris 8-Saint-Denis, le choix est hybride. Les cours en ligne feront l’objet d’une évaluation à distance et les quelques cours qui ont eu lieu en présentiel seront évalués sur place.

L’Université de Paris souhaite quant à elle privilégier le recours aux évaluations à distance pour toutes ses formations. "Mais si cela n’est pas satisfaisant d’un point de vue pédagogique ou si les moyens techniques ne permettent pas une juste évaluation, les examens seront organisés sur site", précise l'établissement dans une FAQ dédiée sur son site.

Lire aussi

Des conditions sanitaires “draconiennes”

Si la majorité des universités a fait le choix du distanciel, Guillaume Gellé tient à rassurer les étudiants qui passeront leurs examens en présentiel. "L’année dernière, nous avons fait passer les examens de PACES en présentiel en respectant les conditions sanitaires, alors qu’il s’agit d’un nombre énorme d’étudiants. Les étudiants ne doivent pas s’inquiéter, les conditions sont draconiennes".

Les étudiants doivent en effet être espacés d’un mètre et la jauge ne doit pas dépasser 50% de la capacité initiale. Les salles et les tables doivent par ailleurs être désinfectées, les salles aérées 15 minutes entre les épreuves et du gel hydro-alcoolique doit être mis à disposition. Les copies et feuilles de brouillon doivent par ailleurs être déposées devant chaque étudiant pour éviter les déplacements et les étudiants participant à plusieurs épreuves consécutives dans une même salle doivent garder la même place. Ces consignes sanitaires sont applicables aux épreuves écrites et orales.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !